S’associer : l’union fait-elle la force ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     13/02/14    
S associer : l union fait elle la force ?

Vous êtes sur le point de vous lancer dans le monde de l’entreprenariat et êtes encore hésitant à propos du cornélien dilemme que pose l’association… Posez-vous les bonnes questions ! Il est primordial de comprendre la ou les raisons pour lesquelles on souhaite ou non s’associer et se demander si ces raisons sont valables ou si elles ne sont que des prétextes…

Mieux vaut être seul que mal accompagné

Il faut savoir que si vous prenez la décision de vous lancer seul, vous ne serez pas un cas isolé puisqu’à ce jour, 1/3 voire la moitié des entrepreneurs le font. Ceci dit, la question mérite réflexion.

Une possible perte de temps de recherche

De l’idée à la réalisation du projet, on le sait, il y a un fossé… mais lorsqu’on se lance dans la sinueuse recherche de l’associé parfait, on peut perdre un temps précieux. Il n’y a qu’à voir le nombre d’entrepreneurs qui prennent part aux soirées Networking dans l’unique but de dénicher la perle rare.

Un engagement sur le temps

Qui plus est, le fait de prendre un associé est un engagement ad vitam aeternam (ou presque). A l’effigie d’un couple, vous allez évoluer ensemble, prendre des décisions cruciales dont vous devrez assumer les conséquences ensemble quelles soient bonnes ou mauvaises, accepter de mettre l’autre au même niveau que vous… vous l’aurez compris, vous n’êtes pas à l’abri d’altercations plus ou moins pimentées qui seront susceptibles de disperser votre binôme voire le faire éclater, au péril de votre société.

Pas de partage des parts

De plus, lorsqu’on est seul à la tête de son entreprise, la question du partage équitable des parts ne se pose pas puisque vous restez propriétaire du capital ! 1+1 n’a jamais fait deux, quel que soit la cohésion qui émane de votre équipe. Et l’image incarnée par la boîte peut en souffrir.

Entreprendre seul n’est pas entreprendre tout seul

Quoi qu’il en soit, ne pas s’associer n’est pas synonyme de solitude. Attention toutefois, en tant que boss ultime de votre entreprise, il vous faut savoir gérer à la perfection les situations que seul vous pouvez traiter, et reléguer le reste ! Entourez-vous d’une solide équipe ! Vous pouvez en profiter pour vous créer un entourage de choix où différents protagonistes de qualité tels que des experts ou des mentors qui pourront vous guider efficacement. Il faut avoir la modestie d’admettre que pour faire avancer son business, l’idéal est de s’entourer de personnes plus douées que nous, on irait même jusqu’à dire plus intelligentes ! C’est ce qu’admet faire Quentin VACHER, dirigeant de Jolie Box racheté par BirchBox.

Seul on va plus vite, à deux on va plus loin.

Ne vous méprenez pas ! Si lancer son entreprise seul comporte des avantages, les inconvénients sont nombreux, preuve à l’appui : toutes les richesses que peut apporter un voire plusieurs associés.

Déléguer coute cher

Tout d’abord, pour prétendre prendre le contrôle de toutes les tâches qui appartiennent au dirigeant uniquement et déléguer le reste, il faut aussi prétendre avoir à sa disposition un fort capital, ce qui est loin d’être le cas de tout le monde lors du lancement de projet. Le fait de s’associer représente donc un avantage non-négligeable qui est celui de réunir plusieurs économies personnelles pour se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat avec un capital plus conséquent. D’un point de vue financier toujours, il faut savoir que les Business Angels privilégient souvent une société faite d’associés plutôt que l’inverse car les risques ne pèsent pas que sur une seule personne.

Démultiplier les associés revient à démultiplier la force de travail

Au-delà de ça, le fait d’être plusieurs permet de démultiplier la force de travail. En effet, il faut prendre conscience qu’il n’y a pas de surhomme : connaître ses faiblesses permet de cibler le genre d’associé voire d’alter-égo que l’on souhaite avoir auprès de soi pour nous compléter. Qui dit complémentarité dit répartition des tâches et des responsabilités et par conséquent réduction du stress à endosser (ce qui peut permettre d’éviter un burn-out, par exemple). On se rend rapidement compte que l’autre est indispensable lorsqu’il s’absente et que l’on doit gérer seul ce dont on s’occupe habituellement à deux. Inévitablement, la répartition des responsabilités et des missions permet de faire preuve de plus d’efficacité. Aussi, argument de poids : la plupart des entreprises qui réussissent avec le plus de brio sont co-fondateurs (Apple, WonderBox, et la liste est longue...)

En conclusion

Chacune des deux possibilités a ses avantages et ses inconvénients dans la balance… A vous de mesurer de quel côté penche cette dernière dans votre situation. Avant de prendre toute décision, soignez les détails sans vous hâter, prenez connaissance de vos propres limites pour les fixer avec votre potentiel futur associé et mesurez à quel point vous êtes capable de vous surpasser. Une dernière chose, pensez également que toutes les personnalités ne sont pas faîtes pour travailler sereinement avec autrui, c’est parfois une question de caractère… Mais il n’y a qu’en faisant un choix que vous saurez, alors écoutez votre intuition et foncez !