CréerTendanceTrouver votre idée

Ces start-up qui facilitent l’apprentissage des langues

L’apprentissage des
langues étrangères comporte de nombreux avantages. Exercice bénéfique pour le
cerveau et la mémoire, opportunité de faire des rencontres et de s’ouvrir au
monde, la pratique de nouveaux dialectes améliore également les perspectives de
carrière. Aujourd’hui, de plus en plus d’écoles et entreprises exigent de
pratiquer plusieurs langues afin d’interagir avec des interlocuteurs étrangers.
Des start-up surfent ainsi sur la vague de l’apprentissage pour développer le
savoir-faire de leurs utilisateurs.

Sur 65 millions
d’habitants en France, les deux tiers de la population ne parlent aucune langue
étrangère couramment, tandis qu’un tiers n’en pratique pas du tout, selon un
sondage Insee/Le Monde publié sur le site Digischool en 2013. Seulement un
Français sur cinq parle couramment l’anglais. La maîtrise d’un autre dialecte
est pourtant un atout indispensable dans une carrière professionnelle.
Plateformes de mise en relation, séjours linguistiques et formations
accélérées, autant d’idées dont les start-up se sont emparées.

Lingvist :
comprendre une langue en un temps record

Créée en 2013 par Mait
Müntel, Ott Jalakas et Andres Koern, la start-up estonienne Lingvist propose
avec sa plateforme en ligne de faire apprendre une langue en 200 heures. Disponible depuis juin
2015, sur application mobile, l’entreprise propose  un apprentissage du français, de l’espagnol
et du russe pour les anglophones. Une formation à l’anglais est seulement
offerte pour les francophones. L’idée est venue de Mait Müntel, ancien
physicien du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire, ndlr)
lorsqu’il a tenté d’apprendre le français par ses propres moyens sans utiliser
de livres. Son équipe a développé des méthodes d’analyse linguistique basées
sur les mots les plus utilisés en fonction des centres d’intérêt de
chacun. Objectif : proposer le vocabulaire le plus pertinent et le plus
utile pour la formation des utilisateurs. L’outil, basé sur l’intelligence
artificielle
, sait donc s’adapter au niveau de chaque membre selon son âge
et ses compétences, lui permettant de faire des progrès rapidement. Lingvist se
divise en trois types d’exercices. Tout d’abord, un programme de cartes à trous
en vue de mémoriser le lexique. Basé sur un quiz ludique autour de 150
questions par jour, le logiciel est animé par des commentaires et des
encouragements afin de motiver l’individu. Des textes à lire sont ensuite
proposés quotidiennement pour comprendre le style et la syntaxe de la langue
étudiée. La compréhension orale n’est pas oubliée avec des conversations à
écouter afin de se familiariser avec la prononciation. Un tableau de
statistiques est mis en place pour suivre les progrès et les erreurs à ne pas
répéter. Des investisseurs ont d’ailleurs été séduits par le concept. En 2014,
un million d’euros ont ainsi été levés auprès de SmartCap et Nordic VC Inventure.
L’entreprise a également reçu une subvention européenne de 2,2 millions d’euros
dans le cadre du programme Horizon 2020.

Vivalanga : échanger
avec des interlocuteurs natifs

Lancée par Chantal Bonner
et Ludwig Zerbib en 2016, la start-up Vivalanga offre une application gratuite
d’échange linguistique qui permet de matcher avec des interlocuteurs natifs,
proches de soi pour exercer une langue de façon dynamique et vivante. Leur but
est de faire sortir les étudiants de leurs livres de cours afin de pratiquer à
l’oral et favoriser les échanges ainsi que le partage des cultures. Le
programme, qui utilise la géolocalisation, connecte les membres
avec des personnes étrangères à proximité de leur lieu de domicile, de travail
ou de loisir. Les locuteurs natifs peuvent ensuite accepter ou refuser d’aider
l’utilisateur qui souhaite apprendre leur langue. Les deux parties ont la
possibilité de se rencontrer dans un café. S’ils n’ont pas le temps, Vivalanga
met à leur disposition une messagerie instantanée avec des outils didactiques
et linguistiques pour faciliter les conversations comme des propositions de
correction et de traduction.

TalkTalkBnb, le Airbnb du
séjour linguistique

Fondée en mars 2016 par
Hubert Laurent, la start-up bretonne TalkTalkBnb propose une plateforme
collaborative basée sur un système d’échange, qui met en relation des voyageurs
du monde entier avec des personnes souhaitant s’améliorer en langue. Des
étrangers sont ainsi hébergés et nourris chez des hôtes. En contrepartie de
cette hospitalité, ils doivent parler leur langue maternelle durant toute la
durée du séjour pour permettre à leurs logeurs de la pratiquer sérieusement.
Les deux parties sont gagnantes : l’une est logée gratuitement, tandis que
l’autre reçoit un apprentissage dans un contexte convivial, sans avoir à payer
de formation spécifique. La firme compte, depuis sa création, plus de 30 000
inscrits dans 130 pays. Du Vietnam au Sénégal en passant par le Canada et la
Chine, les membres peuvent pratiquer de nombreuses langues comme l’espagnol,
l’anglais, le japonais ou même l’hindi. La société propose également un espace
professionnel et privatif pour les salariés d’une entreprise afin de faciliter
les échanges linguistiques entre collaborateurs à l’international.

D’autres start-up réinventent
l’apprentissage dans des domaines aussi variés que le soutien scolaire et
l’aide à l’orientation. Ce secteur de l’éducation s’avère d’ailleurs en plein
essor. Depuis 2015, sept milliards d’euros y ont été investis, dont 90 % aux
États-Unis et en Chine. L’Europe ne représente, elle, que 8 % des
investissements.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page