GérerManagementSalaire & Cotisations sociales

Comment bien négocier son salaire ?

Quand on pense en termes de salaire, on se demande souvent : Combien est-ce que je vaux ? Cette question est délicate mais devient inévitable quand il vous faut vous préparer à négocier votre rémunération. Elle revient à estimer sa valeur pour l’entreprise mais pas seulement.

Sur quelles bases négocier votre salaire ?

Sachez qu’à la fin d’une bonne négociation, les deux parties doivent avoir le sentiment qu’elles sont gagnantes toutes les deux. Ne soyez pas focus sur votre salaire fixe, bien qu’il soit un élément déterminant. Sachez apprécier l’ensemble du package de la rémunération pour évaluer le potentiel de cette nouvelle opportunité car il est parfois plus avantageux d’avoir un treizième mois, des tickets-restaurants, des chèques vacances, de réelles RTT… que d’avoir un fixe élevé. Certes, votre part fixe se doit d’être motivante mais s’apprécie par rapport aux autres rémunérations du marché mais elle doit être à la hauteur de vos espérances personnelles pour ne pas générer de frustrations par la suite.

La part variable n’est pas obligatoire et doit donc être abordée comme un levier de négociation complémentaire. Vous pouvez tenter de négocier un « variable garantie » qui vous sécurisera en cas de non-atteinte des objectifs. Le « Welcome Bonus » a longtemps été utilisé pour les grands patrons. Ce type de rémunération est aujourd’hui employé pour attirer les hauts potentiels dans les entreprises. C’est un plus, souvent gardé comme dernier levier par les recruteurs.

D’autres éléments à négocier ?

D’abord, vous pouvez négocier l’absence de renouvellement de votre période d’essai pour limiter les risques de changement de société car ce n’est pas parce qu’on vous « débauche » que vous êtes en sécurité dans votre nouvel emploi. Rien n’empêche celui qui vous attirez de mettre fin à votre relation à tout moment et que vous vous retrouviez dans une situation pire que celle antérieure.

Comment réussir la négociation en entretien ?

Réfléchissez à votre objectif avant de vous lancer dans une négociation. Ayez donc à l’esprit ce que vous désirez. Identifiez les ressources dont vous disposez pour parvenir à cet objectif : expérience, qualification, spécialisation, référence…

Ensuite, faites preuve d’empathie pour imposer vos volontés sans créer de situation où le recruteur pourrait se braquer et refuser la négociation.

Enfin, laisser le lead de l’entretien au recruteur. Il abordera naturellement la question du salaire tôt ou tard dans la négociation. L’inverse vous mettrait dans une position d’attente et non de donnant donnant. S’il vous pose la question, il est toujours plus intéressant de lui demander de vous faire une proposition qui sera donc votre base de négociation.

Ce qu’il ne faut pas faire !

Mentir sur votre salaire précédent représente une terrible erreur : tout se sait ! Le dernier bulletin de salaire peut être demandé par le recruteur d’ailleurs. De plus, évitez de chercher à négocier encore votre salaire le jour de la signature de votre contrat. Ce nouveau changement pourrait agacer le recruteur et rompre la relation de confiance.

La négociation de salaire demande du tact et de la diplomatie. Sachez prendre en compte la nature du projet proposé et notamment les projets entrepreneuriaux. Les salaires à l’entrée peuvent ne pas être à la hauteur des grandes entreprises, mais les perspectives d’évolution sont parfois plus intéressantes.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page