Management

Doit-on être autoritaire avec ses salariés ?

Le management évolue au fil du temps avec l’arrivée des
nouvelles générations au sein de l’entreprise, qui impliquent, désormais, plus
de souplesse et de responsabilisation. Mais, d’un autre côté, le manque quasi-total
d’autorité peut vite être perçu comme une faille et nuire à votre crédibilité.
Trouver le juste milieu entre souplesse et fermeté ne serait-il pas la
solution ? Explications.

Une génération qui prône
le changement

L’arrivée de la génération Y sur le marché a quelque peu
bousculé le management traditionnel, en le poussant à plus de souplesse :
managers et dirigeants doivent s’adapter et, forcément, leur vision de
l’autorité face aux salariés est repensée. « Face à un travail en mutation, les priorités évoluent, avec 79 %
des jeunes qui déclarent avoir une conception du travail différente de leurs
parents. Des priorités qui se retrouvent parmi les valeurs que les jeunes
souhaitent valoriser au travail : la qualité (45%), l’écoute (43%) ou la reconnaissance
(39 %) bien plus que l’autorité (4%), la fidélité (14 %) ou l’effort (20 %). Un
état d’esprit qui se retrouve dans de nombreuses start-up
 », estime
une étude menée par Viavoice auprès de jeunes âgés de 18 à 30 ans. Mais ces
nouvelles recrues méritent-elles un traitement de faveur ? Adapter sa
vision de l’autorité, est-ce vraiment bénéfique ? Pour leur permettre de
s’intégrer au mieux dans leur nouvelle entreprise et d’y rester sur le long
terme, faire preuve d’une certaine souplesse 
peut s’avérer profitable. Le risque de cette adaptation reste,
néanmoins, d’atténuer votre niveau de crédibilité face à vos salariés. Allier
fermeté et souplesse représente donc un bon compromis pour lequel les managers
doivent opter. Certains doivent toutefois, en premier lieu, se débarrasser de
leur « mauvaise autorité », qui pourrait rapidement leur jouer des
tours.

Se débarrasser de la
mauvaise autorité

Certains ont tendance, par habitude ou par agacement, à
entretenir quelques manies comme le fait de crier sur les autres pour les
réprimander ou de pointer leurs erreurs, et appliquent ces habitudes dans
leur façon de manager leurs salariés : une erreur monumentale ! Vos collaborateurs
n’ont pas besoin de ce type d’autorité, qui, à force, créera du ressentiment
face à vous, une mauvaise vision de l’entreprise et une envie de plus en plus
forte de quitter leur poste. Une pratique à éviter absolument si vous souhaitez
préserver votre équipe. Vous n’occupez ni le rôle de parent, ni celui de maître
d’école. Donner constamment des ordres à vos employés ne les fera pas avancer
plus rapidement ou de façon plus efficace. Commencez à travailler votre façon
de vous exprimer et pensez à garder votre calme lorsqu’une situation prend de
l’ampleur pour ne pas déferler votre stress sur vos salariés : un travail
qui se construit au fil du temps.

Construire son
autorité au fil des jours

Inutile de penser acquérir la « bonne autorité »
du jour au lendemain. Cette dernière se construit au fil des jours et à travers
plusieurs méthodes :

  •  Ayez confiance en vous : vous représentez
    l’image de votre entreprise mais le seul titre de dirigeant ne suffit pas à
    inspirer le respect et la confiance. Montrez que vous êtes sûr de vos décisions
    et de vos demandes en montrant l’exemple dans vos propres missions, ce qui
    entraînera vos collaborateurs à vous suivre, presque naturellement. Ne passez
    pas votre temps à donner des directives mais plutôt à développer le potentiel
    de votre équipe à ses côtés afin qu’elle ne vous place pas dans la case
    « donneur d’ordres ».
  • Prenez le temps de poser les objectifs : une
    réunion bien organisée représente un excellent moyen de fixer les objectifs de
    chacun, de répondre aux potentielles craintes de vos collaborateurs et
    d’envisager des améliorations pour vos projets. Des bases bien posées, claires
    et concises permettent d’éviter les erreurs et surtout, de ne pas avoir
    constamment besoin de donner des ordres. Vos salariés savent, au préalable, ce
    que vous attendez d’eux. Il n’est donc pas nécessaire de leur rabâcher toute la
    journée. N’oubliez, cependant, pas de recadrer ceux qui ne respectent pas les
    consignes lorsque cela s’avère nécessaire.
  • Prônez l’écoute et l’empathie : des mots
    qui ne sont pas forcément des antonymes de l’autorité, bien au contraire, ils renforceront
    votre crédibilité à travers votre bienveillance. En vous mettant à la place de
    vos salariés, vous comprendrez mieux leur position et leurs difficultés, et
    vous pourrez adapter votre management en fonction de ces dernières.
    Rappelez-vous également que chaque salarié est différent, en fonction de son âge,
    de son parcours professionnel et personnel ou encore de son poste. Adaptez
    votre façon de communiquer à chacun d’eux afin d’accompagner leurs travaux de manière
    efficace.
  •  Maîtrisez votre corps : notre gestuelle
    renvoie fortement les messages de nos pensées et notre interlocuteur à vite
    tendance à l’interpréter. Les gestes de vos mains sont significatifs. N’hésitez
    donc pas à les utiliser pour faire passer vos idées ! À l’inverse, n’en
    faites pas en étant énervé, au risque que cela soit assimilé à de l’agressivité.
    Travaillez également le ton de votre voix. Posez-la de manière calme et posée,
    tout en étant ferme dans vos décisions. Parler fort ou d’un ton agressif ne véhiculera
    pas mieux vos décisions et aura tendance à créer des tensions avec vos interlocuteurs.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page