Actualité

[Économie] L’impact économique des jours fériés en France

En ce début de mois de mai, mois qui connaît le plus grand nombre de jours fériés de l’année, il est intéressant de se pencher sur l’impact de ces derniers sur le PIB de la France, qui n’est pas tout à fait négligeable. Notons que la France se place en 34ème position au classement du nombre de jours fériés mais qu’il est en 8ème position au classement de l’ensemble des jours chômés, selon une étude menée par Mercer.

Jours fériés le jeudi : une mauvaise affaire pour les entreprises

Cette année, les trois jours fériés octroyés au mois de mai tombent tous un jeudi. Un cauchemar pour les entreprises puisqu’il suffit aux salariés de prendre les trois vendredis qui correspondent pour faire le pont et profiter d’un total de douze jours de repos. En effet, même si ces jours de repos font le bonheur des salariés, ils ont un impact réel sur l’économie de notre pays. L’année dernière, les jours fériés ont couté au PIB deux milliards d’euros, un manque à gagner d’autant plus ennuyant que la situation économique n’est pas favorable.

La radio Europe 1 a estimé à partir de ces chiffres et de ceux de l’OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques), à 4 milliards d’euros les pertes engendrées par les ponts du mois de mai pour impacter le PIB à hauteur de 0,19 point. Cependant, Le Figaro explique que selon Yahoo Finances, il est très difficile d’estimer le coût de ces jours fériés mais que les pertes de chiffre d’affaires pour les entreprises pourraient atteindre les 10% dans certains secteurs et être en moyenne de 2 à 3%.

Les entrepreneurs subissent ces jours fériés et notamment les dirigeants de TPE. Un ancien patron de l’industrie graphique, confie au Figaro qu’il a déjà connu « des mois de 10 jours payés comme 20 », avec « des effectifs très réduits » ce qui est très contreproductif.

Des propos relativisés

Les jours fériés ne seraient pas si néfastes et pourraient même avoir des effets positifs pour certains secteurs. Le système économique français souffre en effet majoritairement d’un problème de demande et non d’offre. Ces sont les arguments que soutient Eric Heyer, économiste à l’OFCE pour relativiser l’impact économique des jours fériés. Cette situation n’est vraie que depuis la crise de 2008 qui est l’année qui a vu naître ces maux de demandes.

De plus, ces problèmes de demandes peuvent être en parti palliés par ces jours fériés où les Français pourront consacrer plus de temps à consommer que lorsqu’ils sont au travail. S’ajoute à cela, les bienfaits dont bénéficieront les secteurs du loisir, du tourisme et de l’hôtellerie grâce aux weekends que les français en congé vont s’accorder.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page