BusinessGestes qui vous trahissentSe former à la créationValorisation d'entreprise

Ces mauvais comportements d’entreprise qui font le bad buzz

Régulièrement, certaines entreprises font l’objet de bad buzz sur la toile. Certaines fois, la toile s’enflamme, mais dans de nombreux cas, il faut bien avouer que ce sont bien les comportements des entreprises qui sont très limites et qui font parfois l’objet de sanctions judiciaires mais également de boycott. Zoom sur ces bad buzz réguliers.

Le gaspillage en règle générale

Que l’on parle de gaspillage alimentaire avec des produits jetés qui ne sont pas encore périmés. Il faut dire qu’ils  représentent 10 millions de tonnes de produits par an soit 3 % de l’ensemble des émissions nationales. Ces « déchets », qui pourraient pourtant être utiles entraînent des coûts de gestion,  ont fait l’objet notamment de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire qui imposent aux grossistes par exemple à des obligations de non-destruction des invendus et de don alimentaire avec une amende pouvant atteindre jusqu’à 0,1 % du chiffre d’affaires du dernier exercice clos. Mais si l’alimentaire a fait l’objet de scandale, le domaine de l’habillement a également connu ces bad buzz avec des enseignes qui n’hésitaient pas à détruire leurs produits plutôt que de les donner…

Les communications racistes, sexistes ou homophobes

Il est clair que les enseignes ont un véritable problème avec leur contrôle en termes de communication. Certaines se sont même fait une spécialité des publicités soient racistes, sexistes voire homophobes. Il n’est pourtant pas compliqué de regarder une publicité et de vérifier que ce qui est écrit sur des tee-shirts n’est pas raciste pour ne pas citer une marque ou d’éviter d’accoler des images sexistes avec des messages. Créer une cellule de vérification quand on dépense des millions pour communiquer afin de vérifier les campagnes et mettre une charte de conduite à vérifier devrait être une base pour l’ensemble des grandes entreprises, dont certaines font pourtant l’objet de bad buzz. Les boycotts sont réguliers en la matière… Les consommateurs se demandent si ces publicités racistes ne sont pas mises en place pour véhiculer des idées racistes et imprégner leur inconscient afin qu’ils fassent des amalgames à mauvais escient.

Une production plus que douteuse

Si on en entend plus parler ces derniers mois, les conditions de production restent un élément à vérifier si vous êtes entrepreneur. Que l’on parle d’exploitation d’enfants ou encore de fortes nuisances pour la santé de ceux qui produisent, vérifier que les conditions ne sont pas plus que douteuses devraient être un réflexe notamment si vous travaillez à l’étranger. Le secteur de l’habillement est régulièrement touché par ces mauvaises pratiques. Une pratique d’autant plus scandaleuse que les marges se révèlent souvent plus qu’impressionnantes entre le prix de ventes et le prix de production. La pénurie des masques a mis en exergue que le profit de quelques-uns pouvaient mettre en difficultés un pays entier. les entreprises qui étaient performantes dans la fabrication de masques ont été délocalisées. et les consommateurs vont être attentifs désormais à toutes délocalisations.

La maltraitance animale

On ne compte plus le nombre de scandales liées à la maltraitance animale. Certains ont même arrêté de manger de la viande tellement la manière de traiter les animaux est devenue scandaleuse dans certains cas. Les laboratoires et l’alimentaire sont devenues les figures de proue de ces pratiques.  L214 éthique & animaux s’est particulièrement fait une mission de contrôle sur « les conditions de vie, de transport et d’abattage des animaux » notamment par le biais d’enquêtes filmées et sourcées. L’association propose notamment des solutions à mettre en œuvre aux niveaux politique et individuel pour éviter la maltraitance animale par les entreprises.

Les problèmes liés à l’écologie

Ils ont été vastement traités par les médias il y a quelques années notamment avec les pétroliers et les marées noires. Si beaucoup d’entreprises se sont rachetées une conduite, les nuisances à la planète devrait être regardées plus attentivement dans les prochaines années. Il est clair que la pollution et le réchauffement climatique, dont chacun a pu s’apercevoir qu’il n’était pas inéluctable, devrait être profondément scruter et que les entreprises qui ne respectent pas vont subir des pressions énormes pour changer leur comportement. En l’espace de  deux mois, le taux de pollution a diminué considérablement, permettant d’envisager  de protéger la planète bleu de manière durable. Autant le faire donc dès maintenant.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer