GérerGestionLe B.A. BA de la gestion

De nouvelles technologies d’impression pour dépenser moins !

Réduire les coûts
d’impression sans rogner sur la qualité générale est au cœur des
préoccupations de bon nombre d’entreprises. Aujourd’hui imprimer coûte cher et
même à l’ère du numérique, nous imprimons toujours autant de documents :
fiches de paie, contrats, lettres… Et pourtant des solutions existent : les
imprimantes à encre solide et les contrats de coût à la page.

Mise au point aux Etats-Unis
au début des années 90, l’encre solide est une technologie d’impression couleur
originale. Au lieu des cartouches et toners traditionnels, les imprimantes à
encre solide utilisent des bâtons fabriqués à partir d’un polymère non toxique
à base de résine, similaire à celui des crayons. Ceux-ci peuvent ainsi être
manipulés sans crainte, ils ne se renversent pas, ne fuient pas et ne tâchent
pas les vêtements.

Moins de déchets à gérer et recycler

Grâce à leur forme
spécifique, le chargement de ces bâtons d’encre solide dans l’imprimante est par
ailleurs extrêmement simple. Chaque couleur (cyan, magenta, jaune et noire) est
clairement numérotée et il est même possible de compléter le chargement quand
bon vous semble, sans interrompre l’impression. Contrairement aux toners et aux
cartouches, il n’y a pas de déchets à gérer et à recycler. Et le
conditionnement est suffisamment compact pour pouvoir ranger ces bâtons dans un
tiroir de bureau.

Encre solide : un coût total
d’exploitation extrêmement bas

Avec son packaging
minimaliste et sans cartouche à éliminer, cette technologie génère, en effet,
jusqu’à 90% de déchets d’impression en moins que l’impression laser couleur.
Elle offre ainsi un coût total d’exploitation incroyablement bas. Car hormis
les bâtons d’encre solide, il n’y a qu’un le seul élément à remplacer : le
rouleau de maintenance et de nettoyage. Il affiche toutefois une autonomie de plusieurs
dizaines de milliers de pages et ne se remplace, au final, que très rarement au
cours de la durée de service de l’imprimante.

Impression laser : des dépenses non
prévues au budget

Il faut savoir que 90% des
imprimantes professionnelles sont des imprimantes laser.

Sur les imprimantes laser,
outre les toners, il faut aussi prévoir le changement des tambours, des
courroies de transfert de la feuille et de l’unité de fusion. Autant de pièces
et de consommables à renouveler et donc de dépenses importantes à prévoir qui
ne sont pas pris en compte par la grande majorité des acheteurs au moment de
l’achat.

« Coût à la page », un service tout
compris

C’est là que les contrats de
coût à la page peuvent être intéressants. Car à l’usage, il y a généralement une différence
flagrante entre la capacité d’impression promise par le toner et le nombre de pages
réellement imprimées. Voilà pourquoi les entreprises ont parfois tout intérêt à
opter pour ce type de contrat qui a l’avantage d’inclure les consommables et
les pièces d’usure de la machine, ainsi qu’un assistance technique pièces et
main-d’œuvre. Les consommables sont dès lors expédiés gratuitement par le
fabricant sur site et tout peut même se faire de manière automatique grâce à un
logiciel de gestion du parc d’impression. Quant à la facturation, elle se fait au
réel tous les trimestres, sur la base des compteurs intégrés aux imprimantes.
Mais avant d’opter pour un contrat « coût à la page », faites appel à
un prestataire spécialisé comme par exemple Le Matériel Informatique afin qu’il
réalise une étude de vos besoins et définisse une offre personnalisée, avec à
la clé, une meilleure maîtrise de ce poste de dépenses trop souvent fluctuant et chronophage. 

Top Office

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page