BusinessCréerLe B.A. BA de la stratégie

Une montée en puissance de l’intelligence artificielle

Créée en 2016, l’entreprise Mindsay, qui a développé une intelligence artificielle dans le domaine du voyage, rencontre un vif succès. Après deux levées de fonds, l’entreprise poursuit sa croissance exponentielle.

En avril 2016, une key note de Mark Zuckerberg présente les « bots » conversationnels qui permet de dialoguer avec les marques sur Messenger. Guillaume Laporte et Ilias Hicham sont alors en voyage d’étude dans la Sillicon Valley, discutent avec des entrepreneurs et voient le potentiel d’une telle invention. Ils sont nombreux à les inciter à créer un bot pour les voyages puisque Guillaume connaît bien le secteur du voyage / hôtellerie et qu’Ilias et Pierre ont des compétences en développement de logiciel. La première piste est née.

La rencontre des fondateurs

Guillaume Laporte et Ilias Hicham viennent alors de se rencontrer à HEC en master. Ils veulent alors tous les deux créer leur entreprise et recherchent un troisième cofondateur qui ait un profil très technologique avec un côté data scientist. Ils contactent alors Pierre Pakey en faisant des recherches sur LinkedIn pour trouver un profil CTO qui corresponde à ce qu’ils veulent réaliser. Celui-ci est alors en train de réaliser « un algorithme qui permet de déterminer quand les lions vont attaquer dans la savane ».

Une première version démo

Ils décident de créer une version de leur futur produit avec un scénario préétabli, une version « démo ». Elle convainc le Numa de les « incuber » et les entrepreneurs poursuivent alors leur analyse du marché. Ils se rendent compte qu’ils vont devoir accéder à des données notamment sur les vols, sur les trains, sur les hôtels. Ils vont évidemment rencontrer les géants du secteur comme la SNCF, le groupe Aéroport de Paris, et l’Aéroport de Lyon … Les marques sont alors séduites par le concept et leur demandent s’ils ne pourraient pas faire le même bot pour elles. Ni une ni deux la société prend forme en septembre 2016 et prend le nom de Destygo.

Un premier contrat pour commencer

L’aéroport de Lyon les contacte alors pour Zendesk car ils reçoivent de nombreuses questions sur les réservations de parking. Le e-commerce Manager a alors l’intuition que s’ils répondaient aux questions, le taux de conversion sur les parkings augmenterait car les réponses mettent du temps à être envoyées en raison du volume. Les cofondateurs gagnent le contrat et commencent à se mettre à la tâche avec l’aide d’un stagiaire qui ne les quittera plus (ndlr : aujourd’hui le bras droit d’Ilias, le COO). Le bot arrive en 2017 et obtient un succès immédiat. Le taux de réservation passe de 12 à 17 % et le client convaincu, achète une licence annuelle pour le robot digital.

… qui entraîne d’autres contrats

Les contrats s’enchaînent et les fondateurs optent pour une approche verticale. L’Aéroport de Paris et Carlson Wagonlit Travel signent avec la jeune pépite. Les fondateurs décident alors de faire une première levée de fonds d’un million d’euros en juin 2017, 9 mois après la création. Ils sont alors 7 personnes avec surtout des stagiaires. Le but ? Financer la technologie et le recrutement d’une équipe d’ingénieurs afin de créer une plateforme dans laquelle il puisse gérer le contenu, changer les réponses et les langues, avoir des analytics… Ils recrutent alors des salariés pour les opérations, des ingénieurs et une commerciale. Ils discutent avec de nombreux acteurs du monde du voyage et déploie leur le business model qui fonctionne.

Une entreprise qui poursuit sa croissance

Ils multiplient en 2018 le chiffre d’affaire par 4 et décident en fin d’année de procéder à une nouvelle levée de fonds de 10 millions de dollars afin d’accélérer cette fois-ci la partie commerciale et de continuer à recruter des talents. Ils cherchent alors à déployer le produit et procèdent à un changement de marque en même temps que l’annonce de la levée de fonds en mai 2019. L’entreprise est désormais dénommée Mindsay, afin de mettre en exergue le métier qu’elle exercice actuellement puisque le précédent nom évoquait plutôt une entreprise BtoC du secteur du voyage qu’une entreprise qui développe de l’intelligence artificielle en BtoB. Ils sont désormais une cinquantaine de personnes et devraient être plus de « 70 d’ici la fin de l’année ».

L’approche produit comme clé de la réussite

Pour percer, les dirigeants s’appuient sur une technologie qui ne nécessite pas le besoin de coder mais simplement de paramétrer et de dialoguer davantage avec l’intelligence artificielle en « apprenant des demandes des utilisateurs pour s’améliorer automatiquement ». Ainsi, c’est le chef de projet coté client qui implémente la solution sans avoir à passer par un designer, des développeurs, ce qui évite d’avoir trop d’interlocuteurs pour le client… La technologie possède un deuxième avantage : elle analyse les données et la qualité des réponses de façon automatique pour repérer les axes d’amélioration du bot.

Une ambition internationale

L’ambition des dirigeants n’est pas en reste puisqu’ils cherchent à en faire un géant mondial et à se développer rapidement à l’international. Guillaume Laporte et ses associés ont d’ailleurs déjà commencé leur internationalisation dans 6 pays et un bureau à Madrid. 40 % du chiffre d’affaire est d’ailleurs réalisé en dehors de la France. L’avenir ? Ils pensent lever à nouveau des fonds d’ici trois ans, une fois l’entreprise bien établie afin d’éventuellement racheter des concurrents et accélérer encore et toujours la croissance. A noter tout de même qu’ils cherchent avant tout à développer principalement l’activité à partir de la France même si l’entrepreneur est conscient que des bureaux commerciaux dans d’autres pays, notamment pour des raisons de fuseaux horaires peuvent se révéler nécessaires notamment aux Etats-Unis.

L’équipe comme facteur clé de succès

Si l’entreprise connaît le succès, les entrepreneurs mettent en avant la complémentarité notamment dans la personnalité des dirigeants mais aussi de l’équipe. Pour eux, l’essentiel reste dans le fait d’arriver à faire travailler l’équipe ensemble. Ils en ont d’ailleurs fait une valeur centrale de l’entreprise. Autre facteur clé de succès ? La capacité à se remettre en question et à s’adapter même si le business model reste le même (frais d’implémentation et licence). Il faut dire que ce dernier reste logique puisque la technologie doit s’adapter au fur et à mesure des années. Mais ce n’est pas tout, pour les entrepreneurs la détermination reste essentielle pour la réussite. Trois clés qui semblent mener à la réussite. 

Les grandes valeurs de l’entreprise : FACCTO

  1. Feed back : mettre au cœur les retours
  2. Valeur ajoutée : créer des choses utiles pour les utilisateurs
  3. Commitment : viser plus haut et avoir de l’exigence avec eux-mêmes
  4. Complémentarité : arriver à bien travailler avec des profils différents
  5. Team : être toujours soudés et s’entendre bien avec tout le monde
  6. Ownership : quand un membre de l’équipe prend un sujet, un chantier, c’est la personne responsable que ce soit un top manager ou un stagiaire.

À vous de l’appliquer dans votre boîte !

  • Faire une version démo de votre produit.
  • Bien choisir des complémentaires.
  • Lever des fonds pour les bonnes raisons.
  • Adapter votre nom d’entreprise à votre activité.
  • Mettre au cœur votre produit.
  • Adopter une approche verticale.
  • Mettre l’équipe au centre de la réussite.
  • Se développer rapidement à l’international.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer