ConseilsL' EmailingLe B.A. BA de la communication

Le texto et l’e-mail à consommer avec modération

Communiquer est devenu vraiment facile aujourd’hui aussi bien en interne qu’en externe. En quelques clics, vous avez transmis l’information, fait une demande, rappelé une tâche… Oui mais lorsque le texto et l’e-mail remplace l’échange et le dialogue, la situation peut vite devenir compliquée. Si pour un appel téléphonique, vous envoyez 20 textos laconiques, il faut peut-être reprendre les choses en main…. Quelle attitude adopter pour que notre communication soit optimisée ?

Le texto et l’e-mail se sont imposés en raison de leur facilité tant sur le plan de la vie personnelle que professionnelle. Leur atout incontestable est de pouvoir être envoyés à toute heure et que votre interlocuteur puisse vous répondre quand il le consulte selon son rythme. Il peut ne pas avoir ouvert ou fermé sa messagerie. Mais la tyrannie s’est installée car les messages se trouvent sur le mobile et donc comme chacun le sait à portée de main. On devient exigeant et on se demande pourquoi on ne nous a pas répondu dans la minute et on s’impatiente. En tant que dirigeant ou manager, il faut faire attention que cette immédiateté ne provoque pas le stress chez vos collaborateurs et adopter une manière de travailler respectueuse du code du travail.

Sur le plan professionnel, le pouvoir hiérarchique s’impose

Si c’est le dirigeant ou le manager, le salarié considère qu’il se doit de répondre immédiatement. Or le collaborateur peut très bien et sûrement être occupé à d’autres tâches et donc devra arrêter ce qu’il est en train de faire pour vous répondre et deviendra moins performant et risque de commettre des erreurs. Il est donc important d’instaurer un code afin de ne pas distraire et stresser le collaborateur et d’indiquer par exemple en tête de l’e-mail ou du texte : pas urgent mais aussi de repenser son mode de communication et envisager de créer une réunion de réflexion avec les équipes pour que chacun adopte la meilleure pratique tant sur le plan relationnel que sur le plan de l’efficacité professionnelle.

Sur le plan des collaborateurs, cesser de vouloir laisser des traces

Se justifier, montrer que l’on travaille entre autres font que les collaborateurs prennent la mauvaise habitude de vouloir laisser des traces pour ne pas être pris en défaut ou pour se mettre en valeur.  Mais cette habitude de faire des copies à la terre entière c’est-à-dire à tous les collaborateurs, managers, supérieur hiérarchique est fort chronophage. Donc stop aux copies inutiles qui encombrent les boites e-mails et qui distraient les personnes de leurs tâches. Il faut donc instaurer une pratique avec les équipes pour gagner en efficacité. A partir d’un dialogue, la communication sera plus fluide et permettra à chacun de connaitre ce qu’il peut faire ou ne pas faire.

Trop d’emails et de textos

Près de 59% des salariés affirment « qu’il leur arrive de se sentir isolé », selon un sondage Ifop Opinion réalisé en juin 2019. « Se parler en vrai » s’impose comme le principal recours à cet isolement salarial car il actionne des mécanismes de relations humaines, porteuses de valeur. Se priver des échanges physiques, c’est faire fi de la communication humaine unique tels que le langage corporel, l’intonation de la voix, le jeu du regard mais aussi de la rencontre des personnes et de leur aspect physique et vestimentaire. Seuls les échanges physiques, en face à face, permettent de réduire le risque d’isolement, qui est divisé par deux quand on parle à plus de trois collègues en face à face dans la journée. 

Le texto et l’e-mail à consommer avec modération mais aussi sagesse et intelligence. Sans une concertation des équipes, ils deviendront des freins dans toutes les activités.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer