Confiance en soi et créationCréerPersonnel

Étapes clés pour surmonter un échec

L’échec professionnel est fréquent et n’épargne pas les
entrepreneurs. Défaillance d’entreprise, dépôt de bilan, licenciement à
réaliser : des cas qui peuvent survenir dans le parcours d’un créateur
d’entreprise. Certains ont tendance à baisser les bras en considérant l’échec
comme insurmontable. Des étapes clés peuvent pourtant vous permettre de
rebondir après ce dernier. Explications.

Un phénomène fréquent

Lorsqu’un échec vous touche, un sentiment d’incompétence
survient et atteint votre moral d’acier : « L’échec professionnel provoque le plus souvent une perte d’identité,
une blessure narcissique et un sentiment d’incompétence dont l’impact
émotionnel est fort
 », souligne Vincent Lenhardt, fondateur du cabinet
Transformance et spécialiste du coaching en France. Un impact considérable
attend l’entrepreneur qui se confronte à l’échec mais, ne vous leurrez pas, bon
nombre d’entre vous ont su franchir cet obstacle pour redémarrer une nouvelle activité
du bon pied. Différentes étapes sont à franchir pour surmonter un échec.

Partager ses émotions

Lorsqu’un échec survient, n’ayez pas tendance à tout garder
pour vous. Vos proches peuvent se révéler être un soutien sans faille, leur
appui représente une force considérable pour vous relever et vous faire prendre
conscience que l’erreur arrive à tous et n’en est pas moins insurmontable. Si
le soutien de vos proches ne suffit pas, tournez-vous vers des entrepreneurs
qui ont vécus la même situation auparavant. Un tel partage d’expérience peut se
révéler bénéfique en vous apportant des conseils sur la façon d’entrevoir
l’avenir.

Se faire aider

Certains professionnels sont spécialistes de ce type de
situation et peuvent vous apporter une aide précieuse. Les avocats peuvent vous
fournir leur aide juridique ainsi que des conseils en fonction de votre
situation. Si l’échec à des conséquences psychologiques, il ne faut pas hésiter
à se confronter à un psychothérapeute, par exemple, afin de vous aider à sortir
de cette mauvaise passe. L’association 60 000 rebonds s’est d’ailleurs penchée
de plus près sur les échecs qui touchent les entrepreneurs et en comptabilise
plus de 60 000 par an. Un chiffre qui a poussé Philippe Rimbaud, le
fondateur de l’association, à aider ceux qui subissent un traumatisme
« financier, professionnel et
personnel
 » à trouver une issue professionnelle. Son association a pu
soutenir de nombreux entrepreneurs : « Mon groupe a été liquidé en 2014. On se retrouve du jour au lendemain,
sans cadre professionnel, sans cadre social, sans un sou. L’environnement de 30
ans de vie s’écroule et 60 000 Rebonds dans cette situation-là est d’un secours
total 
», témoigne Thierry Bosne, un entrepreneur, sur le site de
l’association.

Analyser les causes
de son échec

Une fois que vous aurez pris sur vous, tâchez d’analyser les
causes qui vous ont conduites à cet échec : erreur de stratégie ? De
business model ? Surcharge de travail ? Elles peuvent être nombreuses
et diffèrent en fonction des sociétés. Les causes peuvent également s’avérer externes
en ne touchant pas l’entreprise mais directement le marché sur lequel elles se
situent. Une fois analysées, il vous faudra en tirer des enseignements pour ne
plus les reproduire ou, tout simplement, changer votre manière de procéder.

Changer d’état
d’esprit

Travaillez, une fois encore, votre discours intérieur et éliminez
toutes les pensées négatives, qui peuvent vous nuire à l’avenir. « J’ai échoué
donc je suis incompétent » ou « Je n’arriverais jamais à
rebondir » sont des pensées à bannir de votre esprit. Si en France l’échec
est mal vu, aux États-Unis, il est synonyme d’expérience et forcément d’enrichissement.
Prenez pour exemple Steve Jobs, le célèbre créateur d’Apple, qui, dans les
premiers temps, s’associe pour diriger l’entreprise. Les visions des deux
partenaires ont commencé à diverger et le conseil d’administration décide de se
séparer de Steve Jobs, le fondateur même de l’entreprise. «  C’est ainsi qu’à 30 ans, je me suis retrouvé
sur le pavé
 », relate-t-il lors de son discours à l’Université de
Stanford. Cet échec à conduit l’entrepreneur à repartir de zéro et, cinq années
plus tard, il créa deux nouvelles sociétés, Pixar et Next (qui fut rachetée par
Apple), et conduit l’entrepreneur à retravailler au sein de son premier projet.
Steve Jobs valorise l’échec : « Tout cela ne serait
pas arrivé si je n’avais pas été viré d’Apple. La potion fut horriblement
amère, mais je suppose que le patient en avait besoin. Parfois, la vie vous
flanque un bon coup sur la tête. Ne vous laissez pas abattre.
 » Fixez–vous
de nouveaux objectifs et ne délaissez jamais vos premières passions, qui vous
ont conduit à entreprendre !

Toujours prévoir une
issue de secours

La nécessite d’avoir un plan B perdure malgré la réussite
(parfois temporaire) de votre entreprise. L’échec peut survenir à tout moment
sans que vous en soyez responsable. Créer une issue de secours s’avère évident
pour tout entrepreneur prévoyant. Denys Chalumeau, créateur de Promovacances,
voit son entreprise tomber en ruines à cause des attentats du 11 septembre, qui
freinaient les clients à prendre l’avion. « Mon DAF m’explique alors que, selon ses calculs, la filiale
Promovacances serait en faillite un mois et demi plus tard, entraînant toute
mon entreprise dans sa chute
 », explique-t-il. Le fondateur a pu
rebondir en gérant, en parallèle, le site SeLoger.com. Ce dernier insiste et recommande
aux entrepreneurs « d’avoir si
possible plusieurs projets pour ne pas avoir tous ses œufs dans le même
panier »
. Cette solution alternative peut se faire par plusieurs
moyens : activité secondaire, investissement dans d’autres entreprises… À
vous de décider !

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer