Développement personnelDévelopperLe B.A. BA de la stratégiePersonnel

Apprendre à être objectif

Vous avez peut-être cette tendance comme bon nombre de personne à émettre des points de vue de manière spontanée mais qui ne sont pas forcément objectifs. Vous cherchez alors souvent à démontrer que vous avez raison sans pour autant prendre le recul nécessaire. Pourtant la réalité est bien différente suivant que l’on passe d’un point de vue ou d’un autre. Zoom sur ces réflexes pour devenir plus objectif.

Comprendre que vous êtes souvent subjectif

L’objectivité c’est avant tout le fait de porter un jugement sans faire intervenir vos préférences ou convictions. Or, il est clair que nous avons souvent des préférences ou des convictions et qu’il nous est difficile de les mettre de côté. Or, il s’agit de cerner ce qui se rapporte à notre avis ou notre opinion selon nos critères d’éducation, nos sentiments ou nos émotions. L’objectivité est particulièrement difficile à atteindre surtout lorsque vous êtes en colère par exemple. Il faut s’imaginer qu’elle se rattache à des principes prouvés comme les mathématiques même si là encore, certaines remettent en cause ce qui est enseigné. Pour être objectif, il faut que votre jugement soit incontestable, ce qui peut paraître quasiment inatteignable. On l’aura compris, en réalité, nous avons tous notre propre perception de la réalité. 

Mettre en place des critères de contrôle

Si vous n’atteindrez jamais l’objectivité parfaite, reste que vous pouvez vous en approcher. La première méthode consiste à définir des critères de contrôle. Par exemple, pour connaître la santé de votre entreprise, vous pouvez prendre en compte le chiffre d’affaires, la marge ou encore le résultat. 

Mais ce n’est pas tout puisque vous pouvez également considérer que d’autres critères sont tout aussi cruciaux et sont significatifs de la santé de votre entreprise comme le turn over, la satisfaction des clients ou encore le bien-être dans votre entreprise.  Vous l’aurez compris, plus vous aurez de critères de contrôle, plus vous pourrez déterminer si vous êtes objectif ou non. 

Pour être objectif, il vous faut prendre en compte par exemple la performance mais pas seulement car elle s’évalue au regard des moyens mis en place. Ainsi, un salarié ne produira pas le même effort suivant les conditions dans lesquelles il effectue son travail ou de son état de fatigue. Prendre du recul et vous poser les bonnes questions afin d’émettre un avis qui soit le plus juste possible conditionnent votre objectivité.

Prendre un grand nombre d’avis

Pour être le plus objectif possible, il faut ensuite récolter un maximum d’avis et vous faire votre propre jugement afin de renforcer nos expériences, savoirs et finalement d’avoir des croyances. C’est par la richesse des nombreux avis que vous rencontrerez que finalement vous pourrez dégager un maximum d’objectivité en observant les pour et les contre. Ce n’est pas parce que la majorité pense quelque chose que c’est pourtant vrai. On le voit bien quand on pensait que la terre était plate et on pourrait dire exactement du fait qu’elle soit ronde et évoluant à une vitesse faramineuse. Il s’agit de vous forger votre propre avis en fonction des différents points de vue et finalement celui qui vous paraît le plus pertinent.  L’histoire est un excellent entrainement à condition de ne pas y mêler des conceptions erronées et des a priori sur la culture. Il en va de même dans le fait de juger une culture par rapport à une autre en y ajoutant le grain de sel du jugement par le bien et le mal. Utiliser une fourchette ou des baguettes est le résultat d’une culture. Même si l’on n’est pas doué pour manger avec des baguettes cela n’entraine pas que c’est mieux de manger avec une fourchette et vice versa. 

Devenez empathique et prendre du recul

Si on souhaite devenir objectif, c’est la plupart du temps dans les relations humaines ou par rapport à des sujets. Il faut comprendre que pour être le plus objectif possible, il vous faut recueillir d’abord un maximum d’informations. Ensuite, vous pourrez essayer de vous contraindre à analyser ce qui est dit au regard de l’ensemble de ces informations. Surtout, il vous faudra développer votre empathie car si une personne pense quelque chose c’est qu’elle a souvent un point de vue, orientée par sa propre expérience, ses croyances, … Si les personnes peuvent être de mauvaise foi, il s’agit en général davantage d’une perception différente de la vôtre. Il vous faut donc vous projeter à la place de la personne et prendre en compte l’ensemble de son raisonnement pour comprendre comment il en est venu à penser cela. C’est à ce moment-là, qu’un élément peut manquer et que vous pouvez lui soumettre car elle n’aura pas forcément pris en compte une des données et ouverte d’esprit elle ralliera votre point de vue. 

Prenons l’exemple d’un salarié. Vous pouvez penser que vous êtes un bon patron car vous payez à l’heure, que vous avez mis en place les tickets restaurants, la possibilité de venir à horaire libre, pouvoir s’absenter en cas de besoin ou encore tout le matériel nécessaire à la bonne exécution des tâches. Vous pouvez vous dire que votre salarié devrait logiquement vous être reconnaissant et se donner à fond.  Cependant, d’autres critères demeurent à prendre en compte comme le fait par exemple qu’ils trouvent un sens à sa mission, que l’ambiance soit bonne dans l’entreprise ou que votre comportement incite à vouloir faire plus et pas le minimum. Si vous passez votre temps, par exemple, à rouspéter il se peut bien que votre salarié n’ait guère envie de réaliser une tâche et qu’il vienne à reculons à son travail. 

Vous l’aurez compris, être objectif demeure particulièrement difficile et il vous faudra souvent prendre du temps et être à l’écoute pour vous en approcher. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page