Start-Up

Modizy lance sa technologie de marketplace dans l’aventure B-to-B, Benoit Féron

A l’origine du site spécialisé dans le shopping ludique et personnalisé, trois jeunes hommes qui vont s’entourer d’expert(e)s dans le milieu de la mode pour donner corps à leur projet. Aujourd’hui, l’équipe agrandie commercialise en marque blanche sa technologie et son système de marketplace.

« La manière dont nous nous sommes rencontrés tous les trois est assez folle. Une histoire de destin » confie Benoit Feron, l’un des cofondateurs du personal shopper en ligne, Modizy.com. Un destin qui a de l’humour et qui a fait basculer trois jeunes néophytes de la mode dans le monde des créateurs et de l’e-shopping. 

Les débuts d’une « fashion » aventure

A l’origine, une envie commune relie Benoit Feron et Luc Falempin : créer quelque chose qui leur soit propre. Les deux jeunes hommes se rencontrent pour la première fois dans le MBA spécialisé en e-marketing et e-business à l’Institut Léonard De Vinci. Chacun de leur côté et sans s’en parler, ils se connectent sur la plateforme en ligne Teamizy pour trouver « l’associé idéal ». Ils tombent tous les deux sur le profil de Florian Poullin, ingénieur en télécommunication qui travaille à développer une technologie d’intelligence artificielle, avec qui ils commencent à échanger. « Luc et moi, nous étions dans le même MBA mais nous ne nous étions pas concertés. C’est Florian qui nous a mis devant le fait accompli et a fait le lien entre nos désirs entrepreneuriaux » explique Benoit avant de lancer : « C’est une rencontre improbable ! » 

Tous les trois créent en mars 2012 Modizy qu’ils lancent début juin de la même année. Le site est une plateforme de social shopping ludique qui s’appuie sur une technologie comparative via un algorithme de recommandation. Le but est de personnaliser l’offre et l’acte d’achat sur le site en proposant aux internautes des vêtements, des accessoires ou des chaussures en lien avec leurs goûts et leur budget. Pour ce faire, la plateforme utilise un système de « J’aime/J’aime pas » plutôt gagnant. « Ces deux boutons comptabilisent 3,5 millions de clics depuis le lancement de la marketplace Modizy.com en octobre dernier » note Benoit Feron. 

Une plateforme B to C arrivée à maturité 

Les co-fondateurs fédèrent autour de leur projet 300 blogueuzes dont les actions sont récompensées par un système de crédits shopping versés sur leur compte Modizy mais aussi des invitations privées à des événements et des cadeaux. « Les blogueuzes inscrites sur le site sont partie prenante de notre stratégie. Elles assurent à la fois un relai commercial et une expertise » explique Benoit Feron. « C’est un échange de bons procédés. Les blogueuzes peuvent dupliquer leur article sur Modizy et restent totalement indépendantes ».

En septembre 2012, la plateforme organise une levée de fonds de 70 000 euros. Les fondateurs utilisent l’argent pour intégrer à leur équipe un ingénieur, Quentin Pyanet, qui occupe aujourd’hui la position de Lead Developer. Pendant douze mois, ils travaillent ensemble à modifier le business model initial, fondé sur un système d’affiliation et un catalogue d’articles et de marque assez volumineux, et faire de Modizy.com une place de marché intelligente. « Pivoter de business model est complexe. Il a fallu remettre à plat l’ensemble de la stratégie et repenser l’acquisition-trafic » indique Benoit. « Un travail laborieux ». Le nouveau business model est effectif en octobre 2013. Depuis 150 marques et 9000 produits sont présents sur la marketplace. Par ailleurs, la plateforme en profite pour refondre son design et faire peau neuve. Le trafic mensuel de Modizy.com tourne autour de 150 000 vues uniques par mois. 

Lancement d’une offre B to B

En juin 2013, la start-up organise une deuxième levée de fonds à hauteur de 310 000 euros auprès d’investisseurs et d’entreprises du web séduits par la stratégie adoptée par Modizy. « Nous n’avons jamais eu de mal à faire de levée de fonds. Nous avons même choisi parmi différentes offres » assure le co-fondateur. « Plus que l’argent, nous recherchions un accompagnement et une équipe d’investisseurs présents et de bons conseils dans les domaines de la mode et de la technologie. » L’équipe s’agrandit, de nouveaux talents sont recrutés. Derrière Modizy, se cache un nouveau projet : commercialiser en marque blanche la technologie de la place de marché en offre B to B, sous la marque Iceberg Marketplace dont les modules peuvent être utilisés par n’importe quel site média ou e-commerce. « Quand nous avons développé notre place de marché, nous nous sommes rendus compte que les solutions n’étaient pas adaptées. Nous avons donc construit notre technologie en API pour faciliter la vie à beaucoup de gens ». 

L’équipe de Modizy, composée actuellement de 9 personnes, lance ce mois-ci, le site dédié au B to B (www.iceberg-marketplace.com). C’est à présent sur la commercialisation en marque-blanche de la technologie qu’elle axe ses efforts. Les fondateurs communiquent lors de salons professionnels et d’événements de la fashion sphère « sans toutefois centrer l’offre uniquement sur la mode ». Ils visent l’international avec un outil accessible en plusieurs langues. 

3 questions à Benoit Feron, co-fondateur de Modizy.com

• Pourquoi avoir choisi de lancer votre start-up dans la mode? 

A nos débuts, nous nous sommes confrontés à un choix. Internet a démultiplié les offres dans tous les domaines, la mode notamment. Mais nous nous sommes dit qu’il s’agissait déjà d’un secteur « évangélisé » avec une demande et une offre en forte croissance. Nous avons proposé d’améliorer le tunnel de conversion.

• Comment considérez-vous le fait d’être un homme dans le milieu de la mode ? 

C’est certain, travailler dans le milieu de la mode est clairement plus sympa que le BTP. L’univers de la mode est plus glamour, plus sexy et être un homme est plutôt une force. Pourtant, à nos débuts, cela n’a pas toujours été des plus évidents. Voir trois hommes arriver n’est pas commun – surtout que nous n’y connaissions strictement rien ! Nous nous sommes jetés à l’eau pour gagner en crédibilité et démarcher des jeunes créateurs et des marques. 

• Si vous étiez créateur de mode, quel accessoire aimeriez-vous créer ?

Je serais créateur de chaussures. De belles chaussures finissent un look en général et donnent une apparence consciencieuse. Elles sont l’accessoire à soigner par excellence.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page