GérerPersonnelSanté et bien-être

Attention à la prochaine canicule !

Les températures actuelles qui s’annoncent de 10 degrés au-dessus des normales saisonnières annoncent un été qui devrait être particulièrement chaud. Si vous ne souhaitez pas être complètement à plat avec la chaleur, zoom sur quelques pratiques de base à mettre en place dans vos locaux ou à faire suivre par vos salariés qui sont en télétravail.

L’article L4121-1 du Code du travail dispose que l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour « assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ». Il doit donc mettre non seulement des mesures préventives, doit informer et former ses salariés et mettre en place les moyens et l’organisation la mieux adaptée à la situation. Certaines recommandations ont été émises en ce sens par le gouvernement

Mesure à prendre en amont 

Tout d’abord ce risque doit figurer dans le document unique qui figure à l’article R. 4121-1 du code du travail (ancien article : R 230-1). Celui-ci dispose que « L’employeur transcrit et met à jour dans un document unique les résultats de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs à laquelle il procède en application de l’article L. 4121-3. Cette évaluation comporte un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l’entreprise ou de l’établissement. ». L’employeur doit notamment informer le CSE des recommandations à mettre en place en cas de fortes chaleurs. A noter que le médecin du travail doit rédiger un document qui rappelle les risques, les moyens de préventions ainsi que les premiers gestes. 

Si l’information est nécessaire, l’employeur doit surtout adapter l’organisation du travail notamment en réduisant les cadences et en évitant au maximum les travaux manuels. Dans les lieux fermés, il doit s’assurer du renouvellement de l’air et faire en sorte que les températures ne soient pas trop hautes. D’autres mesures peuvent être prises bien entendu comme des stores ou encore des rafraichisseurs.   

Pendant la vague de chaleur.

Pour éviter de voir sa responsabilité engagée, l’employeur doit informer les travailleurs sur les risques, les moyens de prévisions mais surtout sur les signes ou symptômes. Il s’agit pour les travailleurs de pouvoir anticiper une trop forte exposition. Les symptômes classiques chez les adultes sont des « étourdissements, une sécheresse de la bouche et du nez et une évacuation réduite d’urine ». 

Il doit, bien entendu, mettre à disposition de l’eau potable fraiche (article R. 4225-2 du code du travail) afin que chacun puisse se réhydrater. Selon l’article R 4225-3, si les conditions de travail l’imposent, il doit mettre gratuitement à disposition au moins une boisson non alcoolisée. L’air n’est pas une donnée à négliger puisque l’article R. 232-5-3 fixe même un débit minimal d’air neuf par occupant. Les zones d’ombre ou abris voire des aires climatisées sont évidemment de mise pour le travail en extérieur. 

Acheter du matériel en amont

Pour éviter la montée des prix le temps venu ou encore les ruptures de stocks, il est fortement conseillé d’acheter des ventilateurs, des brumisateurs d’eau minérale, des climatiseurs ou encore tout ce qui peut empêcher la lumière de pénétrer comme des stores extérieurs… N’oubliez pas également de mettre en place des mesures qui permettront de surveiller la température à l’intérieur de vos locaux. A noter que les ventilateurs n’aident pas à réduire la température d’une pièce même s’ils sont utiles. 

Les mesures que vous pouvez prendre

Pour éviter à vos travailleurs d’être trop exposés vous pouvez modifier les horaires de travail notamment en permettant à vos salariés de venir plus tôt le matin et en supprimant le travail l’après- midi. Dans ces heures particulièrement chaudes, vous devez augmenter le nombre de pauses et faire en sorte que chaque collaborateur surveille un autre et éviter tant que possible les postes isolés. Il reste conseillé qu’aux heures les plus chaudes, soit entre 12h et 16h, d’éviter toute exposition au soleil ou à la chaleur. Il est considéré qu’à partir de 34°C, la chaleur est excessive.

A noter que vous pouvez également inciter vos salariés à porter des vêtements clairs et légers et éviter ceux qui seraient trop serrés comme le fameux costume cravate même si cela peut paraître évident. Rappeler de boire beaucoup d’eau n’est pas inutile même si cela peut vous paraître évident et que l’on boit entre 3 et 4 litres d’eau en cas de forte chaleur contre 1,5 en temps normal et que celle-ci ne doit pas être glacée de préférence mais à température ambiante. 

N’oubliez pas de rappeler des consignes évidentes comme fermer les stores/volets/rideaux ou encore fenêtres quand la température extérieure augmente. Il ne sert à rien d’aérer si l’air venant de l’extérieur est plus chaud qu’à l’intérieur. 

Vous pouvez également mettre à disposition des fruits et légumes riches en eau sauf s’ils sont victimes de diarrhées comme les pommes, oranges, pastèques, pêches ou encore côté légumes, les concombres.

Covid et chaleur

La grande difficulté de cette année risque d’être que les équipements de protection que vous êtes peut-être en train de mettre en place dans votre entreprise doivent s’adapter à ces futures chaleurs. A défaut, vous pourriez vite vous retrouver dans l’embarras notamment en limitant sans le vouloir la circulation d’air dans vos locaux. N’oubliez pas que dans tous les cas le chef d’entreprise reste responsable d’assurer la sécurité des salariés et que vous ne pouvez négliger cette obligation. 

N’hésitez pas à rappeler les règles par écrit que ce soit en forme numérique ou papier et à mettre en place des réunions de sensibilisation dans cette période un peu particulière. Il n’y a pas à dire 2020 est une année pleine de surprises…

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer