BusinessCréerDe la sensibilisation au montage du dossier

Entreprendre chez les français, une volonté ?

Créer et rendre pérenne une entreprise
n’est pas une mince affaire. Les idées fusent en France qui se place dans le
top 10 des pays les plus innovants au monde, de quoi donner envie aux plus
réfractaires. La création d’entreprise reste un risque à prendre pour beaucoup
de Français, mais ils sont 25% à se déclarer prêts.

Un sondage mené par OpinionWay pour
l’UAE avec le soutien de la Fondation Le Roch-Les Mousquetaires et la
participation de Sage à l’occasion du 25ème salon des Entrepreneurs auprès de  2051 personnes nous informe davantage sur la
volonté d’entreprendre et le développement d’une entreprise des français.

Quels futurs entrepreneurs ?

25% déclarent vouloir entreprendre au
cours de leur vie. Un chiffre éloquent. En 2016, les français étaient
plus nombreux à envisager de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale (37%).
L’entreprenariat attire cependant moins malgré une reprise de la croissance française.
Dans son étude, OpinionWay, compare l’envie des Français avec en parallèle le
nombre de créations d’entreprise. Un pic s’établit en janvier 2016 avec 37% de Français
qui envisagent l’entreprenariat. et en 2018 les créations d’entreprise
s’élèvent à 591 000 par rapport à 525 000 en 2016. Entre la volonté et la
réalisation d’entreprendre, il existe un décalage de deux ans. Un constat fort
intéressant sur l’attitude des futurs entrepreneurs.

En ce qui concerne le profil des
personnes prêtes à entreprendre, il s’agit en grande majorité de jeunes. 46%
des 18-24 ans et des 25-34 ans déclarent envisager la possibilité de créer une entreprise. En ce qui concerne la catégorie sociale,
ce sont les cadres dynamiques les plus concernés (31%) et les professions
intermédiaires (29%). La création d’entreprise attire davantage les jeunes mus
par leur envie d’innover et cela particulièrement à l’issue de leurs études. Mais quelles
sont donc les raisons qui motivent les francais à vouloir entreprendre ?

  • Se sentir plus autonome : 46%
  • Donner plus de sens à votre vie : 38%
  • Gagner plus d’argent : 38%
  • Être plus épanoui : 36%
  • Avoir plus de flexibilité : 24%
  • Relever un challenge : 23%

Ces raisons trouvent leur origine parfois
dans l’impossibilité d’innover en tant que salarié. Les entrepreneurs qui ont
une idée novatrice et qui ne peuvent pas lui donner jour au sein de leur entreprise
ont tendance à vouloir entreprendre. L’entreprenariat apparaît comme la
solution pour des personnes talentueuses qui se sentent à l’étroit dans le
cadre d’une société qui ne leur offre pas la possibilité de s’épanouir
professionnellement. Elles souhaitent donc s’émanciper pour participer
individuellement à un projet qui leur tient à cœur.

Le projet d’entreprendre

Pour réaliser leur projet de créer leur
entreprise, les français attendent souvent deux ans, le temps de concrétiser
l’idée et l’organisation. Sur les 25% des français favorables à une future
création d’entreprise, c’est-à-dire un échantillon de 511 personnes, seulement
27% des personnes interrogées déclarent avoir un projet prêt à être lancé. Les
futurs entrepreneurs mûrissent leur projet afin de se lancer en toute sérénité.
Pour ne pas se jeter dans l’aventure sans parachute, les français, qui
souhaitent créer une entreprise, sont 50% à vouloir garder une activité
parallèlement. Devenir entrepreneur nécessite patience et courage et ils en
sont conscients et donc pour éviter de faire faillite, beaucoup préfèrent
commencer avec toutes les clefs en mains.

En ce qui concerne le choix du statut,
peu de français sont favorables à travailler avec des associés. En effet, ils
sont 56% à souhaiter un statut d’auto/micro-entrepreneur et 29% à vouloir se
lancer seul dans une SARL, SA, EURL ou SAS. Il s’agit pour eux de construire un
projet de manière autonome dans le cas où l’entreprise ne se développerait pas et
pour éviter de possibles contraintes inhérentes à toute association. C’est pourquoi
le statut de micro-entrepreneur plus accessible à tous remporte l’adhésion de
nombreux futurs entrepreneurs.

La vision des réglementations pour se
lancer dans l’aventure.

La législation française concernant
l’entreprenariat incitait peu de personnes à créer. Mais à la suite des mesures
déjà votées ou d’autres qui le seront prochainement, les français considèrent
qu’entreprendre n’est plus un chemin d’embuches. Ils sont relativement
satisfaits des mises en œuvre du gouvernement. L’accès
aux mêmes droits que les salariés (84%), la mise en place d’une allocation
chômage (78%) et la portabilité des droits sociaux (76%) font que toutes ces
mesures rassurent les citoyens et les aident à commencer un projet
entrepreneurial. Les mesures concernent les droits de la personne et elles
deviennent d’autant plus incitatrices. La hausse du plafond du chiffre
d’affaires pour les micro-entrepreneurs et la mise en place d’un partenariat
juridique pour qu’ils puissent s’associer plus facilement est devenu le fer de
lance qui en séduit plus d’un.  74%, des Français
sont favorables à ces futures législations car elles visent à faciliter
l’entreprenariat pour tous et donnent plus d’opportunités
pour développer une future activité sans les inconvénients passés.

 Cependant, il ne faut pas nier que pour
74% des Français, la création d’entreprise n’est pas envisageable car trop
risquée. Mais pour les 25% restants, les raisons de créer son entreprise sont
multiples et permettent d’innover et de s’émanciper d’un emploi salarié. Un français
sur 4 envisage l’entreprenariat, soit 52 405 723 personnes, soit 13 millions de
possibles futurs entrepreneurs ! La France d’ici les prochaines années,
grâce à cette nouvelle énergie, fera peut-être partie du top 5 des pays les
plus innovants au monde.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page