GérerGestionLes difficultésSanté et bien-êtreSocial

Pourquoi il va falloir s’habituer à la crise sanitaire ?

La crise sanitaire est bien là et la moitié de la population mondiale est désormais confinée chez elle. Si beaucoup attendent la fin du confinement pour reprendre les bonnes vieilles habitudes, il faut désormais s’avouer que notre quotidien va être profondément bouleversé pour de longs mois voire beaucoup plus. Zoom sur les raisons de s’habituer dès maintenant à un bouleversement qui va se poursuivre.

La crise va durer sur le temps

De nombreuses personnes espéraient une immunisation rapide de l’ensemble de la population et il devient clair aujourd’hui que celle-ci ne se fera pas en un jour. Seul un faible pourcentage de la population a été aujourd’hui atteint par le coronavirus selon les premiers rapports scientifiques. Autrement dit, la crise est partie pour se poursuivre sans qu’on puisse en définir la durée. Le gouvernement est en train de prendre certaines mesures qui a demi-mots sont là pour que cette transmission s’accélère tout en préservant les personnes les plus fragiles. Il suffit de se demander pourquoi les écoles, collèges et lycées réouvrent alors que l’université non. Evidemment ce ne sera pas pour le respect des gestes barrières par les plus petits plus que par les grands et la raison apparaît évidente : les parents sont plus jeunes et donc plus résistants au coronavirus et le but est donc d’immuniser la population de parents, souvent des travailleurs, rapidement. Mais celle-ci dépend de la capacité des hôpitaux à accueillir et celle-ci n’est pas infinie et si le nombre de morts ne représentent qu’un faible pourcentage de la population, le nombre de personnes allant en réanimation est pour le moins élevé. Il faudra donc jouer pendant un long moment entre la capacité des hôpitaux et la propagation de la maladie. Autrement dit une affaire de mois voire peut-être d’années. 

La possibilité d’une résurgence et de vagues

Ce qui se passe dans d’autres pays est éloquent et même là où le virus est maîtrisé, il a tendance à revenir. Autrement dit, les vagues de contamination sont possibles et la possibilité de se retrouver à nouveau confiné est loin d’être improbable. Si elle diminue au fur et à mesure que le nombre de personnes immuno- résistantes augmentent, rien ne garantit que d’un part le virus ne puisse pas s’attraper deux fois, ni qu’ils mutent et que nous y ayons droit chaque année comme la grippe. Autrement dit, il se pourrait bien que le coronavirus devienne une règle jusqu’à ce qu’un vaccin soit trouvé, si jamais il existe. Cela pourrait prendre un certain temps donc autant se préparer d’avance à ce que ce soit le cas et transformer dès maintenant nos habitudes et à anticiper. 

Les habitudes liées à l’hygiène vont profondément être bouleversées

Si juste avant la crise, les embrassades et les poignées de main étaient de mises, il est clair que cela ne sera qu’un phénomène minoritaire à la sortie de confinement. Les rituels vont profondément être bouleversées rien que par le fait de vouloir limiter la propagation du virus et de ne pas vouloir se retrouver à nouveau confiné. Les français devraient être prudents, voire certains intransigeants. Il n’y a qu’à voir les réactions parfois disproportionnées de certains sur les réseaux sociaux pour comprendre qu’un bon nombre de nos concitoyens ont été profondément meurtris alors que d’autres vivent dans une peur permanente. Cette dernière devrait d’ailleurs mettre du temps à s’estomper, d’autant plus que certains médias s’en font leurs « choux gras ». 

La mise en place d’un nouveau système en cours

Ce qu’il faut comprendre avant tout et bien au-delà du simple fait que le virus vienne et revienne c’est que désormais l’anticipation d’une crise plus grave est au cœur des questionnements. Si les différents gouvernements ne semblaient pas du tout sensibles par exemple à une crise environnementale voire à un niveau sanitaire de grande ampleur, ce n’est vraiment plus le cas. Il reste à noter que le coronavirus possède un faible taux de mortalité et que, désormais, il est envisagé des scénarii pires que celui actuel. De nombreuses nouvelles règles vont apparaître pour nous permettre d’anticiper et de ne pas nous retrouver confronté à la même situation voire pire alors qu’avant cela était tout bonnement ignoré. Une bonne nouvelle au final car la pire situation n’est désormais plus reléguée comme une impossibilité. 

Des transformations à prévoir pour les entreprises

Il est clair que si le manque d’adaptation de certaines entreprises les a obligées à poursuivre leur activité de la manière traditionnelle notamment quand le télétravail n’était pas possible pour des raisons techniques, cette excuse ne devrait pas tenir une deuxième fois et que chacun va devoir se préparer à ce que le phénomène se reproduise. C’est au final toute la conception même de notre manière de travailler qui va être remise en cause. Le bouleversement interne est donc à prévoir et à anticiper si vous ne voulez pas prendre un pari risqué. Il n’y a qu’à voir les débats actuels sur le retour de la médecine du travail pour comprendre que désormais la santé sera à prendre en compte de manière prioritaire dans les entreprises à tous les niveaux. 

Le changement va, en réalité, beaucoup plus loin puisque le consommateur va lui aussi modifier ses habitudes et que les entreprises vont devoir donc s’adapter à une nouvelle manière de consommer. Celle-ci devrait se transformer très rapidement et il va donc falloir s’adapter tout aussi vite. Si l’impact sur les organisations en interne est à peu près clair avec des mesures d’hygiène beaucoup plus strictes, une anticipation ou encore une capacité à modifier la manière de travailler comme en permettant le télétravail, l’impact sur l’externe reste encore flou et vague. Si le retour à la normal semble désiré et pourrait bien prendre le dessus, la tendance semble être de devoir prendre en compte que cela ne sera peut -être pas le cas et que nous allons devoir nous adapter à un changement de grande ampleur. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer