152491

Développement personnelGérerLe B.A. BA des RHMotiver ses salariésPersonnel

Les employés créatifs : les bonnes excuses pour éviter le travail 

Travailler dur, c’est bien. Travailler intelligemment, c’est mieux. Et puis, il y a ces employés créatifs, de véritables génies dans l’art subtil d’éviter le travail acharné. Explorons les stratégies (ingénieuses) de ces maîtres de l’évitement professionnel, du « faux problème technique » au « déjeuner de trois heures ». Car après tout, pourquoi travailler quand on peut créer des œuvres d’art en procrastination ? 

1/ Le magicien des « faux problèmes techniques » 

Ces employés ont un don incroyable pour faire disparaître leurs responsabilités d’un coup de baguette magique numérique. Ils maîtrisent l’art subtil du « problème technique » qui les empêche d’accéder à leurs dossiers pendant des heures. Bien sûr, le service informatique n’a jamais trouvé trace de ces mystérieux problèmes. Cependant qui s’en soucie quand on peut prétendre résoudre des énigmes informatiques plutôt que des tâches ennuyeuses ? 

2/ L’expert en réunions interminables 

Pour certains employés créatifs, les réunions sont une véritable mine d’or. Ils peuvent transformer une simple mise à jour en un débat philosophique interminable. Qui aurait pensé que discuter de la couleur des stylos pourrait devenir une discussion de trois heures ? Ces magiciens des réunions ont réussi à transformer une nécessité de bureau en un spectacle de divertissement quotidien. 

3/ Le roi du déjeuner étendu 

Rien ne dit « productivité » comme un déjeuner qui dure plus longtemps que la journée de travail elle-même. Ces employés créatifs ont perfectionné l’art de déjeuner pendant des heures, prétendant rencontrer des clients potentiels, étudier la concurrence, ou simplement « networker » dans des cafés exotiques. Après tout, pourquoi être assis à son bureau quand on peut conquérir le monde une bouchée à la fois ? 

4/ Le virtuose de la connexion constante 

Pour les employés créatifs à la recherche d’une échappatoire subtile, la « connexion constante » est leur chef-d’œuvre. Armés de leurs gadgets dernier cri, ils semblent être engagés dans des tâches professionnelles légitimes tout en jonglant avec une multitude d’applications non liées au travail. En maîtrisant l’illusion de la productivité, ils échappent habilement à l’intensité du travail réel, se fondant dans le paysage numérique tout en évitant avec brio les missions cruciales qui les ennuient. 

5/ L’architecte du labyrinthe administratif 

Pour ces maîtres de l’évitement professionnel, l’art de créer des labyrinthes administratifs est leur technique privilégiée. Ils jonglent avec les protocoles internes, noyant leurs collègues et supérieurs dans un dédale de formulaires, de procédures et de demandes d’approbation. Sous le prétexte d’une conformité minutieuse, ils se dissimulent astucieusement derrière une façade de bureaucratie, repoussant ainsi les échéances réelles tout en donnant l’illusion d’une rigueur professionnelle exceptionnelle. 

6/ Le maître du présentiel  

Les employés créatifs qui maîtrisent l’« effet de présence » sont les virtuoses de l’illusion. En faisant preuve d’une présence physique constante au bureau, ils créent l’illusion de l’engagement ininterrompu dans leurs tâches. Cependant, derrière cette façade, ils naviguent subtilement entre des moments de contemplation artistique, de socialisation non officielle et de micro-siestes discrètes. Leur capacité à donner l’impression d’une productivité constante tout en évitant activement les missions cruciales est une œuvre d’art en soi. Après tout, pourquoi travailler quand on peut simplement être « présent »

Ils sont peut-être les véritables artistes du bureau, jonglant avec les excuses et les subterfuges avec une maîtrise digne des plus grands illusionnistes. Bien sûr, il est important de trouver un équilibre entre le travail et le plaisir, mais il ne fait aucun doute que ces génies de l’évitement ont réussi à donner une nouvelle dimension au concept de « travailler intelligemment ». Alors, la prochaine fois que vous vous demandez où est passé votre collègue créatif, n’oubliez pas de saluer le véritable maestro de l’évitement professionnel. Après tout, c’est un art ! 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page