GérerLes difficultés

Les mauvaises habitudes du dirigeant : la suite

Si nous avons vu, un peu plus tôt dans la journée, que certaines habitudes peuvent être très néfastes pour votre entreprise, ce ne sont pas les seules. Voici d’autres erreurs que commettent, fréquemment, les dirigeants et qui peuvent mettre l’entreprise en danger. Zoom sur ces mauvaises manies que vous pouvez avoir et qu’il faut proscrire. 

1/ Se précipiter sans vérification

Certains ne sortent pas de leur zone de confort, comme nous
l’avons vu hier, d’autres ont, en revanche, tendance à se précipiter et à
sortir leur produit sans avoir effectué les vérifications de base. Il est
tentant de vouloir sortir vite son produit mais le but demeure d’en proposer un
qui soit fonctionnel. Rien ne sert de lancer une nouvelle version de votre site
internet s’il ne fonctionne pas ou encore une version de votre produit qui ne
satisferait pas les besoins essentiels de vos clients. Votre produit n’a pas
besoin d’être parfait mais il convient de vérifier, par exemple, que votre site
internet remplit bien votre cahier des charges. Vous devez peser le pour et le
contre d’une sortie. S’il ne s’agit que de détails mineurs, mieux vaut alors tenter
l’aventure, quitte à rectifier a
posteriori
. En revanche, si des points majeurs sont atteints tels que le
référencement de votre site, mieux vaut se montrer patient. N’hésitez pas à
lister les points fondamentaux et ceux secondaires qui pourront être modifiés dans
l’avenir.

2/ Le manque d’organisation

Certains dirigeants veulent répondre à tout ce qui se
présente sans faire de distinction et au fur-et-à-mesure que les demandes surviennent.
Cette manière de fonctionner qui, de prime abord, peut paraître efficace, peut tout
autant se révéler contre performante. Ainsi, il reste préférable de traiter vos
emails à des moments précis de la journée plutôt que de passer votre temps à
guetter votre boîte de messagerie. Il s’agit également de prioriser les tâches
qui peuvent attendre et celles urgentes.  Avant de vous lancer dans une tâche, déterminez
celles qui vous prennent du temps et leur degré d’urgence. Glissez-les,  ensuite, dans votre to do list et vérifiez
que vous avez assez de temps pour les effectuer dans une journée.  Vous gagnerez ainsi en rapidité et pourrez
visualiser l’avancement de vos objectifs. N’oubliez pas de vous laisser des
temps de battement pour gérer les urgences qui surviendraient ou tout
simplement vous reposer.

3/ Penser que votre produit va se vendre tout seul 

Nombreux sont ceux qui pensent qu’il suffit d’avoir le
produit qui répond parfaitement à un besoin pour qu’il se vende. La réalité est
pourtant bien différente puisque, même si vous apportez le meilleur service du
monde, les gens n’attendent pas que vous. Il vous faudra souvent être force de
persuasion afin de convaincre vos futurs clients de changer de solutions, même lorsqu’ils
ne sont, au départ, pas satisfaits de celles qu’ils utilisent. Leur temps est
précieux et les sollicitations sont nombreuses. Mettez en place une stratégie
pour vous faire connaître ainsi qu’un argumentaire commercial puissant qui
montre vos différences. Préparez-vous à ce que l’accueil soit difficile,
prévoyez les objections et que l’on vous demande votre valeur ajoutée par
rapport à vos principaux concurrents directs ou indirects.

4/ Dépenser sans compter 

Il s’agit d’un phénomène qui survient surtout après une
levée de fonds. Tout semble possible mais les dépenses sont alors d’autant plus
dures à contrôler que les possibilités s’avèrent nombreuses. Ne vous enflammez pas
et prenez en compte que certaines dépenses sont à venir et que vous devrez
continuer à payer les salaires de vos salariés même si vos projections ne se
réalisent pas comme prévues. Pesez bien le pour et le contre de chaque dépense sans
toutefois pousser le vice à l’extrême.

5/ Ne pas investir

Phénomène inverse du précédent, la gestion en trop bon père
de famille peut nuire à votre entreprise. Si faire des économies peut sembler
utile, il y a des dépenses à faire. A titre d’exemple, des économies trop
poussées sur le matériel de votre société peuvent vite ralentir l’activité de
vos salariés qui, de fait, perdront en productivité. D’autre part, certaines
économies peuvent nuire à votre firme notamment si elles affectent la rapidité
d’établissement d’une stratégie. Ainsi, s’il peut être utile d’économiser sur
votre site web en passant par un prestataire peu coûteux, ces économies peuvent
s’avérer contre performantes si ce dernier met trois fois plus de temps à vous
le sortir. Enfin, n’oubliez pas que votre temps représente de l’argent et donc
que vous ralentir, c’est aussi freiner votre activité. Souvenez-vous que vous
pourriez utiliser votre temps à autre chose qu’à chercher les agrafes les moins
chères du marché sachant que vous n’en utilisez, en moyenne, que 1000 par an.

6/ Ne pas montrer l’exemple

Vous êtes le chef d’entreprise. A ce titre, vous représentez
votre société et êtes souvent pris en exemple par vos salariés. Bien qu’ils ne
voient peut-être pas tout ce que faites, la tendance sera de vous singer. Pour être
un bon dirigeant, vous devrez, d’abord, prendre en compte cet élément et vous
aurez du mal à exiger des autres ce que vous ne faites pas vous-même. Ensuite,
et même si vous avez donné le meilleur de vous-même pendant des années, prenez
en considération que la plupart de vos collaborateurs n’étaient pas tous là au
début. Continuez donc à donner l’exemple. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer