Entrepreneur

Interview de Aliza Jabès, PDG de la marque de cosmétique

Pourquoi avez-vous choisi de créer votre entreprise ?

Au fond de moi, j’ai toujours eu envie de créer mon entreprise. Pourtant les études que j’avais suivies au sein de grandes écoles me prédestinaient plutôt à faire carrière dans un grand groupe. C’est finalement par choix et guidée par mon instinct que je suis entrée dans l’entrepreneuriat.

Comment avez-vous déniché le laboratoire Nuxe ?

En fouinant ! Après mes études, j’avais envie de créer une marque de cosmétiques naturels. Mon père qui est pharmacien a eu échos de la vente d’un petit laboratoire artisanal spécialisé dans les soins naturels. Ce laboratoire, inconnu à l’époque, s’appelait Nuxe, soit la contraction des mots « naturel » et « luxe ». J’ai senti que le mariage du naturel avec le luxe était avant-gardiste. Alors j’ai foncé sur un coup de tête, tout simplement.

Pourquoi vous êtes-vous tournée vers une reprise d’entreprise ?

A l’époque j’envisageais deux scénarios comme possibles : soit je démarrais une marque de zéro, soit je m’appuyais sur un laboratoire existant avec des formules auxquelles il fallait donner vie. C’est finalement cette deuxième option qui s’est imposée à moi.

Comment avez-vous réussi à faire connaître la marque Nuxe ?

Cela a été le parcours du combattant ! Les sept premières années ont été celles de la « vache maigre » et ce, pour plusieurs raisons. D’abord parce que j’avais beau avoir de bons diplômes, je ne connaissais pas ce métier. Je n’avais jamais travaillé dans une boite de cosmétologie, je n’étais pas formulatrice… et je devais quand même remettre sur pieds un laboratoire. Ces sept années ont été consacrées à la R&D. Nous ne développions que très peu la partie commerciale, juste le minimum pour que nous puissions survivre. Nous plantions les fondations de la marque et ne cherchions pas à communiquer. La deuxième phase a été celle de la communication et de la distribution. Comme je n’avais pas de fortune personnelle, j’ai dû utiliser le bouche à oreille pour communiquer sur nos produits. Les journalistes beauté ont découvert la marque Nuxe qu’ils ont tout de suite adorée, puis les célébrités ont adopté nos produits… le buzz médiatique était lancé ! Nous n’avons commencé à communiquer de façon importante que bien plus tard. Nous ne diffusons des publicités que depuis 5 ou 6 ans, ce qui est très récent quand on pense que Nuxe a déjà presque 20 ans.

Comment avez-vous réussi à tenir pendant ces sept premières années ?

Grâce à ma famille qui m’a énormément soutenue pendant cette période mais aussi grâce à mon acceptation de ne rien gagner pendant des années. Avant de créer ma boite, mon job d’analyste financier dans un grand groupe me procurait déjà, de par mes diplômes, un salaire très confortable. Je pense que le propre des entrepreneurs, c’est d’accepter d’avoir un train de vie bas pendant quelques temps. C’est pour cela aussi qu’il est intéressant de se lancer lorsqu’on est encore jeune. C’est sûr que si on a la folie des grandeurs et qu’on veut tout de suite avoir un 200m², il vaut mieux ne pas créer son entreprise !

Quels sont selon vous les secrets de la réussite d’une entreprise ?

Je crois qu’il n’y a pas vraiment de secrets, mais plutôt des caractères propres à l’entrepreneur. Pour mener une entreprise vers la réussite, il faut avoir une capacité de résistance hors du commun ! Des coups, on en prend tout le temps, et en particulier lors des dix premières années. Si on n’a pas une capacité de marathonien, plutôt que celles d’un sprinter, on ne peut pas tenir. Pour réussir, il faut avoir un bon produit et qu’il soit innovant. Il doit correspondre aux attentes mais aussi l’entrepreneur doit compter sur une bonne dose de chance. Les études c’est bien, mais il faut aussi une grande capacité de résistance.

Vous innovez sans cesse. Pourquoi ?

Nous innovons constamment car c’est indispensable dans notre univers. Pour qu’une entreprise soit pérenne et puisse devenir un des fleurons d’une société, pour qu’elle puisse ensuite s’imposer à l’international, il faut être capable d’innover. Les sept premières années, nous avons tout investi sur le labo interne, ce qui est un peu atypique car la logique aurait été d’externaliser cette partie. Ce choix de ma part a été purement instinctif. Avec le recul, je me dis que c’est peut-être cela qui nous a permis de tenir et devenir aujourd’hui un acteur majeur de la cosmétologie naturelle en France et au niveau européen.

Comment imaginez-vous les développements futurs de Nuxe ?

Nous allons continuer à innover pour découvrir de nouvelles molécules, toujours dans le naturel bien entendu. Nous venons de créer une nouvelle marque, Bio-Beauté®, certifié Ecorcert® afin de développer de nouveaux segments sur le marché. Le futur sera donc également axé sur le développement de marques au sein du groupe Nuxe. Le deuxième volet de développement sera l’international. Nous avons embauché beaucoup de collaborateurs à l’international. Aujourd’hui, nous faisons déjà une vingtaine de millions de CA à l’étranger et notre challenge est de faire de Nuxe un groupe international.

Les 5 conseils d’Aliza Jabès aux entrepreneurs

  • Partir d’une idée, avoir une vision.
  • Essayer de fédérer
    autour de soi sa famille. Dans les débuts, la famille vous soutient
    généralement mieux que les banques. Et celles-ci vous prêtent plus
    facilement si la famille vous soutient financièrement.
  • Résister et ne pas penser que l’entreprise décolle en un an ou deux car c’est généralement impossible.
  • Structurer le plus tôt possible dès que vous sentez que le business
    commence à prendre. Avoir les méthodes des grandes boites au niveau
    managérial, logistique, gestion… quand vous vous développez, vous
    freinez l’entreprise si l’augmentation de la production n’a pas été
    anticipée.
  • Toujours garder l’esprit « petite boite ».

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page