CréerLes qualités de l'entrepreneurPersonnel

Autodidacte et successfull, c’est possible !

Ces entrepreneurs possèdent tous un point commun : ils ont fait fortune en bâtissant des sociétés à succès… sans avoir fait HEC, l’INSEAD, l’ESCP Europe et consorts ! Voici cinq parcours à découvrir.

Gary Anssens

Gary Anssens fonde en 2008 la plateforme alltricks.com. Cet autodidacte de 35 est devenu entrepreneur à l’âge de 20 ans à la suite d’un accident et se lance dans sa passion  le sport. Il  regroupe plus de 500 marques parmi lesquelles Shimano, Sram, Mavic, Michelin, Nike, Asics, Oakley, Garmin, Salomon, The North Face … Plus de 50 000 produits répartis dans chaque discipline : composants, vélos, équipement route, VTT, running, triathlon, outdoor, nutrition, GPS … et livre en 24h en France, Espagne, Italie, Belgique, Allemagne et au Royaume-Uni. Alltricks livre également plus de 70 autres pays à travers le monde et possède un point de vente physique proche de Paris depuis 2015. alltricks.com compte 140 personnes et en 10 ans, son volume d’affaires passe de 100k€ à 65M€ et le dirigeant ne cesse de se lancer des défis.

Jean-Claude Bourrelier, PDG et fondateur de Bricorama

Issu d’une famille modeste et avec un père atteint d’une maladie professionnelle, le PDG de Bricorama a commencé à travailler à 14 ans. Après l’obtention d’un CAP charcutier, il s’installe à Paris pour chercher du travail. Il sera apprenti boulanger puis vendeur au sein de l’enseigne Black & Decker. En 1975, il se lance dans le négoce d’outils de bricolage et ouvre son premier magasin à Paris. Il acquiert la chaîne « Bricorama » au groupe anglais Kingfisher en 1992. Aujourd’hui, son groupe exploite 238 magasins pour un chiffre d’affaires de 675 millions d’euros en 2014.

Jacques Dessange, fondateur des salons de coiffures du même nom

Il a appris le métier de coiffeur avec son père, dans le salon familial. Avec son certificat d’étude en poche, il monte à Paris en 1945 pour exercer sa passion et prend des cours à l’école de coiffure L’Oréal. En 1954, Jacques Dessange lance son premier salon. à ce jour, le groupe Dessange, ce n’est pas moins de 1 900 salons franchisés dans 47 pays (dont 400 en France) et un chiffre d’affaires 2015 de 62,5 millions d’euros.

Alain Afflelou, fondateur du géant de l’optique français

Pour construire son empire, le plus célèbre lunetier français n’a pas fait d’études de commerce. Il possède un diplôme de l’école supérieur d’Optométrie de Paris obtenu en 1970. Il ouvre son premier magasin d’optique en 1972 à Bordeaux. Six ans après, il se lance dans une campagne marketing, en proposant à ses clients des montures à moitié prix. Cette offre reçoit un franc succès à l’époque. En 1993, son réseau de boutiques dépasse les 400 points de vente et continuera à se développer jusqu’à aujourd’hui en France mais aussi à l’étranger (Suisse, Belgique, Portugal, Espagne, Maghreb, Côte d’Ivoire et Liban). Le chiffre d’affaires du groupe Afflelou est désormais de 739,8 millions d‘euros.

Gérard et Patrick Pariente, fondateurs de la marque de prêt-à-porter Naf Naf

Gérard et Patrick Pariente ont été lauréats des victoires des Autodidactes en 1995. Ce prix a été créé en 1989 par le Harvard Business School Club de France. En 1973, les deux frères ouvrent leur premier magasin de vêtements dans le quartier du Sentier à Paris. Dix ans après, ils lancent leur première collection baptisée « Naf Naf », tiré du surnom de Patrick. Fort de leur talent inné pour le commerce, les deux entrepreneurs réussissent à hisser leur marque sur le podium des leaders français des vêtements, accessoires et maroquineries. Dès 1992, la marque se déploie en Europe et notamment en Russie à partir de 1997. Aujourd’hui, l’entreprise compte 4 500 points de vente dans le monde entier et réalise 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2010.

Fraser Doherty, millionnaire à 22 ans en vendant ses confitures maisons

Certains entrepreneurs n’ont pas attendu pour faire fortune. Muni d’une leur idée et de leur ténacité, ils sont devenus millionnaire. À l’instar de l’écossais Fraser Doherty, qui a tout juste 14 ans, commence à faire des confitures sans sucre ni additifs ajoutés grâce à la recette de sa grand-mère. SuperJam, sa société, connaît un excellent début jusqu’à ce qu’un grand supermarché au Royaume-Uni lui propose de vendre ses confitures. À 22 ans, le jeune écossais devient millionnaire et sa société a réalisé 1,2 million de livres de chiffre d’affaires à peine deux ans après sa création. 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer