GérerLe B.A. BA des RHManagement

Comment gérer un salarié difficile ?

Travailler avec un salarié difficile est une situation à laquelle tout le
monde est confronté au quotidien. Ce type d’employé peut être indirect et faire
croire que tout va bien ou direct, colérique, agressif, violent et
insupportable. Il remet souvent en question l’autorité. Son attitude affecte
les relations interpersonnelles. Alors, quelles stratégies adopter pour le gérer
efficacement ?

Recherchez la cause de son
comportement

En tant que supérieur hiérarchique, vous ne devez pas éviter un employé
difficile. Essayez plutôt d’identifier la cause de son comportement. Vous devez
déterminer s’il s’agit d’une situation contextuelle ou un problème récurrent
ancré dans sa personnalité. Le changement de comportement peut provenir d’une
situation temporaire, par exemple les problèmes familiaux ou le stress au
travail.

Identifiez les domaines dans lesquels
l’employé pose problème

Un employé difficile peut provoquer de la démotivation, des conflits, de la
frustration et la confusion entre collaborateurs. Il peut donc être un
véritable cauchemar pour ses collègues. Dans certains cas, il reste silencieux
et joue à la victime dans toutes les situations. Ne vous concentrez pas
uniquement sur ses actions négatives, mais élargissez votre perception des
raisons pour lesquelles il est considéré comme un employé difficile. Découvrez
ses réflexes naturels et identifiez le contexte dans lequel il ressort son
caractère difficile. Pour y arriver, il suffit d’observer les comportements et
les résultats de l’employé concerné sur une longue période.

Rencontrez le salarié difficile

Après avoir recherché les causes et le contexte, convoquez l’employé à une
réunion au cours de laquelle vous serez assisté par un conseiller ou un
responsable des ressources humaines. Avant cette réunion, il est important de
faire un dossier complet de faits concrets et de résultats tangibles. Évitez de
mettre les ouï-dire et les perceptions personnelles dans ce dossier. Restez
neutre et pratiquez la rétroaction constructive. 

Voici les étapes à suivre pour réussir une rétroaction constructive :

• Détendez l’atmosphère en utilisant « je » pour échanger avec lui 
• Présentation des résultats tangibles et des faits observés 
• Recensez les réactions de l’employé par rapport aux résultats et faits 
• Rappelez-lui les impacts de son comportement sur ses collaborateurs 
• Notez ses réactions 
• Sélectionnez deux à trois comportements à améliorer à court terme 
• Demandez-lui de proposer des solutions et d’établir un plan d’action. Selon
la gravité du problème, vous pouvez opter pour une formation par un
professionnel ou un coaching par un gestionnaire. Pour une mise en œuvre
efficace du plan d’action, la rigueur est de mise.

Assistez l’employé tout au long de la
mise en œuvre du plan d’action

L’implication de l’employeur ou du supérieur hiérarchique dans la recherche
de solutions ne s’arrête pas seulement à la première rencontre. Il est
recommandé de suivre l’employé dans l’application du plan d’action, de le
rencontrer régulièrement et d’évaluer rigoureusement ses apprentissages.

S’il récidive, sanctionnez-le

Si malgré le coaching et la formation, l’employé présente des traits de
personnalité qui ont des répercussions sur l’ambiance de travail et qui
occasionnent des conflits au sein de l’entreprise, vous devez appliquer les
mesures disciplinaires qui s’y imposent (avertissement, avis verbal, avis
écrit, suspension et congédiement.) Évitez de prendre des décisions
précipitées, car elles peuvent avoir des impacts négatifs sur le climat de
travail, l’organisation du travail et le leadership.

La gestion d’un employé difficile est une tâche complexe. Il ne faut surtout
pas déplacer ou éviter d’intervenir pour corriger ce comportement, car les
conséquences peuvent être lourdes pour l’entreprise. Pour réussir à changer un
employé difficile, vous devez être rigoureux, courageux et persévérant.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer