Entrepreneur

Interview de Yseulys Costes, Co-fondatrice et présidente de 1000mercis.com

Présentez-nous le groupe 1000mercis ?

Notre société est spécialisée dans la publicité et le marketing sur les médias interactifs, soit Internet et les mobiles. Nous accompagnons des annonceurs qui souhaitent faire la conquête de nouveaux clients et les fidéliser grâce à ce type de médias. Pour cela, nous leur proposons la conception et la mise en place d’opérations de marketing interactif.

Du site millemercis.com, proposant aux internautes de constituer leur liste de cadeaux, à l’agence de marketing interactif 1000mercis, votre concept a-t-il évolué ?

Non, car le modèle économique est toujours resté le même. Nous avons toujours pensé qu’Internet représente un formidable outil pour collecter des bases de données et les utiliser pour pouvoir mieux parler au consommateur ou trouver de nouveaux clients pour les annonceurs. Notre première application pour collecter ces données s’est faite à travers deux sites de liste de cadeaux (millemercis.com et millemercismariage.com). Ces sites ont été le moyen que nous avons trouvé pour commencer à constituer cette base. Aujourd’hui, 35 % de notre chiffre d’affaires provient de la location de base de données intelligente.

Quel a été votre parcours professionnel avant 1000mercis ?

J’ai un parcours entrepreneurial atypique puisque je suis issue de la recherche. J’ai découvert Internet en 1995, lors de mes études aux états-Unis, alors qu’en France, presque personne ne s’y intéressait encore ! J’ai donc décidé de faire de la recherche et de l’enseignement en regroupant mes deux centres d’intérêts : Internet et le marketing. Parallèlement, j’ai participé à la création et été coordinatrice de l’IAB, une association qui regroupe les professionnels du marketing sur Internet, association qui existait déjà aux états-Unis. J’avais donc un pied dans le monde académique et un autre dans le monde professionnel. En 2000, avec mon associé, nous avons eu l’idée de 1000mercis. Nous nous sommes dit qu’il fallait y aller, même si nous n’avions pas l’âme entrepreneuriale à la base. Je n’avais jamais rêvé de créer mon entreprise !

De la recherche au monde de l’entreprise : un parcours atypique ?

Malheureusement oui, dans des pays tels que les états-Unis ou l’Allemagne, on rencontre très fréquemment des créateurs ayant ce type de parcours. Je pense que l’entrepreneuriat c’est avant tout créer de la valeur et, souvent, à l’origine de cela se trouve l’innovation. Pour moi, le pont entre ces deux mondes paraît donc assez naturel. Ce que nous faisons aujourd’hui avec mon associé n’est ni plus ni moins que la continuité de nos travaux de recherche.

L’innovation est au cœur de l’activité de 1000mercis. Comment procédez-vous ?

Nous consacrons 20 % de nos dépenses à la R&D, au travers de partenariats avec de nombreux laboratoires de recherche comme par exemple HEC, l’école Normale Supérieure de Cachan, l’INSEAD ou l’Université Paris Dauphine. Nous accueillons également dans notre équipe des doctorants qui réalisent leur thèse chez nous et des salariés dont une partie de leur activité est consacrée à la R&D.

Comment innove-t-on en marketing ?

On a une vision encore très « industrielle » de l’innovation, alors qu’aujourd’hui la majorité de l’innovation se fait dans le monde de services. Je prends l’exemple d’un travail de recherche que nous faisons actuellement : Price Minister, qui est un de nos clients, ne peut pas envoyer chaque semaine une newsletter présentant 120 millions de produits à 8 millions de personnes ! On doit donc essayer de deviner, grâce à des modèles mathématiques, quelle personne aura besoin de quel produit et quand. Nous recherchons des algorithmes qui pourront définir cela de manière pertinente et ainsi apporter une véritable valeur ajoutée aux consommateurs à qui Priceminister fait ainsi gagner du temps.

Faire de la recherche, qu’est-ce-que cela apporte à l’entreprise ?

Je pense que, pour être en mesure d’apporter de la valeur à nos clients, il faut constamment innover. Dans les périodes de crise économique, l’important est de prendre de l’avance et, ainsi, de créer des vraies barrières à l’entrée pour les concurrents.

Quelles sont pour vous les clés du succès de 1000mercis ?

Cette dynamique de R&D représente bien sûr une des clés du succès de la société. Mais notre force, c’est notre positionnement. Nous essayons d’être vraiment efficaces et concentrés dans notre cœur de métier, sans nous éparpiller.

Comment voyez-vous l’avenir de 1000mercis ? 

L’entreprise a été introduite en bourse en 2006, et ce, notamment pour financer notre développement international. Il y a un an de cela, nous avons racheté une entreprise, Ocito, spécialisée dans le marketing sur mobiles. Aujourd’hui, notre projet est d’inventer ce qui sera un mix entre le web et le mobile, afin d’étoffer nos métiers sur les médias interactifs.

Que représente pour vous la création d’entreprise ?

C’est une magnifique aventure et beaucoup de bonheur ! Cela a quand même quelque chose de magique de créer de la valeur et d’avoir pu choisir chacune des personnes de son équipe ! Bien sûr, on ne peut pas faire cela à moitié, et il faut y consacrer beaucoup d’énergie. Il faut en donner et ne pas avoir peur d’en donner. C’est un métier où il ne faut pas compter et ne pas avoir peur de ne pas compter ! Créer de la valeur prend du temps, il n’y a pas de miracles !

Les 5 conseils d’Yseulys Costes aux entrepreneurs

  • Créer une boîte dans un savoir-faire qu’on aime, dans un domaine de passion. 
  • Être conscient que la création d’entreprise c’est un vrai choix de
    vie qui demande de ne compter ni son temps, ni son énergie.
  • Avoir une approche ludique dans ce que l’on fait. Je pense qu’on crée
    plus de valeurs quand on le fait en s’amusant, plutôt que dans la
    douleur. 
  • Avoir beaucoup d’humilité. L’entrepreneuriat c’est de fortes convictions mais aussi d’importantes remises en question. 
  • Garder toujours en tête une vision d’où on veut aller et de la manière par laquelle on peut y arriver.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page