GérerLe B.A. BA des RHLes difficultésManagement

Top 10 des comportements qui énervent

Certains comportements des collaborateurs peuvent agacer les chefs d’entreprise au plus haut point. Si l’inverse est vrai également et mériterait bien un article (si ce n’est déjà fait), il faut dire que certains ont l’art et la manière de nous mettre de mauvaise humeur. Zoom sur ces comportements qui horripilent plus d’un chef d’entreprise et dont nous aimerions ne jamais voir dans nos entreprises. 

Le retardataire aux milles excuses

Il existe toujours une personne qui demeure très très souvent en retard. Chaque jour, il ne peut s’empêcher d’arriver en retard que ce soit aux réunions ou encore le matin ou après la pause déjeuner. Si aujourd’hui, les horaires libres sont devenus monnaie courante, c’est avant tout un avantage pour les dirigeants car cela évite de s’agacer. Désormais, il suffit de regarder l’atteinte de ses objectifs car évidemment avec des horaires toujours raccourcis, il n’y a pas beaucoup à polémiquer sur les résultats du multi-retardataire. Cela évite également de perdre son temps à constater que cette personne n’arrive jamais à l’heure. Surtout, vous n’entendez plus les excuses qui sont naturellement la plupart du temps infondées et de se supporter les mensonges émis effrontément. Mettre en place un management par objectif, démarrer les réunions sans la personne concernée ou encore si nécessaire faire appel à votre pouvoir d’avertissement reste malheureusement parfois une solution.

Celui qui ne semble rien faire

Le semblant est souvent le synonyme de ne fait vraiment pas mais bon… passons cette considération. Certains collaborateurs donnent l’impression de passer leur vie en pause et il semble d’ailleurs souvent que ce soit eux qui se plaignent du manque de temps ou de moyens à leur disposition. Non seulement, vous avez la malheureuse impression qu’ils distraient ceux qui travaillent mais en plus ils vous les démotivent à se mettre à la tâche. Difficile en effet de donner le meilleur de soi-même quand on voit sans arrêt un collègue se balader dans les couloirs. Il est normal alors de demander où en est un dossier et bon nombre de chef d’entreprise avoue le faire régulièrement avec ce type de personnalité. Le rappel des objectifs reste souvent la manière la plus utilisée dans ce cas.

Celui qui parle toujours de ses droits

Il existe des salariés qui n’arrêtent pas d’évoquer leurs droits. Si parfois la discussion peut être constructive, certains oublient parfois qu’ils ont des obligations. Un peu comme le retardataire qui se prévaut de ses pauses mais qui n’a pourtant pas encore exécuté son temps de travail avant celles-ci. Il faut avouer qu’il s’agit d’un comportement très horripilant, à la limite de l’agaçant. Il est vrai que parfois le salarié est dans son bon droit et qu’il réclame très justement l’application de certains droits qui ne sont peut-être pas encore mis en place au sein de votre entreprise mais en contrepartie il se doit de tenir ses engagements.  Il s’agit souvent de leur remémorer que certains droits s’accompagnent d’obligations et de leur montrer que vous êtes attentif à leurs demandes et que vous ne cherchez pas à vous soustraire à vos obligations.

Les mauvaises langues

On ne sait pas pourquoi mais certaines personnes éprouvent le besoin de toujours dire du mal des autres. Parfois même, ils viennent vous voir, vous, le dirigeant pour régler des conflits personnels avec un salarié qui n’a rien à voir avec le cadre du travail. Pour tout ou pour rien, ils se plaisent à répandre des rumeurs sur chacun mais ne réalisent pas les conséquences délétères à critiquer. La plupart du temps, ces personnes n’iront pas voire directement la personne pour le leur dire et de plus se prévaudront d’être des gens qui ne cachent rien, au cas où le bruit de couloir parviendrait jusqu’à la personne concernée. Bref un des collaborateurs qu’on souhaiterait ne jamais avoir et qui détruit l’ambiance que vous peinez tant à construire. Mieux vaut rapidement mettre les limites avec ce type de personnalité et signalez subtilement que ce type de comportement ne vous plait guère en tant que dirigeant et qu’il ne fait pas partie de vos valeurs. 

La personne qui aurait toujours mieux fait

Il existe des personnes qui critiquent sans arrêt le travail des autres et qui, si on les écoutait, auraient toujours mieux fait que tout le monde. Il s’agit en général de personnes qui ne font pas grand-chose à part critiquer, on ne sait pas trop pourquoi. En général, ce trait de caractère se poursuit dans la vie privée et ils n’hésitent pas à donner leur avis sur tout et sur rien en étant en général pas le spécialiste de grand-chose. Le véritable problème c’est qu’ils ont tendance à minimiser les réussites des autres (et ils en parlent rarement d’ailleurs) pour évoquer des points négatifs, ce qui a tendance à plomber l’ambiance, sans qu’ils s’en rendent compte. L’empathie reste souvent une qualité qui leur fait défaut et mieux vaut éviter de rentrer dans un débat avec eux car ils veulent la plupart du temps toujours avoir raison. 

Le râleur ou celui qui se plaint tout le temps

C’est peut-être le pire avec le tire-au-flanc que nous n’avons pas évoqué ici. Déjà, il plombe fortement l’ambiance au sein de vos équipes. Le râleur professionnel pousse parfois des soupirs toute la journée et il semblerait que rien n’arrive de beau dans sa vie. Il s’agit d’un des pires styles qui existent dans une entreprise et vous le reconnaîtrez aisément puisque ce sont les collaborateurs qui risquent de venir vous voir pour vous dire qu’il les importune. Le pire reste qu’ils sont parfois convaincus d’être de bons éléments sans s’apercevoir de la négativité qu’ils apportent dans l’entreprise. Il s’agit souvent ici d’essayer de mettre un objectif dans leur vie afin qu’ils perçoivent la vie différemment. Malheureusement vous serez souvent contraint de vous séparer d’eux car ils arrivent rarement à être objectifs sur eux-mêmes et sur le fait qu’ils ne sont pas de bons éléments et nuisent à la productivité de l’ensemble des équipes. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page