Management

Journée des droits des femmes : que faire dans votre entreprise ?

Au
lendemain de la cérémonie des oscars où les femmes ont arboré un ruban blanc
pour exprimer leur révolte devant des comportements inadmissibles, la journée
des droits des femmes le jeudi 8 mars pour faire respecter leurs droits au
quotidien et pour réduire l’inégalité homme/femme prend tout son sens. Cette
inégalité, trop flagrante, dans le milieu de l’entreprise tant sur le plan des
salaires que celui des positions hiérarchiques est devenue un sujet sensible.
Pourquoi ne pas célébrer cette journée dans votre entreprise pour faire avancer
les mentalités et dépasser les préjugés et idées reçues. Que les femmes soient
mises à l’honneur mais surtout les écouter afin de leur accorder toute la
considération qu’elles méritent.

Sensibiliser
chaque salarié de votre entreprise

Le
meilleur moyen de célébrer les droits des femmes, c’est de sensibiliser votre
entreprise à cette cause mais aussi aux droits des femmes et surtout montrer
que vous êtes pour cette égalité. Pourquoi pas demander au service de
communication interne de proposer des idées ? Il pourra alors créer des moyens
de sensibilisation, à l’aide d’affiches, de mails, de petits stickers, ou
encore de badges qui donneront les chiffres de l’inégalité homme/femme au
travail. Cette pratique visera à permettre aux salariés de s’exprimer.

Mais aussi rappeler le contenu de la loi du 4 août 2014

Celle-ci s’articule autour de cinq
priorités :

  • de nouveaux moyens pour l’égalité
    professionnelle 
    et une meilleure articulation des temps de vie,
    avec le renforcement de la négociation d’entreprise et de branche en faveur de
    l’égalité professionnelle, la réforme du congé parental et l’expérimentation du
    tiers-payant pour les assistants maternels ;
  • une garantie publique contre les impayés de pension
    alimentaires,
    actuellement expérimentée dans vingt
    départements, afin d’améliorer la situation des femmes qui élèvent seules leurs
    enfants et de lutter contre le non-versement des pensions alimentaires ;
  • la lutte contre les violences faites aux femmes, grâce au renforcement de l’ordonnance de
    protection et des infractions relatives au harcèlement et la priorité donnée à
    l’éviction du conjoint violent du domicile ;
  • le recul des stéréotypes sexistes, les pouvoirs de contrôle du Conseil supérieur de
    l’audiovisuel (CSA) et les obligations des chaînes ayant été renforcés, et les
    concours de « mini-miss » réglementés ;
  • la généralisation de la parité, avec la traduction, dans tous les secteurs de la
    vie sociale, du principe d’égal accès des femmes et des hommes aux
    responsabilités (fédérations sportives, mutuelles, ordres professionnels,
    commissions consultatives placés auprès du gouvernement, etc.).

Et qu’en est-il du gouvernement ? La ministre du travail
Muriel Pénicaud affirme l’ambition du gouvernement de réduire l’écart de 9 %
qui subsiste entre le salaire d’un homme et d’une femme à travail égal. Elle
précise même que cette différence de salaire, jugée « inadmissible »,
sera supprimée d’ici à la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron. « Nous
allons proposer une réunion aux partenaires sociaux sur l’égalité salariale
pour élaborer un plan d’action », a annoncé la ministre.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, la ministre du Travail
explique que l’écart de 25 % tous postes confondus entre les salaires masculins
et féminins et lié à la persistance de « retards culturels », de
« persistance des clichés sexistes dès l’enfance » ou encore « le
fait qu’elles n’accèdent pas à tous les métiers qu’elles pourraient
exercer ». Ces facteurs expliquent près de 15 à 16 % sur les 25 %.
« Tout cela peut se corriger, mais sur le long terme, en prenant le mal à
la racine », note-t-elle. Muriel Pénicaud se veut en revanche beaucoup plus
offensive sur l’écart de 9 % qui subsiste à travail égal.

Donner
une demie journé
e de congé

Depuis
le 12 juillet 2017, un arrêt autorise l’employeur à délivrer une demie journée de congé
pour les femmes, le 8 mars. Cette décision de la Cour de cassation a été controversée, considérée
comme une décision discriminante pour les hommes mais les explications de la
cour de cassation sont sans appel et rendent justice aux femmes qui subissent
cette inégalité. Au contraire, elle favorise l’égalité entre les hommes et les
femmes à cause des inégalités dont elles font preuve au quotidien. La balance
est alors rééquilibrée. La demi-journée de congé accordée
aux femmes nécessite d’être établie dans un accord collectif de l’entreprise.
Si votre entreprise participe sans rechigner ni maugréer ni avoir un air
condescendant, elle fera la promotion de la journée des droits des femmes et de
l’égalité des chances, entraînant une réflexion sur la situation. Ne la donnez
pas avec condescendante !

