CréerInnovationL'idée innovante

Le e-learning s’est imposé sans que l’on s’en rende compte dans tous les esprits

Cette nouvelle méthode de formation apparue à la suite du développement des technologies de l’information et de la communication, bouleverse les habitudes traditionnelles de formation dans les entreprises.

La réforme, un vrai soutien pour l’e-learning

Le 1er janvier 2019 a marqué le début de la mise en œuvre de la loi « Avenir professionnel » avec la création de nouvelles instances de gouvernance mais surtout l’entrée en vigueur du CPF monétisé et l’ouverture du marché de l’apprentissage. Cette modification de la loi avec son traineau de contraintes financières conduit les organismes de formation à prendre un virage à 180 degrés et leur demande d’intégrer l’e-learning dans leur manière de dispenser les formations.

Personne n’ignore les nouvelles technologies

Aujourd’hui dans presque chaque foyer, l’ordinateur a pris place mais avec lui aussi de nouvelles habitudes et capacités. Naviguer sur internet ne fait plus peur et même les seniors y ont pris goût et l’utilisent : les avantages demeurent indéniables comme celui de communiquer avec leurs enfants et petits-enfants à distance et les nouveaux outils font partie de leur quotidien. De plus, les internautes de tous âges ont pris l’habitude de rechercher des informations sur internet mais aussi de se former grâce aux videos Youtube : du bricolage, à l’origami, pour réparer son ordinateur, pour chercher un logiciel… ces vidéos pertinentes et parfois concurrentes sur le même sujet vous permettent de connaître la marche à suivre et sans vous en rendre compte, vous suivez des cours en e-learning.

EdTech : ces start-up françaises au service de l’éducation

Le marché mondial des technologies de l’éducation devrait atteindre une croissance de 17 % entre 2016 et 2020 pour valoir 252 milliards de dollars, selon un rapport global de EdTechXGlobal, leader des conférences rassemblant des investisseurs, des créateurs et des leaders de l’industrie internationale de l’éducation. En France, le marché de l’EdTech est en pleine expansion. Il représentait plus de 89 millions d’euros en 2017, selon une étude effectuée par le cabinet Deloitte et  recense actuellement 364 acteurs. Dans l’Hexagone, ces nombreuses start-up se mettent au service de l’éducation et de l’apprentissage, par le biais de procédés et de technologies innovantes. 

L’e-learning et l’accès à de nouvelles compétences

Avec la mutation numérique et notamment l’arrivée de l’intelligence artificielle, d’après l’enquête européenne « Transformations, compétences et learning » menée en avril 2018 par l’Observatoire Cegos, 87 % des salariés pensent que leur emploi va être impacté dans les 5 ans qui viennent par les évolutions technologiques. 53 % anticipent l’émergence de nouveaux métiers et 28 % estiment que certains métiers vont disparaître. 79 % des salariés identifient la formation comme le principal levier pour faire face à ces évolutions.

Qu’en est-il du e-learning en entreprise ?

Le e-learning a pour caractéristique de proposer des formations structurées qui vont d’étape en étape et qui vous servent de guide. Ces formations ont été réalisées par des experts qui maîtrisent totalement le module pédagogique et qui sont à même de comprendre le cheminement du raisonnement des personnes formées. Ils sont aussi capables d’intégrer dans leurs étapes des personnes de niveau hétérogène. C’est là tout l’avantage du e-learning : sa capacité à s’adapter à chaque individu. Un « pré-test » effectué par le formateur et destiné à évaluer les besoins spécifiques de chacun permet de proposer des modules adaptés à chaque personne. 

Et les blocages ? Comment faire ?

La formation en présentiel fait partie des incontournables car les apprenants ont besoin d’un certain nombre de cours en présence physique du formateur. Le formateur est d’ailleurs un facteur clé de la réussite des apprenants. Particulièrement quand certains points leur paraissent difficiles à appréhender. Sans la présence et l’intervention compétente d’un formateur, ils se décourageraient et abandonneraient. La première appréhension que suscitent les formations diplômantes en e-learning est celle d’être isolé. Les professionnels interrogés évoquent ainsi l’inconvénient de devoir étudier seul (52 %), et celui de ne pas avoir de retour en personne sur les travaux effectués (48 %). Faisant écho à leurs craintes d’isolement, 93 % des professionnels interrogés estiment qu’il est important de bénéficier de séances d’accompagnement personnalisées pour réussir une formation diplômante en e-learning. 85 % estiment également qu’une plateforme collaborative, mettant en contact l’ensemble des participants à la formation, permet de réussir un cursus. En contrepartie, les formateurs doivent acquérir de nouvelles compétences pour dispenser leurs conseils à distance et maîtriser des outils numériques de communication : le tchat, le forum… Ils ne doivent plus avoir de secrets pour eux et devenir des outils quotidiens pour échanger avec les apprenants.

Quels sont les avantages du e-learning pour les entreprises ? 

1/ Des économies réelles. 

Remplacer une formation en présentiel par une formation e-learning constitue sans conteste une économie financière. Des études ont estimé que la différence de prix serait entre 35 à 60 %. Celle-ci est due à l’absence de frais de déplacement et de location du matériel et des locaux.

2/ Une organisation flexible. 

Une organisation flexible tant sur le plan des horaires que sur le lieu où se trouve l’apprenant.

3/ Les formations diplômantes, l’apanage de l’e-learning. 

Des interviews ont été réalisées en ligne sur système CAWI (Compter Assisted Web Interview) du 28 décembre 2018 au 15 janvier 2019 pour le compte de l’EDHEC par Opinion way. La conclusion en est que les formations diplômantes en e-learning intéressent une large partie des professionnels interrogés : 74 % d’entre eux déclarent qu’ils seraient prêts à en suivre une dans les deux prochaines années.

Les attraits des formations diplômantes sont tournés vers l’avenir professionnel mais aussi pour leur permettre de s’adapter aux nouveaux bouleversements qui rendraient caducs leurs compétences. 

Il s’agit de : 

– faire avancer leur statut professionnel grâce aux formations diplômantes en ligne, que ce soit en termes de progression professionnelle (45 %) ou de rémunération (37 %) ; 

– de mettre le pied à l’étrier pour débuter une nouvelle expérience professionnelle : 31 % des professionnels qui souhaitent en suivre ont pour motivation un changement d’orientation ;

– de s’adapter aux imprévus inhérents à la vie professionnelle : pour 59 % des professionnels interrogés, pouvoir accéder aux contenus à tout moment est des principaux avantages des formations en e-learning 

Avec quels moyens technologiques

Principalement les Smartphones et PC portables : il s’agit d’outils complémentaires et préférés pour suivre la formation, à domicile ou en mobilité. Le Smartphone (86 %) et le PC portable (81 %) sont les deux équipements numériques les plus couramment possédés par les professionnels interrogés.

  • Le compte personnel de formation (CPF) est utilisable par tout salarié, tout au long de sa vie active, pour suivre une formation qualifiante. Le CPF a remplacé le droit individuel à la formation (Dif). Toutefois, les salariés ne perdent pas les heures acquises au titre du Dif et pourront les mobiliser jusqu’au 31 décembre 2020.
  • La grande nouveauté réside dans le fait que depuis le 1er janvier 2019, il est alimenté en euros et non plus en heures c’est-à-dire au tarif de 15 euros de l’heure. Le CPF fait partie du compte personnel d’activité (CPA).
  • Le CPF s’applique aux travailleurs indépendants depuis le 1er janvier 2018. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer