BusinessLe B.A. BA de l'idée

Les chrysanthèmes de la Toussaint, une manne pour les fleuristes

Cette année, il est possible d’aller honorer la mémoire de nos défunts qu’ils soient familiaux ou amicaux en apportant sur les tombes des chrysanthèmes. N’oublions pas qu’en 2020, nous étions en pleins confinements successifs et nous n’avons pas pu le faire.

Chaque année, il se vend environ 23 millions de pots qui coûtent entre 5 et 20 euros. Les cimetières prennent les couleurs automnales et se parent de chrysanthèmes jaunes, violets, mordorés. Pour les horticulteurs et les fleuristes, c’est une excellente aubaine. Focus sur ce marché qui vient de vivre une année chaotique.

Des chiffres significatifs liés à la pandémie

Selon l’Insee, en 2020, les premiers chiffres sont de 667 400 décès, ce qui correspond à une augmentation de 8 % par rapport à 2019. Du 1er juin au 20 septembre 2021, 178 075 décès, toutes causes confondues, sont enregistrés en France à la date du 1ᵉʳ octobre 2021, soit 3 % de plus qu’en 2019 (+ 5 799 décès). Ce nombre est toutefois encore provisoire et sera révisé à la hausse dans les prochaines semaines.

D’où vient cette tradition ? 

Les chrysanthèmes demandent une préparation 6 mois à l’avance et les horticulteurs s’y consacrent dès février. Cette tradition remonte à la première guerre mondiale lorsque Clémenceau Lors du premier anniversaire de l’armistice de 1918, Clémenceau aurait appelé les Français à fleurir les tombes des soldats tombés au front. La Toussaint, jour dédié aux morts, est un jour férié et donne l’occasion de venir se recueillir sur les tombes des défunts pour exprimer nos sentiments et l’habitude est ancrée de fleurir les tombes avec des chrysanthèmes et d’effectuer le déplacement. Les familles en profitent souvent pour se retrouver. Cette année, le 1er novembre est située un lundi ce qui facilite les retrouvailles et de plus  se situe au milieu des vacances scolaires.

Que s’est-il passé en 2020 ?

En 2020, les Français ont dépensé 133 millions d’euros en achats de végétaux en octobre-novembre, chez des fleuristes, dans des jardineries, chez des producteurs et dans des grandes surfaces. Une chute de 28 % par rapport à 2019 puisque le chiffre d’affaires total de la filière avait été de 185 millions d’euros, 

Après un premier confinement au printemps 2020 pendant lequel les fleuristes étaient fermés, les fleuristes ont attendu jusqu’au dernier moment pour avoir le droit de vendre  les chrysanthèmes jusqu’au 2 novembre et ensuite travailler en click and collect, car considéré comme commerce non essentiel. Les critiques allaient bon train car pour ceux qui avaient perdu des proches car en sus du fait qu’ ils n’avaient pu assister qu’en comité restreint aux cérémonies, ils ne pouvaient même pas se rendre sur les tombes. Les articles diffusés sur les clusters réalisés au moment des enterrements jetaient un pavé à la souffrance.

Mais pourquoi donc le chrysanthème ?

Au mois de novembre, la fleur est en pleine floraison était le chrysanthème et donc elle est venue orner les monuments aux morts naturellement. Il est donc devenu de ce fait un synonyme incontournable de la Toussaint. Il est toujours plaisant de voir les cimetières se fleurir de multiples couleurs à l’entrée de l’hiver. De plus cette fleur a pour caractéristique de ne pas se faner en quelques jours. 

Quelques mots sur fleurs lors d’un enterrement

En France, il y a environ 600. 000 décès par an, ce qui représente pour les fleuristes un intérêt économique réel car la tradition d’offrir des fleurs que ce soit pour des inhumations ou des crémations perdurent. D’ailleurs les crémations ne dédaignent pas le fait d’offrir des fleurs et à la fin des crémations, il n’est pas rare d’offrir une fleur des compositions à chaque personne pour marquer ce moment solennel. Les couleurs des fleurs varient selon les saisons, les coutumes et l’âge des défunts mais aussi sont liées aux goûts du défunt pour mieux leur exprimer nos sentiments. Certains défunts expriment avant leur décès le choix des fleurs qui viendront orner leur cercueil.

Mais cette tradition du chrysanthème est française

Attention, au Japon, le chrysanthème n’est pas synonyme de mort. Il représente le soleil et c’est une fleur qui a beaucoup de valeurs. Plaisir, bonheur et immortalité sont les significations apportées aux chrysanthèmes par les Japonais. Il est d’ailleurs présent toute l’année et il est la fleur des mariages, des fêtes…mais il rare qu’il soit offert en pot !

La Toussaint en chiffres

Les achats de végétaux à l’occasion de la Toussaint placent cette fête comme la 2e plus importante de l’année (après les fêtes de fin d’année). Quelques données chiffrées issues des enquêtes menées chaque année par Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer sur les achats de végétaux à l’occasion des diverses fêtes calendaires :

  • 5 millions de foyers en France en 2020 ont acheté des végétaux à l’occasion de la Toussaint. Ils étaient 7 millions en 2019
  • 133,46 millions d’€ ont été dépensés à cette occasion en 2020. Contre 185,71 millions d’€ en 2019, soit une baisse de 28%
  • 27 € le budget moyen dépensé Identique à 2019

Source : étude réalisée à partir du panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer (données 2020). Échantillon de 7000 foyers de 18 ans et plus situés en France. Les extrapolations sont fournies à titre indicatif.

Attention, au Japon, le chrysanthème n’est pas synonyme de mort. Il représente le soleil et c’est une fleur qui a beaucoup de valeurs. Plaisir, bonheur et immortalité sont les significations apportées aux chrysanthèmes par les Japonais. Il est d’ailleurs présent toute l’année et il est la fleur des mariages, des fêtes…mais il rare qu’il soit offert en pot !

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page