Actualité

[Économie] Lundi de Pentecôte : travailler ou pas travailler ?

Depuis 2003, une journée de solidarité avait été instaurée. Mais si la journée de solidarité existe encore, ce jour est redevenu férié depuis 2008. Comment faire pour s’y retrouver ?

En 2014, le lundi de Pentecôte tombe le 9 juin. La question qui existe depuis 2008 va se poser une année de plus. Va-t-on travailler ou non ?

Instaurée en 2003 après la canicule, la journée de solidarité est mise en place afin que les salaires de ce jour soient versés aux institutions aidant les personnes âgées et handicapées.

Mais depuis 2008, la journée de solidarité n’est pas obligée d’être le lundi de Pentecôte. C’est à ce moment que les entreprises et leurs dirigeants sont perdus, maintenant qu’elles sont libres de fixer les modalités d’application de cette journée.

C’est le chef d’entreprise qui en décide la date, et tous les salariés sont concernés, excepté les stagiaires. L’employeur peut choisir plusieurs options pour choisir le jour.

Il peut rendre un jour normalement férié travaillé, il peut supprimer un jour de RTT à ses salariés ou bien leur demander de faire 7 heures supplémentaires sur toute l’année. Bien sur, les salariés ne sont pas payés dans les trois solutions. En contrepartie des salaires non payés, l’employeur doit verser une contribution égale à 0,3% de la masse salariale.

Le salarié a lui l’obligation de travailler. Néanmoins, il existe quelques astuces pour ne pas travailler ce jour. Il peut poser un jour de congé payé (qui sera donc équivalent à un jour de congé sans solde) ou un jour de RTT.

Pour résumer, vous ne serez donc pas obligés de travailler le lundi de Pentecôte, mais vous perdrez un jour de congé.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer