GérerPersonnelSe former / Se faire accompagner

Entrepreneurs, éliminez les fautes d’orthographe de vos e-mails

Vous hésitez à écrire car vous savez que vous avez comme on le dit souvent
« des lacunes ». Il est pourtant facile d’éliminer les fautes
d’orthographe de vos e-mails car la langue professionnelle est une langue
dénuée des splendeurs et difficultés de la langue française. Après la lecture
de cet article, vous ne direz plus « je l’ai écrit rapidement », « c’est à
cause des sms » …

Notre langue se compose de 12 000 verbes qui se conjuguent et
s’emploient au présent, au passé, au futur et qui  expriment 
par leur terminaison et par les pronoms personnels qui les accompagnent  un panel de situations et  d’émotions.

N’ayez pas peur ! Il suffit
de savoir que seule une centaine de verbes pose des difficultés et qu’ils
sont une vingtaine à être employés fréquemment dans la langue
professionnelle !

Astuces

1. Maitrisez les particularités de chaque groupe de verbe : un jeu
d’enfant.

Il existe trois groupes de verbes, il suffit de
repérer à quel groupe chaque verbe appartient :

  • 1er
    groupe  er
  • 2ème  groupe ir (issant participe présent)
  • 3ème
    groupe ( ir, re, dre, oire)

Ainsi vous ne confondrez plus :

– je lie (lier verbe en er – 1er groupe) et je lis (lire verbe
en re – 3ème groupe)

– j’exclus (présent de l’indicatif) et 
j’exclue (présent du subjonctif)

et les exceptions du 3ème groupe qui
perdent leur d

– je résous, (particularité du 3ème
groupe)

– je crains,(particularité du 3ème
groupe)                                                                                                                                           

– je joins, (particularité du 3ème
groupe)

2. Ne confondez pas le  nom et le verbe

– « le travail » et « je travaille »
 

Comment
faire ?

Le nom est toujours précédé d’un déterminant (le, la, les, ce,
cette, mon, ton, sa,  le sien etc.).

Le verbe est précédé d’un pronom ou d’un nom (je, tu, ils, les hommes, la
situation etc.).

Ainsi plus de fautes :

  • le maintien, il maintient
  • un attribut, il attribue
  • un envoi, il envoie
  • un conseil, il conseille
  • un emploi, il emploie
  • un détail, il détaille 
  • un entretien, il entretient…

3. Aïe les maudits participes passés !

Là nous rentrons dans la partie de la grammaire
qui fait le plus frémir ! Rares sont ceux qui ne doutent pas.

Il existe trois règles à connaitre utilisées dans
la langue professionnelle, les autres sont l’apanage de la
littérature !

1.   
Lorsque deux verbes se suivent, le deuxième se met à l’infinitif  et
la difficulté n’a lieu que pour les verbes du 1er groupe. Derrière
avoir, être et les verbes d’état, jamais d’infinitif.

2.   
Le participe passé employé avec être s’accorde avec le sujet.

3.   
Le participe passé employé avec avoir s’accorde avec le COD placé devant
lui et qu’il répond à la question qui ou quoi.

Attention aux fautes sur les participes passés suivants :

permis, mis, conduit, conclu, prévu, exclu,
réduit, introduit, joint, admis, omis et bien d’autres…

Conseil

Mettre le participe passé au féminin pour entendre la terminaison s, t ou
rien… et ainsi  avoir sa terminaison et
l’écrire correctement : conclu, conclue – admis, admise – joint, jointe –
introduit, introduite etc.

4. Mais aussi les
difficultés liées à l’orthographe de certains mots courants

Les mots qui ont toujours un s au singulier
comme au pluriel
 :

 ailleurs,
un héros, plusieurs, en suspens, certes, volontiers, un relais, un recours, un préavis, aux
dépens de

Les mots qui ne prennent jamais de s au
singulier
 :

un écho, un exclu, un délai, un souci – malgré,
parmi

Les mots 
féminins que l’on peut confondre avec 
le masculin
 :

une agrafe, une avant-garde, une autoroute, une échappatoire, une
éphéméride, une enzyme, une sentinelle, une volte-face…

– Les 
mots masculins qu’on prend souvent pour des mots féminins 
:

un alvéole, un antidote, un aparté, un
armistice, un autographe, un en-tête, un intervalle, un paraphe…

Les  mots à l’écriture subtile :

un acompte, un
concurrent, confidentiel, développer, un dilemme, en définitive, intéressant,
intéresser, intérêt, rémunérer…

Les  mots inséparables du h :

une adhésion, l’appréhension, la cohabitation, l’éthique, exhaustif,
pléthore, rédhibitoire…

– Les  mots inséparables du y :

anonyme, une hypothèque, une hypothèse, un prototype, un pseudonyme, un
symptôme, un synonyme…

Les mots complexes qui aiment multiplier les difficultés pour
mieux installer les fautes dans vos écrits :

 à bon escient, distinct,
fascicule,  scinder, scission, succinct,
susciter, susceptible, un plébiscite, un schéma

– Les traits d’union :

au-dessous de, au-dessus de, au-devant de,
c’est-à-dire,

ci-contre, par-dessous, par-dessus,
peut-être (à ne pas confondre avec il peut être).

Afin  d’éliminer tout doute de votre esprit lorsque
vous buttez sur l’écriture  grammaticale
ou orthographique d’un mot,  vous pouvez
consulter  le fascicule d’orthographe
présenté en annexe. Facile à consulter, clair et très maniable, il contient tout
ce que vous devez savoir.

www.lextenso-editions.fr
› Gualino

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer