GérerLe B.A. BA des RHRuptures

Les arrêts de travail

Les arrêts de travail au sein des entreprises demeurent un facteur qui demande beaucoup de discernement de la part des dirigeants. Il s’agit de se séparer des jugements hâtifs ou des idées préconçues et d’identifier les causes réelles. Comment faire pour bien analyser la situation et avoir le comportement adéquat ?

Aujourd’hui, le contexte économique, environnementale crée un poids qui conduits nombre de personnes à prendre des arrêts de travail. Pour la 5ème année consécutive, REHALTO – WPO publie une étude significative sur les arrêts de travail et les plans d’action santé. Cette étude, réalisée auprès de 301 DRH et 1 505 salariés par l’institut BVA en juin 2019 propose un état des lieux sur les arrêts de travail des salariés sur les 12 mois (taux d’absentéisme, raison et durée des arrêts), de leur impact sur l’entreprise et des actions mises en place pour les prévenir.

Augmentation 39 % du taux d’absentéisme sur les 5 dernières années

Mais pas seulement puisque les arrêts s’avèrent être de plus en plus longs et les problématiques psychologiques, 1ère cause d’arrêts maladies (hors maladies ordinaires)

Depuis 2014, le taux d’absentéisme a connu un taux de d’augmentation annuel de 6.85 %.  Plus d’un tiers des salariés ont été arrêtés au moins une fois au cours des douze derniers mois. En moyenne, les salariés ont eu 14,1 jours d’arrêts sur cette même période. Cela se traduit par un taux d’absentéisme de 3,9% dans les entreprises de plus de 50 salariés en France.

Selon Christian Mainguy, directeur général de REHALTO – WPO : « L’absentéisme reste un enjeu important pour les entreprises. Cette nouvelle édition de notre baromètre permet de mieux comprendre les causes des arrêts de travail et d’identifier les leviers disponibles, pour agir et mettre en place des plans d’action santé et qualité de vie au travail. »

Mais aussi des différences selon les catégories

Il existe cependant, une forte hétérogénéité en fonction des catégories de salariés. Les taux d’absentéisme des salariés des 50 ans et + (4,4 %), des ouvriers (6,5%) et des salariés travaillant dans le secteur de l’industrie (4,8%) sont les plus élevés. A contrario, les taux d’absentéisme des moins de 30 ans (2,8%), des cadres (1,4%) et des salariés du commerce (2,2%) se révèlent être les plus faibles.

Des arrêts de plus en plus longs mais dus à quoi

Si 6 arrêts sur 10 sont des arrêts de courte durée, la durée des arrêts tend à augmenter, notamment les arrêts longs, de plus de trois mois, représentant désormais 9 % des arrêts de travail, et sont une lourde charge.

Les problématiques psychologiques, 1ere cause d’arrêts de travail

Hors maladies ordinaires, les problématiques psychologiques représentent désormais la première cause des arrêts de travail (29%, dont 19% épuisement professionnel et 10% troubles psychologiques), devant les troubles musculosquelettiques, (27%).

Impératif de sortir des préjugés 

En ellet, les salariés ne posent pas toujours d’arrêt dans des situations qui devraient l’imposer. En effet, confrontés à une difficulté nécessitant un arrêt maladie, 44% des salariés ne posent pas d’arrêts : 34% se rendent à leur travail et 10% préfèrent poser un congé (CP ou RTT). Ces derniers mettent notamment en avant 2 types d’explication : la volonté de ne pas voir leurs revenus baisser (surtout chez les ouvriers) et l’importance de leur charge de travail (surtout chez les cadres)

Le burn out, un fléau à endiguer

23% des salariés ayant connu un arrêt associent cet arrêt à une cause professionnelle : difficultés liées aux pratiques managériales (12%) ou tensions liées à l’organisation du travail (11%)

 Plus spécifiquement, 7% des salariés ont été arrêtés lors des 12 derniers mois pour un syndrome d’épuisement professionnel (communément appelé « burnout »). Les femmes (9%), les plus jeunes (9% des moins de 30 ans) et ceux qui travaillent en CDD (11%) sont ceux qui ont le plus connu ce type d’arrêt.

Mais aussi liés à la charge d’une personne à domicile

A noter que 22 % des salariés sont des aidants naturels et que le taux de burnout en cas de personne à charge au domicile du salarié grimpe à 14 %.

Les arrêts de travail, un frein pour les entreprises

Pour une majorité de DRH, les arrêts de travail ont un impact négatif sur l’organisation de leur entreprise (75%) et sur sa performance économique (58%). Ils sont confrontés à des difficultés de remplacement et citent parmi les impacts indirects des baisses de production et des retards de livraison.

Prendre en considération les personnes

Prendre en considération les personnes qui reviennent d’un long arrêt de travail est  impératif car l’entreprise doit être avant tout humaine. Le souci de rentabilité ne peut en aucun justifier le fait de ne pas donner aux personnes qui reviennent les meilleures chances de pouvoir  reprendre le travail en toute sérénité.

Le retour au travail après un arrêt de longue durée (plus de 3 mois) est jugé par 84 % des salariés comme un moment angoissant et 62 % des salariés ayant connu un arrêt long expriment un besoin d’accompagnement par leur entreprise, avec en premier lieu un besoin d’écoute et de considération de la part de leur supérieur, d’accompagnement administratif, et des adaptations de postes et de conditions de travail.

Le télétravail, la solution pour réduire les arrêts

21% des entreprises ont mis en place un accord de télétravail. Pourtant, le télétravail (notamment occasionnel) semble avoir un impact fort sur le taux d’absentéisme. Le taux d’absentéisme des salariés qui ont des possibilités de télétravail est de 2%, voire même dans le cas de télétravail occasionnel est de 1.2% contre 4.3% pour les salariés qui n’ont pas de possibilités de télétravail.

Quelles sont les actions mises en place ?

Parmi les actions mises en place par les entreprises en gestion et prévention des arrêts de travail : mise en place d’un environnement de travail de qualité (80%), l’aménagement des horaires et des rythmes de travail (65%), le renforcement de l’équipe du salarié en arrêt (62%) et l’accompagnement des salariés en retour d’arrêts de travail (59%).

Mais qui demandent à être développées

28 % des entreprises ont mis en place une communication ou des dispositifs pour inciter à la pratique de l’exercice physique, et 25 % pour équilibrer l’alimentation pour préserver la santé et 25% des entreprises se sont dotées d’une ligne téléphonique d’accompagnement et de soutien psychologique.

Les DRH, un impératif besoin de formation

Un DRH sur deux consacre au moins 10 % de son temps de travail à la prévention et à la gestion des risques humains et sociaux.

Parmi les préoccupations principales 3 DRH sur 4 jugent l’évolution de l’entreprise comme un défi et 83 % expriment un besoin de compétences nécessaires pour exercer leur métier.  Ils sont d’ailleurs 25 % à s’estimer stressés.

De leur côté, dans un contexte d’évolution de leur travail, 77% des salariés identifient en priorité des besoins de compétences pour exercer leur métier et 71% identifient comme premier défi l’organisation de l’entreprise.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer