CréationCréerS'associer ou non ?

10 types d’associés à éviter

Recruter un collaborateur est difficile, tout le monde le dit mais choisir un associé comprend de nombreux risques dont celui de conduire l’entreprise à l’impasse.  Par souci d’équilibre avec votre vie personnelle ou tout simplement pure envie, il vous est venu à l’esprit de vous associer avec une autre personne. Cependant, faites bien attention à la personne que vous élirez pour vous seconder ou partager la moitié de votre travail car certains postulants s’avéreront particulièrement retors.

Si habituellement, un portrait élogieux du partenaire professionnel idéal vous est dressé, nous vous proposons aujourd’hui une démarche tout à fait opposée dans laquelle nous vous érigeons une liste des individus les moins aptes à vous assister dans vos démarches de travail.

Le beauf, celui qui se croit tout permis

Il s’agit cependant du type d’individu le plus repoussant. Il ne se rase jamais, prend une douche tous les quatre ans (chaque 29 février, cela va de soi) , ne connaît pas les principes d’un peigne ou d’un déodorant, raconte des blagues d’un humour plus que douteux…

Pourquoi l’éviter : Même si vous appréciez parfois le registre comique auquel il s’attache, tenez-vous réellement à ce que votre société soit gratifiée d’une mauvaise réputation à cause de votre associé ? Tenez à conserver une image propre dans tous les sens du terme.

Le paranoïaque, le cercle vicieux

Il voit le mal partout, s’imagine que vous allez lui voler sa place. Quand vous lui reprochez certaines choses, il pense aussitôt qu’il va se faire renvoyer. Quand vous le complimentez au contraire, il croit que vous aurez systématiquement quelque chose à lui signaler sur telle ou telle erreur imaginaire qu’il aura commise.

Pourquoi l’éviter : Petit à petit, à force de se prendre pour un fugitif traqué par toutes les polices, votre associé projettera sur vous toutes ses peurs, insécurités et insatisfactions. Cela éloignera votre clientèle et vous plongera dans un cercle vicieux dont vous ne pourrez sortir qu’au prix de sévères séjours en maisons de repos.

Le nymphomane, l’impossible à contrôler

Il est heureux de travailler avec vous. Si vous êtes une femme, il essaiera à tout prix de vous draguer soit en se montrant romantique, soit en demandant conseil auprès d’autres personnes.

Pourquoi l’éviter : Si cela continue ainsi, à ce rythme là, ce sont toutes vos clientes qui finiront par passer entre les mailles de son filet. Sachez que leurs maris, amants, fiancés, compagnons, concubins et potentiels enfants risquent de très mal le prendre.

Le procrastinateur, des promesses, toujours des promesses

Il sait qu’il a plein de projets en tête, mais il trouve toujours une excuse pour remettre à plus tard. Sa belle-mère qu’il déteste vient d’avoir un accident de moto, son voisin bricole sans arrêt et l’empêche de se concentrer…
Pourquoi l’éviter : Si ce partenaire se permet de traîner pour rendre tel ou tel dossier, pour terminer tel ou tel projet, pour finir telle ou telle action, il ne fera que précipiter la boîte à sa perte…

L’hypocrite, le manipulateur

Plus communément appelé « Pervers social », il vous harcèle afin d’obtenir une promotion, manipule les personnes de la boîte les unes contre les autres, provoque des mutineries professionnelles…
Pourquoi l’éviter : Parce que vous ne désirez pas que l’agent d’entretien vous retrouve un matin le visage tuméfié en train de vous vider de votre sang, parce que vous n’auriez pas dû faire ce que vous n’avez pas fait.

Le Tanguy, votre prochain colocataire

C’est votre associé. Il vous aide. Il vous apprécie. Mais il reçoit tous les jours ou presque un coup de fil de sa maman (ou de son papa). Elle l’appelle sans cesse et il lui faut rentrer plus tôt que prévu dans le logement qu’ils partagent tous ensemble.

Pourquoi l’éviter : Parce que ce genre de personne finit toujours par reporter l’affection parentale sur un associé ayant un certain ascendant ou une certaine autorité.

La victime dont vous êtes le bourreau

Ce n’est jamais de sa faute. Si le projet n’est pas achevé à temps, c’est parce qu’il a eu un problème d’impression. Si ce matin il est arrivé en retard, c’est parce que ses vêtements étaient cachés dans son placard et refusaient de venir , bien qu’il le leur ai demandé trois fois…

Pourquoi l’éviter : Parce que vous désirez former un duo dynamique et non une équipe dysfonctionnelle où l’un prend ses responsabilités, l’autre pas.

L’asocial, un ego disproportionné

Il tire toute la couverture. Aussi appelé loup solitaire, il prend toutes les décisions de son côté, sans jamais vous consulter. Il apparaît comme assez égoïste et reporte sur vous ce qui n’a pas marché, en s’enorgueillissant des succès communs.

Pourquoi l’éviter : Parce que lorsque l’on forme un tandem professionnel, cela se fait à deux et qu’il ferait mieux de se chercher un travail à effectuer seul si jamais il présente ce type de comportement.

Le non-réaliste, optimiste jusqu’à l’inconscience

Pour lui, il est impossible que l’idée ne marche pas. Cela ne peut que fonctionner : La preuve, il a bien vu Chuck Norris le faire plein de fois dans tous ses films. Alors, c’est presque comme si lui pouvait s y exercer aussi.
Pourquoi l’éviter : Parce que , contrairement à sa télévision, vous lui montrez la vraie vie et qu’il serait temps qu’il se déconnecte de la fiction.

L’encyclopédie, celui qui a tout compris

Il est sympa, il vous aide, il est propre, poli… bref vous avez trouvé la bonne personne (professionnellement) . Cependant, il vous exaspère à vous corriger maintes fois en public et à vous faire passer pour moins érudit que lui.

Pourquoi l’éviter : Parce que quand vous ignorez quelque chose, pour cela il y a un royaume qui apportera les réponses à toutes vos questions. Son nom ? La bibliothèque.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer