BusinessCréationSe former à la création

Les informations à connaître avant de vous lancer

Avant de vous lancer dans la grande aventure de l’entrepreneuriat et de réellement lancer votre projet, mieux vaut avoir vérifié quelques éléments qui pourraient mettre à mal à celui-ci avant même qu’il n’ait commencé. Zoom sur quelques informations essentielles qui pourraient vous manquer.

Vérifier la taille de son marché

Si le marché qui vous concerne est trop petit vous risquez d’avoir du mal à vous développer et si vous devez prendre 100% des parts de marchés pour survivre, autant ne pas vous y lancer. La taille du marché et donc les clients qui sont prêts à acheter un produit comme le vôtre demeurent essentiels notamment si vous visez un marché de niche. Il vous faudra quantifier ce dernier pour vérifier qu’il existe de la place pour un dernier acteur. Nombreux sont ceux à ne pas vérifier celui-ci en pensant qu’ils aimeraient bien avoir un type de produit / service. Si votre clientèle type est par exemple insuffisamment présente dans la zone où vous allez ouvrir votre commerce, rien ne sert de vous y implanter. Ce n’est pas parce qu’aucun restaurant de ce type n’existe dans un quartier que vous allez pouvoir forcément percer. De la même manière, si le nombre d’utilisateurs potentiels est insuffisant, autant ne pas perdre trop votre énergie sur un lancement qui ne marchera pas. 

Connaître votre marge 

Vous devez connaître la marge que vous avez réellement sur chaque produit et surtout votre point mort. Il s’agit de déterminer à partir de combien de ventes vous êtes rentable. Il ne faut pas oublier tous les frais comme par exemple vos bureaux, votre salaire (car à termes vous devrez vous payer) ou encore les frais de communication pour atteindre votre client. Une erreur classique consiste à penser que lorsqu’on achète un produit 1€ et qu’on le revend à 2€, on vient d’effectuer un gain de 1€. En réalité, votre masse salariale doit être comprise dans le prix global d’acquisition par exemple pour savoir combien de vente vous devez réaliser pour être bénéficiaire. Si par exemple en imaginant que vous n’ayez pas de locaux et que souhaitiez une rémunération de 100€ par jour, il vous faudra vendre 50 objets pour amortir ce que vous coûtez. 

Voir le positionnement de la concurrence

La concurrence, il y en a quasiment toujours de manière directe ou indirecte. Ce n’est pas parce que vous êtes le seul à faire quelque chose, qu’il n’existe pas de produits de substitution. Mieux vaut donc regarder ce que fait la concurrence avant de vous lancer et vous demander si votre produit possède des avantages ou des inconvénients par rapport à ceux-ci. Il s’agit de vérifier que vous serez suffisamment attractif et que votre argumentaire sera suffisamment rôdé pour répondre à des questions simples telles que : « En quoi votre produit se différentie-t-il de XXX ? Qu’est-ce qu’il apporte de plus que la solution YYY ». Il faut comprendre que le client se retrouve souvent confronté à des choix et qu’il ne suffit pas de faire différemment pour l’attirer. Il faut que vous arriviez à dégager un avantage que les autres n’ont pas. Par railleurs vous pourriez voir certaines pratiques courantes dans votre métier et qu’il ne faudra pas forcément changer. 

Avoir réfléchi à sa stratégie pour toucher ses clients

Ce n’est pas parce que vous avez le produit idéal qu’il va se vendre tout seul du moins au début. Il faut que votre cible soit au courant qu’il existe et vous devez donc lui faire parvenir l’information. Si cela peut paraître évident dans le cadre d’un commerce où l’enseigne est visible et parfois quelques tracs distribués, la question demeure complexe dans la plupart des cas. Il vous faudra pour réussir bâtir toute une stratégie qui peut par exemple consister à faire de la publicité, à réunir des groupes d’influenceurs, à réaliser des opérations de communication d’un genre particulier ou encore à faire des emailings voire de la prospection commerciale directe. Les manières de vendre et de communiquer diffèrent d’un business à un autre alors autant avoir bien réfléchi à ce que vous allez mettre en place pour fidéliser et attirer votre clientèle. 

Bien se connaître ainsi que ses associés

L’une des premières causes de mortalité reste dans le conflit d’associés. Les séparations souvent brutales mettent fin à l’aventure entrepreneuriale. De nombreux conflits peuvent survenir si vous n’avez pas recueilli quelques informations utiles. Il peut s’agir notamment des orientations stratégiques qui ne sont pas partagées ou acceptées par l’ensemble des parties mais pas seulement. Vous devez réellement bien déterminer le rôle de chacun dans l’aventure afin de ne pas partir sur des a priori. Ce n’est pas parce qu’une personne évoluait dans un domaine précis avant de se lancer dans l’aventure qu’elle souhaite continuer dans cette voie à l’avenir. De la même manière, rien ne sert de vous lancer si vous n’êtes pas d’accord sur la répartition des parts. Vous risquez de vous séparer voire créer de la concurrence. N’hésitez pas à faire également un bilan de vos motivations avant de commencer pour savoir si vous souhaitez réellement vous lancer dans l’aventure et pour de bonnes raisons. 

Le total des financements nécessaires

Il ne faut pas s’imaginer que le business va décoller fort et tout de suite. Sauf dans certains cas bien précis, il va mettre du temps à se mettre en place et vous devrez disposer de la trésorerie nécessaire en attendant que les ventes augmentent et puissent payer l’ensemble des frais inhérents à votre produit. Certains banquiers n’hésitent pas à reculer de plusieurs mois les premiers encaissements pour vérifier la solidité du business plan alors pourquoi ne feriez-vous pas de même. Les prévisions des business plan demeurent souvent optimistes (même quand on a l’impression que non) et il vous faudra donc bien vérifier que vous survivrez si tout ne se passe comme vous le souhaitez dans l’idéal. Ce serait dommage qu’une belle idée meure parce que le financement s’avère insuffisant. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page