BusinessChoisir sa méthode de comL'idée innovanteLe B.A. BA de la communication

MAKER OF NOTHING, une agence de communication originale

Sortir des sentiers battus de la communication demande une réelle âme d’artiste mais aussi la capacité d’aller à la recherche de nouveaux moyens originaux comme la risographie, une impression écologique qui permet de protéger notre planète.

Comment vous est venue l’envie d’entreprendre ?

J’ai travaillé 5 ans dans une maison d’édition au sein de laquelle je m’occupais entre autres de la gestion marketing et du développement de nouveaux projets. J’ai eu envie d’entreprendre et de développer de nouvelles opportunités. J’ai toujours apprécié la communication pour l’ouverture d’esprit et le sourcing qu’elle génère et je voulais en faire la valeur fondatrice de mon agence. C’est ainsi que MAKER OF NOTHING est né dont le nom est tiré d’une citation que j’avais trouvée dans un livre écrit au sujet des marchand merciers qui étaient des « marchands voyageurs » et qui ramenaient des objets des colonies les plus insolites et qui s’avéraient être en fait les premiers cabinets de curiosité. Le nom de l’entreprise signifie à la base « Marchand de tout, faiseur de rien ». La phrase est en réalité un peu plus longue que le nom actuel mais je trouvais qu’elle associait parfaitement mon point de vue avec celui d’une agence de communication moderne. 

Comment a évolué l’entreprise ?

En 2012, j’ai créé l’entreprise et je suis resté seul pendant 4 ans. En 2016, j’ai participé à la création d’un coworking sur Bayonne au sein duquel j’ai rencontré des personnes de tous les horizons et cela m’a donné envie de la transformer en une vraie agence avec des collaborateurs. Comme, à la base, j’ai une formation en histoire de l’art, j’ai acquis une vision assez artistique et j’aime donner vie aux belles choses grâce à mes solides bases de marketing. Je suis moi-même artiste et je pense que ce côté différencie notre agence auprès de nos clients qui y retrouvent de la « fraîcheur et du dynamisme ». On allie donc les deux afin de fournir un résultat performant. Le côté artistique s’exprime au travers des visuels et de l’inspiration que nous avons dans nos designs, nos campagnes et la qualité des projets livrés. Il apporte au client une identité de marque percutante et originale. 

Vous êtes uniquement digital ou multi-support ?

Nous nous occupons principalement du graphisme, de la production de contenu, du développement web. Nous sommes capables de gérer des projets globaux en communication même si la majeure partie de l’activité demeure digitale. Il est assez rare que l’on nous demande uniquement des logos même si cela arrive. Les demandes des clients vont se porter sur tout ce qui touche à la communication notamment la création d’un site internet, l’élaboration d’un plan de communication ainsi que la charte graphique et le logo et le référencement. 

Vous venez de lancer des packs digitaux de reprise ?

Avec le coronavirus, nous avons ressenti le besoin d’agir rapidement pour nos clients et futurs clients/prospects afin qu’ils puissent dépasser ce moment difficile. Certes, cela dépend des secteurs d’activités mais, par exemple, de nombreux acteurs de la restauration ont dû mettre en place à la vitesse de l’éclair des actions comme la livraison et diffuser cette information. Nous avons ainsi pu leur répondre, grâce à notre collaboration établie avec DEEPREACH qui a développé une intelligence artificielle qui permet d’optimiser en temps réel les mots clés utilisés pour les campagnes de publicité locales, et cela à un tarif optimisé et dans l’urgence. Cela permet d’avoir une communication adaptée à une relance pour avoir une visibilité immédiate. Nous commercialisons leurs packs à partir de 1500€ HT pour 150 000 affichages avec tableau de bord et possibilité de suivi et de contrôle soit 5000 vus / jour notamment sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram et sur des display premium (presse locales, quotidien, et sites thématisés de qualité).

D’où vient ce côté local notamment de Biarritz ?

Tout simplement parce que nous sommes particulièrement performants sur du référencement local, et que nous aimons le contact direct avec nos clients. D’ailleurs nous devenons de plus en plus une agence locale et de proximité sur le Pays Basque même si nous avons de nombreux clients sur Paris, ma ville d’origine. C’est pourquoi nous avons monté notre agence de communication à Biarritz en 2018. De par l’historique de la société, nous avons beaucoup de clients dans le mobilier et le design même si localement ce n’est pas le cas, car il n’y a que peu d’acteurs localement. Le développement s’est fait naturellement localement grâce à notre présence en centre-ville de Biarritz.

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ?

Cela n’est pas très original mais la difficulté principale réside dans le recrutement et le fait de trouver des bons partenaires. C’est pourquoi nous est venue l’idée de faire un modèle hybride entre agence et collectif pour être force de proposition sur nos offres commerciales en montant des équipes spécialisées. Nous pouvons traiter en interne le graphisme, la production de contenu et le développement web ainsi que le référencement local. Ensuite, pour le reste nous sollicitons des partenaires extérieurs suivant les technicités du projet. Par exemple, pour la rédaction de contenu, il nous faut parfois nous adresser à des rédacteurs spécialisés. 

Quels sont vos axes de développement ?

Depuis septembre 2019, nous avons acquis une machine d’impression de risographie, une technique qui vient de Japon et éprouvée depuis 1960 : impression à froid, encres naturelles sur des papiers forcément non-couchés et donc recyclés. Elle nous permet de traiter en interne des projets imprimés en format A3 maximum, et bientôt A2. Concrètement, cela nous donne la possibilité de gérer des commandes locales d’impressions avec nos propres communications. D’ailleurs, nous allons mettre en place en place des ateliers « libre-service » pour laisser libre court à la créativité de la communauté d’artiste/graphiste, illustrateur locale. Fin d’année, nous allons ainsi déménager dans des locaux plus spacieux toujours sur Biarritz afin de lancer un studio d’impression et une micro maison d’édition qui puisse gérer de grandes commandes, et accueillir nos ateliers.

Nous avons aussi en projet de devenir un centre de formation agréé même si cela n’est pas notre cœur de métier. Nous voulons pouvoir répondre à la demande de nos clients qui souhaitent des sites internet à petit budget. Nous proposerons des formations afin de créer avec eux le site internet vitrine ou e-commerce et les aider à la personnalisation afin qu’ils aient un site en ligne à la fin de la formation de 7 jours, pour un prix abordable et qu’il soit autonome dans la gestion de leur business digital.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer