A qui s'adresser et quand ?CréationCréer

Peut-on entreprendre sans jamais mettre les pieds à la banque ?

Vous pensez peut-être à la lecture de ce titre que c’est parce que les banques en ligne sont devenues omniprésentes et offrent des opportunités sans que l’on ait à se rendre dans une agence. Oui c’est une possibilité mais depuis une décennie les possibilités de financement se sont multipliées et permettent de créer et de développer une entreprise sans mettre « les pieds à la banque ». Utopie, me direz-vous. Zoom sur les solutions.

Entreprendre sans jamais recourir au financement bancaire ou au crédit peut sembler un mythe mais reste cependant beaucoup plus fréquent malgré les idées reçues. Il existe en effet de nombreux secteurs d’activité qui ne requièrent pas d’investissement massif ni de grands besoins en financement. Comment alors réussir à créer son entreprise sans avoir à entamer de coûteuses démarches à la banque ?

Le manque de fonds : une fausse excuse ?

Avec le développement de l’auto-entreprise, des entrepreneurs individuels ou encore des artisans et entrepreneurs sur le Web, le financement d’une première entreprise ne nécessite pas forcément d’investissement. En dehors des PMI et entreprises spécialisées qui nécessitent forcément de coûteuses machines-outils et installations hors de prix, créer son entreprise sans argent reste toujours possible. Sites Internet, auto-entreprises, services à la personne ou encore entreprises individuelles ne nécessitent pas de mises de départ importantes. L’analyse de l’une des figures du patronat français, Yvon Gattaz, avait ainsi analysé les besoins en financement des jeunes entrepreneurs dans Jeunesse et Entreprises. Celui-ci a évoqué alors un mythe du manque d’argent dans la création d’entreprise qui est tant redouté des futurs entrepreneurs et cause principale supposée des échecs.

Le financement participatif en vogue

Le manque de fonds semble pour Yvon Gattaz un prétexte car il existe de nombreuses solutions comme les business Angels, tant appréciés des anglo-saxons. Ces investisseurs providentiels sont alors chargés de promouvoir les business models performants et à fort potentiel, dont les idées sont novatrices et originales. Créé en 2004, Paris Business Angels investit ainsi depuis de nombreuses années entre 2,5 et 4 millions d’euros dans les projets les plus prometteurs, permettant aux jeunes entrepreneurs de débuter sans mise de départ Il a ainsi aidé plus de 150 sociétés à monter leur projet. Dans la même optique le crowdfunding en vogue depuis quelques temps permet de réunir la somme nécessaire à une première création d’entreprise et faire aboutir son projet. Kickstarter a bénéficié de l’une des levées de fonds les plus importantes de ces dernières années avec près de 7 millions d’euros réunis auprès de 43 000 contributeurs. De nombreux autres projets ont également émergé à l’instar de ceux pris en charge par l’intermédiaire de plateformes comme My Major Company, KissKissBankBank ou encore Indiegogo, et qui ont connu une forte notoriété sans investissement de départ. Une solution optimale pour investir en famille et profiter de relations de confiance, le love money consiste à solliciter une aide financière auprès de ses proches et de son entourage familial.

Faire fonctionner les réseaux

Les réseaux disponibles sur tout l’hexagone permettent aussi aux futurs repreneurs ou entrepreneurs d’exercer dans l’activité de leur choix sans avoir à trouver un financement ou un crédit bancaire. Nacre et ARE,  Arce, Pôle-Emploi, les prêts d’honneur sans intérêts, les crédits à 0% et autres microcrédits constituent autant de solutions privilégiées pour faire aboutir son projet sans débourser de sommes faramineuses. Les pouvoirs publics et particulièrement les collectivités locales et nationales par le biais de la Caisse des Dépôts ou Bpifrance, permettent d’accéder à une source de financement idéale pour créer son entreprise. En dehors des cas d’autofinancement qui peuvent s’avérer une solution de facilité au manque de fonds mais toujours risqués pour les investisseurs et actionnaires, le recours au capital-risque est envisageable pour dénicher une source de financement. À condition de respecter une prise de participation raisonnable, les futurs créateurs d’entreprise disposent là d’une solution optimale afin de développer leurs projets entrepreneuriaux.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer