Bien préparer sa repriseBusinessReprendre/Céder

Bien préparer sa reprise

Reprendre une entreprise permet d’avancer plus
rapidement du fait du rachat d’acquis, clients, fournisseurs,
partenaires. Contrairement à la création d’entreprise, le candidat à la
reprise bénéficie d’un historique qui lui permet de se projeter avec
plus de certitudes. Afin de mettre toutes les chances de votre
côté lors d’une reprise et de faire de cette acquisition une réussite,
voici quelques conseils et pistes de réflexion.

Clarifiez vos motivations

Un
projet de reprise s’inscrit souvent dans le contexte d’une rupture
accidentelle d’un parcours professionnel. Tentez d’analyser votre projet
sous cet angle. N’oubliez pas qu’un projet de création ou de reprise
d’entreprise intègre une composante personnelle forte : bouleversement
de vos codes sociaux (changement de statut social, modification souvent
substantielle des revenus), évolution de vos relations, perception
différente de votre entourage…

Assurez-vous du soutien de votre
conjoint ainsi que de celui de vos parents et enfants. Ceux-ci seront
tous, plus ou moins directement, concernés par ce changement.

Cette
nouvelle étape dans votre existence vous fournit peut-être également
l’occasion d’intégrer la dimension « rêve » à votre univers
professionnel. Par exemple, si vous avez travaillé 20 ans dans l’édition
et que, par ailleurs, vous êtes passionné de marine, vous pouvez
chercher s’il existe-t-il un éditeur « dédié marine » à reprendre.

Interrogez-vous sur vos capacités et vos compétences

Assurez-vous
de posséder les compétences et les capacités techniques, mais aussi
commerciales et de gestion, acquises lors de votre formation initiale,
et/ou pendant votre parcours professionnel. Autrement, votre plan
d’action devra intégrer une étape d’acquisition de connaissances, afin
de combler vos lacunes.

Plus la société que vous reprenez est de
taille réduite et détient une technique spécifique, plus vous devrez
maîtriser cette technique. Dans ce cas, la distance entre le métier de
chef d’entreprise et le savoir-faire de l’entreprise doit être la plus
réduite possible.

En effet, un financeur n’attend pas les mêmes
compétences vis-à-vis d’un candidat qui souhaite racheter un atelier de
mécanique, que de la part d’un candidat qui devra manager une structure
de mécanique de 100 personnes. Le seuil de 50 salariés, lié à des
obligations d’instances représentatives du personnel, constitue une
barrière dont il faut bien mesurer la portée.

Recensez vos atouts

Si
votre formation et votre expérience constituent vos points forts, vous
détenez un autre atout précieux, à savoir votre réseau, constitué de vos
clients, fournisseurs, partenaires, collègues, ou personnel, anciens de
l’école, membres d’une association, d’un club,…

Votre réseau vous
soutient tout au long de votre démarche de reprise. Vos conseils
(coach, avocat, comptable), mais aussi les repreneurs de votre entourage
ayant concrétisé leurs projets, peuvent vous appuyer.

Accordez-vous
les services
d’un coach 
qui possède l’expérience de l’accompagnement
spécifique d’une démarche entrepreneuriale. Réaliser un bilan de
compétences peut également constituer une étape nécessaire à votre
reconstruction avant de commencer à vous préparer mentalement et à vous
équiper pour vous lancer dans l’aventure de la reprise d’entreprise.

Inventoriez votre patrimoine

Le
candidat doit prendre conscience de l’engagement financier que
représente la mise en oeuvre de son projet. Il doit faire face aux
dépenses initiales de déplacements, documentation, formation, coaching,
alors même que, bien souvent, son pouvoir d’achat est restreint. Par la
suite il devra financer des frais complémentaires d’avocats et d’audits,
tout en affectant la majeure partie de ses ressources au financement du
rachat de la société cible.

Définissez votre projet

Prenez
le temps d’élaborer votre projet. Votre cible doit être choisie en
adéquation avec votre expérience, vos compétences et vos capacités ainsi
qu’à la mesure de vos moyens financiers et de votre ambition. Le
candidat à la reprise doit se positionner dans une cohérence par rapport
à ces différents paramètres personnels.

Comprenez les étapes de votre démarche

Clarifiez
bien les questions suivantes en faisant appel à des spécialistes de la
reprise : Comment se passe une reprise d’entreprise ? Quelles en sont
les étapes ? Quel prix donner à une entreprise ? Quels sont les
engagements que je prends en signant une offre de rachat ? Que doit
comporter une garantie de passif et de consistance d’actif ?

Maintenant
que vous êtes clair quant à vos motivations, que votre projet est
crédible et recevable, vous pouvez préparer votre argumentaire et votre
planning, qui intègre chacune de vos étapes : votre formation, votre
plan d’action de recherche de cibles,….

De la confirmation de
votre décision de reprendre une entreprise jusqu’à la concrétisation de
votre reprise, comptez une bonne quinzaine de mois. Le candidat à la
reprise doit bien prendre conscience que la reprise d’entreprise
constitue une expertise à part entière : le choix des conseils est
encore ici affaire de prise de décision.

L’accélération de développement par la croissance externe

Les
conseils énumérés dans cet article sont également valables pour un chef
d’entreprise qui souhaiterait développer son entreprise par le biais
d’une croissance externe.

Là encore, il s’agit de se poser les
bonnes questions : Quelles sont mes motivations ? De quelles ressources
je dispose ? Quel est mon projet ? Comment je me projette à 5 et à 10
ans ? Quelles sont les différentes étapes qu’il lui faudra franchir pour
y arriver ?
Une opération de croissance externe présente tous les
avantages pour acquérir, dans les meilleures conditions, de nouveaux
moyens de production avec les personnels pour les faire tourner ou bien
un nouveau territoire sur lequel s’implanter.

Mais il n’en demeure pas moins que l’opération doit être préparée avec précaution en amont, notamment dans la préparation.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page