GérerGestionL’installation de l'entrepriseLes tableaux de bordPar les nouvelles tendances

Pourquoi les open space ne font pas l’unanimité ?

Si les open space ont fait longtemps parler d’eux comme la panacée, ils ne font pas l’unanimité dans les entreprises. Nombre de dirigeants les verraient même d’un très mauvais œil. Zoom sur les critiques qui sont adressées à cette nouvelle méthode de travail.

L’impossibilité de se concentrer

C’est la première des critiques qui est faite aux open space en terme général puisque les perturbations ambiantes seraient fort nombreuses. La possibilité d’être dérangé à tout moment par un collaborateur qui a une demande ou encore par une distraction environnante comme une personne qui renverse son café ou parle trop fort au téléphone serait la raison numéro 1 de ne pas adopter ce type d’aménagement. Tout le monde n’est en effet pas à même de rester concentré dans un endroit qui ne serait pas calme. 

Un aménagement non optimisé

Chaque fonction a besoin d’élément divers pour effectuer ses missions. L’open space qui met tout le monde dans le même environnement peut rapidement s’avérer inefficace en termes d’outils de travail. Si le matériel reste souvent disponible, l’organisation peut se retrouver chamboulés par ce fonctionnement notamment si vous aimez que tout soit bien rangé et que vous aimez par exemple les classeurs. Ceci est d’autant plus vrai si les places ne sont pas attribuées et que vous ne pouvez avoir à portée de main tous les outils qui vous sont utiles. 

L’éclatement de la hiérarchie

Si certains voient d’un bon œil l’éclatement de la pyramide hiérarchique d’autres non. Cela est particulièrement vrai dans les sociétés où les signes distinctifs de réussite sont présents comme celui d’avoir une voiture 4 places, un bureau attribué d’une taille plus ou moins grande ou le fait de ne pas partager son bureau. Les open space éclatent les niveaux hiérarchiques de manière naturelle en mettant tout le monde au même niveau. Dans le cas où c’est le but, il se peut que les dirigeants qui sont les seuls, par exemple, se retrouvent isolés par la même de l’ensemble du groupe. Une manière de fonctionner qui peut vite se révéler à double tranchant. 

La sensation d’être observé

Les open space peuvent créer le sentiment d’avoir toujours quelqu’un derrière son dos qui observe ce que vous faites au travail. Même si vous n’avez rien à cacher, cela peut vite se révéler pesant. Cela peut également être déplaisant si vous souhaitez faire quelque chose de personnel temporairement entre deux tâches. Vous ne souhaitez pas forcément partager votre vie privée pendant les 3 minutes où vous allez faire vos courses par internet car vous n’aurez pas le temps de les faire car vous devez finir tard ce soir au bureau. Il peut aussi s’avérer, tout simplement, que vous ne vous sentiez pas à l’aise quand quelqu’un peut passer derrière vous par exemple. 

Le manque de confidentialité

Certaines fonctions impliquent une confidentialité renforcée et ne peuvent se permettre de laisser filtrer des informations confidentielles. Si de nombreuses entreprises font de la transparence une clef de voûte, d’autres préfèrent laisser au secret bon nombre d’informations notamment stratégiques de l’entreprise. Même dans le cadre où vous effectuez vos coups de fils dans des salles spécifiques, la confidentialité peut rapidement être mise à mal par un document qui traine ou un coup d’œil sur l’écran de votre collaborateur. 

Une déco pas au goût de tous

La décoration fait partie de l’ambiance de travail. Les uns adorent les plantes, d’autres les détestent. Il y a ceux qui sont fans de décors de type moderne et ceux qui n’aiment que l’ancien. Difficile de plaire à tout le monde alors que « chacun ses goûts » comme on le dit. La difficulté à personnaliser un open space peut se révéler un obstacle dans le fait de se sentir bien dans l’entreprise. Certains salariés portent une particulière attention et s’implantent dans leur lieu de travail avec leur différence. Ils sont d’ailleurs nombreux à amener des photographies de leurs enfants ou leurs derniers grands chefs d’œuvre. 

Le besoin d’isolement

Nombre de personnes ressentent le besoin de ne pas être toujours en présence des autres. Ils se ressourcent lorsqu’ils sont seuls et même s’ils peuvent apprécier leur compagnie, ils peuvent souhaiter ne pas les voir tout le temps. Il arrive que des collaborateurs ne s’entendent pas et les mettre sans arrêt dans le même bureau peut vite virer au cauchemar intellectuel. Vous êtes alors dans l’obligation de voir toute la journée quelqu’un que vous détestez sans jamais pouvoir le quitter. Il peut aussi s’avérer bénéfique d’avoir son propre bureau en cas de conflit temporaire afin de se calmer, plutôt que faire bénéficier aux autres d’une ambiance délétère. Parfois le temps fait son travail et les choses peuvent se calmer d’elles-mêmes

Une augmentation du nombre d’absences ?

Selon le « Scandinavian Journal of Work, Environment and Health », le nombre d’arrêts maladies seraient beaucoup plus élevées dans les locaux à open spaces que dans les traditionnels. Celles-ci atteindraient les 50% de plus de jours d’absence. Les collaborateurs auraient ainsi tendance à se refiler plus facilement les germes de maladie. 

Le squat des salles de réunion

Cela peut paraître impensable mais dans les locaux avec les open space, les salles de réunion sont très souvent suroccupées. Il en devient difficile de trouver une salle au moment opportun afin de préparer une présentation par exemple ou de trouver un endroit isolé pour passer ses coups de téléphone. Il n’est pas rare de voir des comportements déplacés où des personnes occupent toute la journée une salle sous prétexte de coup de fil afin de ne pas se retrouver avec les autres, ce qui peut bien évidemment générer des tensions au sein des équipes notamment pour ceux qui utilisent peut souvent ces salles et qui s’en trouvent privées lorsqu’ils en ont besoin. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer