BusinessGérerL’installation de l'entreprise

Les écosystèmes européens qui concurrencent la Silicon Valley

Durant les années soixante-dix, la vallée de Santa Clara en Californie fût
qualifiée de Silicon Valley en raison de sa concentration inédite d’entreprises
spécialisées dans les semi-conducteurs et l’informatique. C’est dans cette
vallée devenue mythique qu’apparut le phénomène des start-ups, ces jeunes
pousses qui, émergeant du néant, se hissent aujourd’hui au rang de géant
technologique. Ce succès de la concentration de matière grise a depuis fait des
émules. L’Europe a créé plusieurs « Silicon Valley » ayant vocation à
concurrencer leur modèle américain.

Une ambition à
l’échelle européenne

Comme toute « success story », la Silicon Valley fait rêver y
compris au sein de la commission européenne. La commissaire en charge de la
société numérique, Neelie Kroes, a en effet déclaré que cette dernière était
« cool et sexy » pour expliquer son attractivité. Dans les faits, les
dirigeants européens souhaitent encourager la création d’incubateurs
d’entreprises par pôle et renforcer la crédibilité et la notoriété de ceux existants
en facilitant leur interconnexion. Et l’Europe compte déjà de nombreux
écosystèmes incubateurs de start-ups ! Arrêtons-nous sur trois des plus
dynamiques.

1. Sophia Antipolis

Fondée en 1969 dans le département des Alpes-Maritimes, elle s’étend sur 2400
hectares, compte 1400 entreprises, 5000 étudiants chercheurs et génère 31000
emplois et 6 milliards d’euros de PIB par an ! Elle est la plus importante
technopole de France et d’Europe consacrée aux technologies de l’information et
de la communication (TIC), du multimédia, des sciences de la vie (médecine,
biochimie et agronomie), de l’énergie, de la gestion de l’eau, des risques et
du développement durable. Parmi ses grandes réussites, on note par exemple, la
définition de la norme GSM.
En son sein, l’incubateur PACA-EST, créé en 2001, valorise des compétences et
le transfert des technologies issues des laboratoires universitaires et
organismes de recherche publics pour favoriser l’émergence de start-ups. Il a
déjà soutenu plus de 100 projets.

2. Londres Tech City

Né en décembre 2010, le programme Tech City vise à faire de Londres un
centre technologique de niveau mondial. Situé autour du quartier émergeant du
Silicon Roundabout, dans l’Est de la capitale, il attire depuis de nombreux
designers, créatifs et jeunes entrepreneurs. Un programme baptisé « Future 50 »
fait office d’incubateur en facilitant la croissance des start-ups les plus
prometteuses. Sur les 50 sélectionnées, quatre ont réussi leur introduction en
bourse et treize autres ont levé des fonds pour un total de 260 millions de
livres. Elles ont créé plus de 15 000 emplois.

3. Berlin, la Silicon
Allee

Très innovantes, les start-ups berlinoises se regroupent dans la
Schönhauser Allee, surnommée localement Silicon Allee. Le gouvernement fédéral
et la mairie de Berlin ont pris de nombreuses initiatives favorisant le
développement de ce secteur à Berlin. Plusieurs incubateurs et pépinières à
start-ups y sont implantés : la Factory de Google, la Start-Up Academy et la
fameuse Rocket Internet. Cette dernière s’est rendue célèbre en lançant, avec
le succès que l’on sait, Zalando et Jamba. En outre, un nouvel hub à start-ups
devrait voir le jour sur l’ancien aéroport de Tempelhof.

Force est de constater que l’Europe ne manque pas d’écosystèmes aptes à
concurrencer la Silicon Valley et que la France s’y positionne par ailleurs
très bien. Le futur technopôle de Paris-Saclay en cours d’aménagement devrait
regrouper à terme entre 20 et 25 % de la recherche scientifique française. La
Silicon Valley n’est décidément plus seule !

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page