BanqueFinancementLa banque et les garantiesLe B.A. BA du financement

Rachat de crédit : les taux ont-ils évolué lors du confinement ?

A la fin de l’année 2019, le Haut conseil de stabilité financière a fait des recommandations de prudence aux banques pour l’octroi de crédit : 33 % d’endettement au plus et 25 ans de durée maximum. Depuis, à cause de la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus, deux périodes de confinement sont passées… Comment les taux de crédit ont-ils évolué ? Comment s’adapter ? Explications.

Les taux de prêt immobilier peu impactés

Depuis le début d’année 2020, des mesures fortes de soutien à l’économie ont été prises par les Etats et les banques centrales : injections de liquidités sur les marchés, aides aux entreprises, mesures sociales pour les particuliers, etc. Grâce à cela, le système bancaire n’a pas failli et les banques continuent de prêter aux entreprises et aux ménages.

Selon les statistiques de la Banque de France, le taux moyen de crédit immobilier à taux fixe (y compris rachat de crédit) en France était de 1,19 % en février 2020, avant le premier confinement. En avril 2020, ce taux s’élevait à 1,31 %, et il reste à un niveau presque inchangé en octobre 2020 (1,29 %). On constate donc une légère hausse qui reste cependant limitée malgré la crise.

Comment les banques accompagnent-elles leurs clients ?

Les établissements bancaires étant restés ouverts pendant les deux confinements, ils ont continué de gérer les dossiers de crédit en cours et la plupart d’entre eux étudie également les nouvelles demandes. En revanche, ce qui a changé, ce sont les conditions d’emprunt qui se sont resserrées. Les deux catégories les plus touchées sont les primo-accédants, qui s’endettent souvent au maximum ou sur de longues durées ; et les investisseurs immobiliers, qui dépassent rapidement le seuil de 33 % d’endettement, car ils sont pour beaucoup déjà propriétaires de leur résidence principale, avec un crédit à rembourser.

Pour les particuliers qui avaient déjà un emprunt en cours et qui connaissent des difficultés de remboursement, les banques conseillent, tout d’abord, de bien relire leur contrat de prêt pour voir s’il contient des clauses spécifiques telles que la modulation, suspension ou report des échéances. Malheureusement, peu de contrats les prévoient, c’est pourquoi, les organismes bancaires, plutôt conciliants dans cette période, précisent qu’en cas de situation financière complexe, il ne faut pas attendre pour faire une demande justifiée d’ajustement de son crédit.

Comment adapter son crédit immobilier face au Covid-19 ?

Nombreux sont les Français touchés par les conséquences économiques de la crise sanitaire actuelle : perte d’emploi, chômage partiel, baisse des heures supplémentaires, difficultés à trouver un travail, etc. Ainsi, d’après une étude menée pour la Fintech Meelo en septembre 2020, près de 32 % des propriétaires rencontrent des difficultés à honorer les échéances de leur emprunt immobilier. Cela explique pourquoi les demandes de rachat de crédit sont en augmentation.

En effet, le rachat de crédit (ou regroupement de prêts) consiste à rassembler les différents emprunts (immobilier, à la consommation, découverts bancaires et dettes) existants en une seule mensualité avec un taux d’intérêt unique et inférieur. Pour cela, l’emprunteur peut s’adresser à un autre établissement bancaire ou demander un rachat de crédit sur le-partenaire.fr, spécialiste en crédits, assurances et immobilier. L’opération prévoit généralement d’étaler la dette sur une plus longue durée afin de diminuer la mensualité et d’améliorer le reste à vivre et donc son pouvoir d’achat. Idéal pour souffler un peu et prendre le temps de rééquilibrer ses finances.

Revers de la médaille, allonger la durée d’emprunt a pour effet d’augmenter le coût total du crédit. C’est pourquoi, il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel en rachat de crédit pour réussir son opération.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page