ActualitéL'idée innovanteLe B.A. BA de la stratégieLes stratégies originales

Les marques vivent dans un tourbillon

Les marques ne cessent de vouloir être sur le devant de la scène. Que ce soit en changeant leur nom, leur stratégie économique et financière, leur relocalisation en France, elles vivent dans un tourbillon pour reconquérir ou retenir les clients. Focus sur des marques aux idées innovantes.

Facebook devient Meta

Facebook change de nom et devient Meta

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook Inc, a annoncé lors de l’événement virtuel Facebook Connect le changement du nom de Facebook en Meta, le 28 octobre 2021. Ce changement de nom n’est pas anodin puisqu’il montre l’évolution vers laquelle l’entreprise veut aller : le métavers. Il s’agit d’un monde virtuel dans lequel il existe « un véritable environnement internet, dans lequel on ne se contente pas de regarder du contenu, mais où on en fait partie » selon le dirigeant. Accessible grâce à des casques de réalité virtuelle (RV) et des appareils de réalité augmentée (RA) ce monde interconnecté, certains devraient y passer beaucoup de temps puisque selon Goldman Sachs, l’industrie de la RV et de la RA pourrait peser 80 milliards de dollars par an d’ici 2025 et connaître une croissance annuelle cumulée de 40 à 80 %, des chiffres qui donnent envie donc d’y jeter un coup d’œil. 

Un magasin autonome Carrefour à Paris

Le magasin autonome Carrefour Flash ouvre ses portes à Paris

Carrefour a inauguré le 24 novembre dernier son premier magasin autonome dans le 11ème arrondissement de Paris. Dénommé Carrefour Flash, ce magasin de 55m2 ne demande pas de télécharger une application mobile ou une quelconque identification. Si la technologie est bien présente avec une soixantaine de caméras au niveau du plafond et des balances connectées cachées dans les rayonnages, elle n’est que peu apparente. Développée par la start-up californienne AiFi, elle convertit en avatar anonyme chaque client qui entre dans le magasin et détermine en temps réel leur panier avec une fiabilité estimée à 96 %. Elle ne permet encore de suivre que jusqu’à une vingtaine d’acheteurs et nécessite qu’une seule personne remplisse le panier. En attendant les rodages et la vérification de l’engouement par les clients, l’enseigne a gardé une caisse traditionnelle où les articles peuvent être scannés par le client et les employés restent présents pour repositionner les produits, régler les problèmes et remplir les rayonnages. 

Les montres Pierre Lannier font leur retour au pays

Après une délocalisation pendant 20 ans de sa production de montres à Madagascar, l’un des derniers fabricants français d’horlogerie, Pierre Lannier, a décidé de rapatrier sa production dans l’hexagone et plus précisément en Alsace. L’horloger, numéro un en France en 2021, dans le segment des montres à moins de 500 euros (hors ventes sur Internet) a ainsi décidé de monter en gamme. Dans un univers concurrentiel dominé par certaines marques comme Festina, Tissot ou Swatch, l’’entreprise se lance donc un nouveau défi afin de s’imposer comme la référence française dans le domaine. 

BUFFALO GRILL DEVIENT NAPAQARO

napaqaro | Accueil

Quand on regarde le nom, on pourrait se demander comment prononcer le tout. Pourtant, il s’agit d’un jeu de mot simple avec « nappe à carreaux ». Le groupe qui compte 600 restaurants dont 240 à Courtepaille a donc décidé d’abandonner son ancienne image basée sur l’univers western au profit d’une nouvelle identité plus ancrée sur la tradition française. Si la société cherche toujours à véhiculer une image américaine et continuer à se développer dans l’univers du hamburger, elle compte bien s’imposer grâce à ses innovations avec des projets autour de la digitalisation, de la livraison et des « dark kitchens ». 

Deezer change le mode de rémunération des artistes

Depuis le 11 septembre dernier, Deezer, la licorne française a annoncé un changement dans le mode de rémunération des artistes. Parallèlement à la croissance du marché du streaming audio, de nombreux artistes dont la pop star Taylor Swift critiquent les plateformes notamment sur le fait qu’elles ne rémunèrent pas assez les écoutes. Si l’entreprise se targue de reverser environ 70 % des revenus aux ayants droit, la redistribution s’effectuait jusque-là au prorata de la part du marché global, ce qui demeure le standard dans l’industrie des plateformes de streaming. Désormais, ce sont les écoutes individuelles des utilisateurs qui vont déterminer le niveau de revenu. 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page