DigitalLa banque et les garanties

Mettre en place un système de paiement sur son site Web

Tous
les sites Web proposant une offre doivent se munir d’un système de paiement
dématérialisé. Il existe pour cela plusieurs types de solutions, plus ou moins
adaptées à chaque problématique particulière d’entreprise. Dans tous les cas,
s’adresser à sa banque se révèle être le pré-requis de base pour choisir une
solution fiable et sécurisée.

Plus de trois
internautes sur quatre font désormais confiance aux systèmes de paiement sur
Internet pour leurs achats, et les chiffres augmentent encore (Baromètre
Fevad-Médiamétrie // Net Rating Juin 2012). Or, le poumon d’une activité
e-commerce, c’est le système de paiement en ligne. Encore parfois perçus comme
trop « risqués », les différents systèmes de paiement sont
aujourd’hui pourtant de plus en plus sécurisés, d’autant plus s’ils sont mis en
place par la banque.

Les différents types de systèmes

L’internaute peut
choisir entre plusieurs systèmes lorsqu’il souhaite effectuer ses paiements sur
Internet. Le moyen le plus classique reste la carte bancaire, privilégiée par
plus de 95 % des acheteurs. Vient ensuite le porte monnaie virtuel, qui
permet de ne pas avoir à entrer ses coordonnées bancaires sur le site lors de
l’achat, ce qui accélère la phase de paiement. Le plus connu est le cas de
PayPal, qui fait les beaux jours d’eBay, et est encore privilégié par de
nombreux sites. On relève enfin les systèmes de crédits en ligne (1euro.com),
la carte privative (du type American Express ou Cofinoga), qui fonctionnent par
un système de virements/prélèvements, et les systèmes de micro-paiements. Pour
les entrepreneurs, le choix de la méthode de paiement en ligne à mettre en
place sur son site doit toujours partir de la question suivante : Quelle
solution de paiement en ligne conviendra le mieux à mes clients ? 

Les formules

Pour les start-ups qui
débutent leur activité, il paraît plus avantageux de choisir des formules sans
abonnement telles que PayPal. L’entrepreneur qui n’est pas encore sûr d’avoir
un retour sur investissements peut ainsi proposer ses produits à la vente sans
avoir à débourser d’avance. Attention par contre à ne pas être aveuglé par
l’atout supposé de l’absence d’abonnement, un avantage apparent qui se révèle
vite contre-productif. Si l’entreprise multiplie ses ventes, les commissions
vont se révéler de plus en plus lourdes à supporter. Il faut alors calculer
finement quelle formule devient la plus rentable. à partir d’un certain
poids, il est clair qu’il faut s’orienter vers le système bancaire et signer un
contrat VAD (vente à distance) avec sa banque. Les PSP (Prestataire de Service
de Paiement) traitent puis envoient les paiements directement dans la banque de
votre choix. On les dit « multi-moyens de paiement, multi-bancaires, et
internationales ». Pour les banques, il faut ouvrir au préalable un compte
professionnel, puis ouvrir un contrat de vente à distance. Cela permettra de
recevoir sur le compte professionnel les paiements par carte bancaire après
vérifications. L’entrepreneur se chargera ensuite de choisir entre plusieurs
solutions de paiement.

La sécurité

Respecter des règles
strictes pour éviter les fuites d’informations est l’obligation d’un service de
paiement. Les services de porte-monnaie virtuel filtrent l’information sur les
coordonnées des cartes. Pour rassurer le cyber-acheteur, la firme s’engage à
rembourser intégralement la somme si la livraison n’est pas effectuée. Ces
services ne sont par contre pas à l’abri du phishing, une technique de fraude
très élaborée, appelée aussi hameçonnage. Les établissements financiers,
culturellement soucieux de cet aspect, offrent généralement une sécurité
supérieure. Dotées d’une longue pratique dans le secteur du e-commerce, et
fortes de leur expérience sur plusieurs milliers de sites, les banques sont
bien à même de répondre aux exigences de sécurité des entrepreneurs. La
vérification de la viabilité de la transaction se fait directement auprès de l’organisme
bancaire. La 3DS secure, utilisée par de nombreux établissements bancaires
désormais, identifie le payeur, vérifie qu’il est bien le porteur de la carte.
Un système qui rassure à la fois l’internaute et l’e-commerçant. Celui-ci est
en effet sûr de l’identité de son client et donc du paiement de sa banque.

L’image

La fiabilité de la
plupart des systèmes de paiement en ligne est dès lors bien installée. La
grande question que doivent désormais se poser les entrepreneurs lorsqu’ils
souhaitent mettre en place un système de paiement en ligne sur leur site est
l’image que celui-ci va renvoyer auprès des internautes, leurs acheteurs
potentiels. Ainsi, il est prouvé que l’apparition du logo d’une banque dans
l’onglet de paiement rassure l’acheteur pendant sa commande. Cette caution
bancaire apporte un gage de viabilité et de sécurité à l’internaute, qui est
moins enclin à finir par abandonner son panier. Les systèmes de paiement peu
clairs, trop complexes ou qui ne sont pas appuyés par une caution bancaire ont
en effet souvent tendance à démotiver l’internaute lors de la dernière phase de
son achat et à le pousser à abandonner la transaction. Un véritable fléau pour
les sites e-commerce ! Les établissements bancaires bénéficient d’une
« image de marque » de spécialistes historiques du traitement de la
carte bancaire et se proposent comme des interlocuteurs facilement
identifiables en cas de problèmes, ce qui rassure profondément le client. En
plus des logos d’établissements bancaires, la présence du cadenas et de la
mention « https » dans la barre url, qui prouvent que les données
sont bien sécurisées, sont un autre gage de fiabilité bien perçus par les
internautes. l

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer