CréerDigitalLa concurrence

Le marché du gaming mobile est-il saturé ?

Au cours des deux dernières années, le marché des jeux pour smartphones a
connu un essor sans précédent. De nombreuses sociétés se sont positionnées sur
ce secteur particulièrement lucratif, au point que l’on peut se demander
aujourd’hui s’il y a encore de la place pour la concurrence sur ce marché.
Ainsi, peut-on véritablement penser que le domaine du gaming mobile est arrivé
à saturation ?

Un marché dominé par
les géants

L’entreprise spécialiste des mobile analytics AppAnnie a rendu publique une
étude décryptant le marché du gaming mobile. Plusieurs éléments clés s’en
dégagent. Le premier concerne l’extraordinaire explosion économique du secteur,
devenu un enjeu majeur pour tous les studios. Le marché est occupé par des
géants du secteur tels que King, Supercell, Tencent ou GungHi qui occupent la
tête du classement des applications de gaming, les plus téléchargées et les
plus rentables. 

Dans le sillage de « Flappy Bords », les jeux dits simplissimes, ne
demandant qu’une seule action répétitive de la part du joueur, ont connu un
succès fulgurant en 2014. Il est difficile d’estimer malgré tout si le marché
est saturé, celui-ci étant d’une nature très complexe : un éditeur comme
Electronic Arts compte par exemple plus de 900 applications de jeux, répartis
en 3 filiales et 15 comptes éditeurs différents.

Les petits studios en
progression

Savoir si le marché se concentre ou se fragmente est le point central de
l’étude. Dans le premier cas, il serait très difficile pour les nouveaux
éditeurs d’exister, alors que dans le second la concurrence aurait encore sa
place. Contre toute attente, le taux de concentration du chiffre d’affaires
dans l’industrie du jeu mobile a diminué de près de 40 % en 2014 à l’échelle
mondiale. 

Malgré des rachats marquants, comme Z2live par King, il reste étonnement de
la place dans cette branche pour de nouveaux éditeurs susceptibles de réaliser
une excellente monétisation de leurs jeux. Cette répartition plus équilibrée
des revenus laisse ainsi entrevoir des perspectives intéressantes pour les
studios de petite et de moyenne taille. Des infrastructures plus modestes
peuvent encore exister sur le marché, même si cela varie énormément selon les
zones géographiques.

Encore de la place
pour la concurrence

Pour déterminer l’état du marché, AppAnnie a utilisé l’indicateur
Herfindahl-Hirschmann Index. En analysant les parts de marché des acteurs du
gaming mobile dans chaque pays, il permet de définir la concentration du secteur
nation par nation. Il résulte de ces calculs, que certains marchés sont d’ores
et déjà totalement saturés, empêchant l’apparition de nouveaux studios, alors
que d’autres, plus fragmentés en terme de revenus laissent une place réelle à
la concurrence.

Tout le marché asiatique apparaît aujourd’hui bloqué dans ce domaine,
théâtre de l’affrontement entre les géants des jeux pour téléphones mobiles. En
Chine, Alibaba et Tencent écrasent la concurrence, tout comme le conglomérat
Netmarble en Corée du Sud. Au niveau des téléchargements et de la rentabilité,
l’Europe et les Etats-Unis offrent cependant de véritables perspectives pour
les nouveaux studios. La forte demande en jeux et la place moindre occupée par
les grands noms du secteur donnent la possibilité à de petits éditeurs de tirer
leur épingle du jeu. En pleine croissance, le domaine du jeu mobile possède
donc toujours un potentiel économique certain.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page