GérerLes logicielsTendance

Le BYOD en phase avec le RGPD ?

Si l’expression n’est pas des plus connues, le phénomène derrière le
sigle BYOD se répand au sein de nombreuses entreprises en France. Les
dirigeants sont d’autant plus concernés que le BYOD fait partie intégrante de
la gestion de son entreprise. Mais que signifie-t-il au juste ? Que
faut-il savoir ? Avec la mise en place du RGPD le 25 mai, la remise en cause des process
internes et donc du Byod devient incontournable. Selon la CNIL «
L’employeur est responsable de la sécurité des données personnelles de
son entreprise, y compris lorsqu’elles sont stockées sur des terminaux
dont il n’a pas la maîtrise physique ou juridique
».

Qu’est-ce que le BYOD ?

Le BYOD : « Bring Your
Own Device » traduit de l’anglais, signifie littéralement « Apportez
vos appareils personnels ». En français, on parle de PAP :
« Prenez vos appareils personnels ». Ou encore, d’AVEC :
« Apportez votre équipement personnel de communication ».

En remettant les choses dans un
contexte professionnel, c’est tout simplement le fait d’apporter et d’utiliser
ses équipements personnels sur son lieu de travail. Ce matériel désigne
généralement un ordinateur portable, un téléphone
mobile
, une tablette électronique, … Le BYOD concerne la manière dont les
entreprises gèrent l’introduction de ces différents outils, à la base
personnels, par leurs salariés.

Vous l’aurez sans doute compris,
la pratique du BOYD pose quelques problèmes au niveau de la sécurité de
l’information et de la protection des données. Des questions d’ordre juridiques
et sociales émergent également.

La sécurité de l’entreprise compromise

La technique du BYOD est
considérée comme risquée par les entreprises. Et pour cause, elle n’implique
aucun contrôle.

L’un des problèmes principaux
est la sécurité de l’information et la protection des données. Qu’il s’agisse
en effet de perte de données, de vol ou d’espionnage industriel, d’opérations
pour le moins frauduleuses qui visent à récupérer des données (virus, logiciel
malveillant, mise sur écoute téléphonique), … nombreux sont les risques
auxquels se trouve exposée l’entreprise. L’augmentation du nombre
d’utilisateurs d’appareils électronique, l’apparition de la génération Y (18-30
ans) en phase avec les outils mobiles et le web 2.0, ainsi que la rapidité de
transmission des informations semblent y être pour beaucoup. La frontière vie
privée / professionnelle s’en trouve fortement amincie.

Avec la mise en place du RGPD le 25 mai, la remise en cause des process internes et donc du Byod devient incontournable. Selon la CNIL « L’employeur est responsable de la sécurité des données personnelles de son entreprise, y compris lorsqu’elles sont stockées sur des terminaux dont il n’a pas la maîtrise physique ou juridique ».

Les appareils entrants au sein
de l’entreprise constituent une menace potentielle. Ils ont accès au réseau
interne, à divers documents, source d’informations confidentielles, peuvent
stocker des e-mails. En cela, ils détiennent une capacité pouvant se révéler
nuisible à l’entreprise (sécurité informatique, confidentialité des données).
Imaginez l’impact si ces informations parvenaient à la concurrence …

Certaines sociétés s’attachent
tout de même à trouver une réponse à cette problématique. L’idée serait de
scinder en deux parties le dispositif. Une partie privée et une partie professionnelle
rendrait ainsi possible la sécurisation de ces appareils mobiles.

Dans une logique juridique et sociale, ça donne quoi ?

Le contrat de travail ou règlement
intérieur par exemple, subissent un impact de nature légal et réglementaire.

D’un point de vue social, un
salarié détient désormais la possibilité de travailler à distance. Le
télétravail occasionnel est ainsi mis en lumière. Certains dirigeants
d’entreprise abordent le BYOD sous un angle différent en y voyant des avantages
non négligeables. Ils perçoivent cette pratique comme un gain de
productivité : traitement de dossiers ou de mails pendant les weekends ou
congés, … En plus d’être un gain de productivité, c’est également un gain de
coût puisque le BYOD permet « d’acquérir » du matériel informatique
sans avoir à les acheter.

Vous le savez, le BOYD n’est pas
totalement dépourvu de risque loin de là mais il confère de nombreux avantages.
Alors, à chacun sa politique d’entreprise !

A lire également : La mobilité pour tous !

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer