GérerGestionLe B.A. BA de la gestion

Comment développer une culture de la mutualisation ?

Nous sommes nombreux à vouloir participer à la création d’une société plus écologique, plus engagée, plus responsable mais sommes-nous aussi nombreux à vouloir construire un milieu économique similaire ? Et si le milieu économique de demain était un système de connexions plus efficaces entre les éléments et les sous-éléments qui composent les différentes industries, un écosystème de différents business?

Relations complexes, concurrence et coopération, “co-évolution”

Le terme de “Business Ecosystem” appartient à James Moore, l’auteur de “The Death of Competition: Leadership & Strategy in the Age of Business Ecosystems” qui l’utilise pour décrire l’industrie de l’avenir. Dans sa vision, les entreprises se retrouvent souvent dans la situation où elles doivent être simultanément clientes, fournisseurs, concurrentes et partenaires les unes des autres et “co-évoluer” en même temps dans l’environnement.
Et si l’un des outils pour construire cette coopération, qui peut prendre plusieurs formes, est la mutualisation ?

Mutualisation, vision partagée pour un meilleur rendement économique

Le terme de mutualisation décrit généralement des types de coopération entre différentes parties autour de sujets communs, mais il semble vague et amène fréquemment de la confusion. Et cela, parce que chaque solution de mutualisation est distincte, unique et répond à des besoins spécifiques. Vous ne pouvez pas l’inscrire dans des modèles ou de configurations prédéterminés, car les formes qu’elle prend sont diverses.

En plus des réductions des couts, la mutualisation permet aussi de gagner du temps, de réduire les risques, d’améliorer la qualité d’un service, de consolider sa notoriété, etc. Vous pouvez donc l’appliquer à différents niveaux, mais le gain le plus important porte sur culture de la collaboration, du dialogue et de l’échange.

Quel que soit l’objet de la mutualisation, chaque structure doit normalement en tirer profit sans que cela se fasse aux dépens de l’une des structures impliquées, cette démarche collective ayant pour résultat l’obtention de fins partagées. Il s’agit donc de plus de coopération entre les acteurs pour un meilleur rendement économique, une démarche conçue sur des besoins similaires ou complémentaires, une culture commune, facilitant une rentabilité déchiffrable dans le fonctionnement quotidien de vos entreprises.

Comment développer une culture de la mutualisation?

La mutualisation des moyens, des compétences, des prestations de services ou des achats commence à intéresser les collectivités territoriales, les PME, les grands groupes, leur but commun étant de réduire leurs coûts et d’équilibrer leurs dépenses. Différentes formes se pratiquent déjà, mais une vraie culture de la mutualisation n’existe pas encore. Elle pourrait être un redoutable levier économique et aussi une opportunité de créer une nouvelle manière de faire les choses, mais comment faire pour la développer?

Tout d’abord, si on est une PME ou une TPE il faut partir du principe que la réflexion stratégique n’est pas réservée qu’aux grands comptes. Pour les frais généraux habituellement les responsables pensent qu’ils ne font pas assez de volumes pour utiliser la mutualisation. Ils pensent notamment que le chiffre d’affaires que la société représente n’est pas assez important pour qu’il soit soumis à une analyse de réductions de coûts. Au pôle opposé, les responsables chez les grades entreprises considèrent qu’ils ont déjà assez de pouvoir de négociation pour gérer indépendamment leurs achats. La vérité est qu’ils sont les captifs des principes du milieu économique actuel et qu’ils se cantonnent dans des idées préconçues, alors qu’en réalité la mutualisation apporte de bénéfices réels pour tous. La mutualisation est une alternative qu’on devrait avoir tous en tête chaque fois qu’on arrive à se demander si on a les ressources financières, humaines, logistiques nécessaires pour monter un projet. Soyez ouvert à des alternatives et voyez ce qu’elles peuvent apporter à votre business, c’est le premier pas. Après il y tout un éventail d’actions et de principes qu’il faudrait appliquer pour déplacer à fur à mesure nos barrières nos limites actuelles.

Structurez vos démarches, collaborez, dialoguez, échangez! Partagez des idées, des informations, des pratiques, car la mutualisation peut aussi bien rester informelle. Ne vous repliez pas sur vous-mêmes. Fuyez l’isolation. Encouragez ce qui rassemble. Harmonisez vos actions avec celles de vos partenaires d’affaires. Mutualisez !

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page