Donner
la parole aux femmes

Le
8 mars s’avère être une occasion parfaite pour favoriser la parole des femmes
au sein de votre entreprise mais ne doit pas apparaitre comme un geste
superficiel. Le jour semble adéquat pour laisser les femmes s’exprimer sur
leurs conditions de travail et ce qu’elles en pensent. Leur parole compte pour transformer
et améliorer la situation. Avoir leurs avis vous aidera en tant qu’employeur à
faciliter l’égalité des chances. Pour leur accorder la parole, réaliser un
évènement avec des thèmes comme les écarts de salaires, les infrastructures à
disposition, les recrutements pourraient sensibiliser tout un chacun. Tout ceci
doit se dérouler dans le respect et la bonne humeur. Rien de pire que le
mépris.

Ne
pas se tromper : le 8 mars une journée de lutte pas une fête

Dans
les esprits, la journée des droits des femmes est souvent assimilée à la journée
de la femme, comme une fête des mères ou des grands-mères.
Même si
cela peut provenir d’une bonne intention le 8 mars concerne une lutte, celle
contre les inégalités entre homme et femme. Il faut célébrer la femme et ses
accomplissements pour favoriser l’égalité des
chances. À
cette occasion, les cadeaux, type fête des mères, sont prohibés car ce que
souhaitent les femmes à travers cette journée, c’est pouvoir avoir accès à les
mêmes droits que les
hommes. Elles ne veulent pas être mises en avant parce qu’elles sont belles et
aimées, elles souhaitent être reconnues pour leurs compétences.

Mettre
avant des profils de femmes qui ont réussi

Lors
de la journée du 8 mars, la sensibilisation passe aussi par bousculer les
mentalités. Encore trop de personne pense que les femmes ont plus de
difficultés à réussir. Non seulement la sensibilisation par les chiffres peut instruire
mais la diffusion des portraits de femmes qui ont réussi aidera à détruire les
idées reçues.
Prenez par exemple, des portraits de dirigeantes dans votre secteur ou encore
des femmes qui ont fait l’histoire. Ces personnalités inspirantes aideront les
femmes à croire en leurs capacités et éviteront aussi les stéréotypes sexistes au
travail. L’égalité des chances passe à travers une meilleure image de la femme.
Et pourquoi pas réaliser un diaporama ou des affiches sur des femmes comme Rosa
Parks, Wangari Maathai, Florence Nightingale, Betty Williams…ces femmes qui ont
su dépasser les préjugés et donner le bonheur à tant de personnes

 

Les
remercier

Au
sein de votre entreprise, il y a toujours quelques femmes, elles participent
tout comme vos salariés masculins au développement de l’entreprise. Les
féliciter pour leur travail accompli au quotidien en cette journée du 8 mars
aura un caractère symbolique. Tout comme leur donner la parole, les
remerciements ne se font pas seulement pour la journée des droits des femmes.
Ils permettent de mettre en avant leur travail et participent à réduire les
inégalités dans la sphère de l’entreprise.

 

Pour
un symbole fort : donner aux associations

Dans
votre entreprise, il vaut mieux mettre en avant l’égalité homme/femme en ce qui
concerne les salaires et les avantages. Mais toutes les entreprises ne le font
pas, pour sensibiliser tout le monde et avancer sur le sujet, faire des dons à
des associations aura un poids symbolique. À l’occasion du 8 mars, vous pouvez
mobiliser vos salariés qu’ils soient homme ou femme, à donner tous ensemble.
Cela aura plus d’impact sur vos actions tout au long de la journée. Grâce
à ces dons, les autres entreprises s’engageront peut-être elles aussi à donner
à des associations ou toutefois à mettre en place des actions pour favoriser
l’égalité des sexes.

 

Selon
le rapport du forum économique sur la parité homme/femme, si rien ne change, il
faudrait attendre 2186 pour atteindre enfin une égalité entre les deux sexes.
Ne participer pas à cette longue attente, agissez dès maintenant ! Vos
salariées seront satisfaites de votre démarche contrairement à d’autres
entreprises. Ainsi, vous donnerez l’exemple, alors célébrez avec les femmes en
toute égalité !

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer