BusinessGérerLes difficultés

Ces entreprises qui ont perdu des millions en quelques minutes

La crise sanitaire a fait plonger plus d’une entreprise. La concurrence fait rage et il semble que tous les coups sont permis. En raison des multiples facteurs qui président à la cotation en Bourse d’un titre, il n’est pas rare de voir certaines sociétés pourtant fortement capitalisées, connaître des pertes record en peu de temps au gré des fluctuations des marchés. Quelles sont donc ces entreprises qui ont perdu gros en un minimum de temps ?

EDF : une perte de 400 millions d’euros en 2021

La filiale d’activité de marché de l’électricien, EDF Trading (EDFT), aurait essuyé une perte de l’ordre de 400 millions d’euros début octobre.  Un trader avait fait une spéculation hasardeuse en 2021, ce qui a provoqué une perte de près de 400 millions d’euros en quelques heures à EDF. Quand on sait qu’EDF est détenu à 80% par l’état français, on ne peut que s’inquiéter de la hausse du prix de l’électricité !!!

Goldin Financial et Goldin Properties

L’actualité récente a fourni un cas édifiant de chute boursière avec l’écroulement de ces deux sociétés appartenant au milliardaire chinois Pan Sutong. Au lendemain de la chute du groupe Hanergy spécialisé dans l’énergie photovoltaïque, les deux entreprises, capitalisées à hauteur de vingt milliards d’euros, ont connu un effondrement massif en quelques heures, perdant chacune plus de 40 % de leur valeur. L’inquiétude a gagné instantanément les marchés, et ce sont plus de soixante-dix millions d’actions qui ont été revendues dans la journée, précipitant la chute des deux titres.

Ubisoft

Fin 2013, l’entreprise française Ubisoft, l’une des sociétés réputées dans le secteur du jeu vidéo, a connu une perte boursière aussi spectaculaire que démesurée en très peu de temps. Il a fallu une simple annonce du PDG de la société, Yves Guillemot, confirmant le retard prit par les deux jeux les plus importants à venir de la firme (Watch Dogs et The Crew), pour que les investisseurs décident d’abandonner en nombre leurs actions. Le titre a ainsi perdu plus d’un quart de sa valeur à la Bourse de Paris, effaçant en moins d’un jour, près d’une année entière de hausse constante. Ce vent de panique a fait perdre beaucoup au géant du jeu vidéo français. Sans cette annonce évoquant les difficultés à venir, il y a fort à parier que les pertes auraient été encore plus conséquentes.

Sony mis à terre par Microsoft

Sony (Playstation) et Microsoft (Xbox et Pc) se font une concurrence sans merci : qui vendra le plus de consoles et de jeux, et dans cette guerre commerciale Microsoft ne néglige rien en rachetant de gros studios de jeux vidéo. Le 18 janvier 2022 Microsoft a enregistré le plus gros achat de l’histoire du jeu vidéo en se payant Activision / Blizzard (Call of Duty, Warcraft…) pour la somme de 68,7 milliards de dollars. Dans les heures qui ont suivi cet achat, Sony a perdu près de 20 milliards en bourse parce que les investisseurs l’ont abandonné.

Apple

Autre cas singulier de pertes importantes et rapides : la firme Apple. Le 1er décembre 2014, la célèbre marque perd soudainement 3 % de sa valeur en une minute sur le Nasdaq, pour une chute de plus de 6 % en fin de journée. Lors de ces soixante secondes fatidiques, le volume d’échanges culmine à près de sept millions de titres, un emballement aussi brutal que ’inexpliqué pour la fameuse marque. Les traders n’ont pas trouvé d’explication rationnelle à ce phénomène ayant engendré de lourdes pertes pour la société, qui restait jusque-là sur une hausse de 64 % depuis le début de l’année 2014, forte d’une capitalisation chiffrée à sept cents milliards de dollars.

Airbus

En matière de pertes record, évoquons la situation critique connue par le groupe Airbus en décembre dernier. Une conjonction de facteurs défavorables va se répercuter sur l’action en Bourse de la société pour un résultat désastreux : en moins d’une journée, la capitalisation de l’entreprise essuie une perte impressionnante de quatre milliards d’euros. Si l’action a chuté de plus de 10 % en quelques minutes, c’est en raison d’un report de livraison du premier A350 à Qatar Airways, une décision inattendue qui a jeté le trouble sur les marchés. 

Au jeu risqué de la Bourse, même les entreprises aux reins solides ne sont pas à l’abri d’un dévissage brutal…

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page