Start-Up

Interview de Alexandre Ernandez, cofondateur d’Anasounds

Interview de Alexandre Ernandez, cofondateur d’Anasounds

Comment est née l’idée de votre entreprise ? 

Pendant ma troisième année d’études en ingénierie électronique, j’avais besoin d’une pédale d’effet pour « customiser » le son de ma guitare. J’ai regardé sur internet et avec mes connaissances, j’ai pu fabriquer ma propre pédale d’effet. Les personnes autour de moi ont trouvé le produit intéressant, j’en ai donc fabriqué de plus en plus dans ma résidence étudiante. Magali Goullet m’a rejoint en tant qu’associée pour réaliser le design des produits et la demande a littéralement explosé ! Au départ, en 2013, j’étais seulement auto-entrepreneur et nous vendions les pédales au travers d’une simple page Facebook. Nous avons mis toutes nos économies dans l’aventure. 

Quelles ont été les étapes de développement ?

Nous avons d’abord créé un site e-commerce et aujourd’hui nous avons 20 points de vente en France et autant à l’étranger qui distribuent nos produits. Nous avons vendu 700 pédales en 2015 et nous visons les 200 000 euros de chiffre d’affaires en 2016. Nous sommes trois au sein de l’équipe. Au vu de notre succès, nous avons créé officiellement la société Anasounds en janvier 2016 pour amorcer un développement plus important.

En quoi Bpifrance est-elle un soutien dans votre aventure ? 

Aujourd’hui, nous voulons aller au-delà des simples pédales d’effet. Nous voulons créer le « Drive Lab », un prototype de pédale totalement customisable pour que les musiciens créent leur propre son et soient plus à l’aise sur scène. Bpifrance nous accompagne sur ce projet en nous octroyant la subvention « French Tech » dont le montant s’élève à 30 000 euros. Nous allons utiliser cet apport pour recruter, réaliser l’étude de marché, faire de la R&D et travailler la communication et le marketing du projet.

Entrepreneurs, Bpifrance vous soutient en prêt et capital, contactez Bpifrance de votre région : bpifrance.fr

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page