GérerGestionImpôt sur les sociétés

Impôts 2019 : après l’année blanche, comment défiscaliser avec le prélèvement à la source ?

L’été vient de se finir et les vacances sont désormais terminées ou sur le point de l’être pour les plus chanceux. Vous venez de recevoir votre avis d’imposition sur les revenus de 2018, exactement celui qui correspond à l’année blanche : sans revenus exceptionnels, vous ne paierez pas d’impôts, la somme indiquée sur l’avis étant théorique. Mieux encore, si vous avez eu la bonne idée d’investir dans une loi Scellier, Duflot ou Pinel, ou bien que vous avez bénéficié d’une réduction / crédit d’impôt, vous allez recevoir ou vous avez déjà reçu un nouveau remboursement de la part de Bercy. Une aubaine !

Néanmoins, vous le savez déjà, vous payez au fur et à mesure vos impôts sur vos revenus 2019 ! En effet, si vous êtes salarié, vous percevez votre salaire net d’impôt sur le revenu ; votre employeur verse directement, comme si vous étiez mensualisé, votre impôt à l’Etat. Si vous êtes BNC/BIC, le système n’a quasiment pas changé pour vous. Vous versez un acompte et une régularisation intervient post déclaration. 

Si vous avez des revenus immobiliers, un acompte a été calculé et vous est prélevé chaque mois, comme une mensualisation.

La bonne nouvelle, vous pouvez agir dès à présent

La bonne nouvelle ? Vous pouvez encore agir sur votre fiscalité 2019, car ce n’est pas parce que vous sentez moins l’imposition qu’elle est moins importante, et la réalité montre qu’elle a toujours plus tendance à augmenter qu’à diminuer ! Vous avez, grosso-modo, jusqu’à mi-décembre pour agir.

Oui, mais comment ?  457 possibilités !

Spontanément, nous allons tous penser qu’il faut avoir recours à une « défisc ». C’est plutôt vrai, mais pas systématique. Plusieurs options s’offrent à vous : vous pouvez faire le choix de l’autonomie en cherchant seul votre solution. Des centaines de sites de vente en ligne de loi Pinel pullulent sur la toile et vous n’aurez aucun mal à trouver un produit d’investissement éligible à une défiscalisation.

Cependant, vous pouvez faire le choix de la prudence et faire appel à un professionnel compétent en la matière car il faut avoir conscience que la  défiscalisation est toujours une contrepartie offerte par l’Etat d’un investissement, un allègement fiscal sur un sujet qu’il devrait lui-même investir (logement, entreprises …), un encouragement à l’investissement sectoriel (régions, innovation, Silver age…).

Cette défiscalisation est plafonnée à 10 000 € par an et par foyer fiscal, et ce plafond concerne la quasi-totalité des  457 niches fiscales françaises. Oui, vous avez bien lu, 457 ! Alors pour s’y retrouver, votre intérêt est d’être accompagné par une personne compétente !

Le recours à un Consultant en Gestion de Patrimoine(CGP) 

Le recours à un Consultant en Gestion de Patrimoine(CGP) de confiance, diplômé en droit et spécialisé sur la matière fiscale du particulier et du chef d’entreprise, est le meilleur moyen pour vous aider à la prise de décision dans le choix de cet investissement.

A l’image du médecin généraliste, que vous consultez quand vous en ressentez le besoin, qui vous soigne et qui vous réoriente vers des spécialistes s’il en détecte la nécessité, le CGP, grâce à une phase bilan, va analyser avec précision votre situation (matrimoniale, budgétaire, fiscale, sociale, de vos investissements déjà réalisés, et surtout de vos projets), pour vous apporter un conseil objectif. Par objectivité il faut entendre sans vente d’un produit que son supérieur ou l’institution pour laquelle il travaille lui impose de vendre. 

Attention, il est judicieux de faire le choix d’un CGP indépendant, non lié à un grand groupe. Sinon autant aller directement voir son conseiller bancaire, qui lui aussi rentre de congés en septembre, et a sa collecte livret A, LDD et les produits maison de la banque à vendre…

Car avant même de vous conseiller d’effectuer un investissement qui comporte des frais, peut être avez-vous d’abord juste besoin d‘adapter votre situation matrimoniale, détacher un enfant du foyer fiscal et lui déclarer une pension, effectuer une donation temporaire d’usufruit, restructurer vos placements en arbitrant certaines positions…. Et ainsi réaliser des économies structurelles sans investir un euro, excepté évidemment ses honoraires de conseil.

Ainsi la phase de bilan, pierre angulaire de son métier, permettra de dégager des axes stratégiques, que vous déciderez ensemble de mettre en place. Le CGP a une mission de conseil, d’optimisation, d’accompagnement à l’investissement et de suivi dans la durée. Votre situation en 2019 va certainement être amenée à évoluer dans 8 ou 9 ans, et votre conseiller en prendra la mesure pour vous accompagner dans les changements et vous aider à faire le tri dans les bonne set mauvaises idées de la « défisc ».

Un conseiller qui maîtrise les investissements immobiliers

Avec sa casquette de courtier en investissements financiers et immobiliers (le CGP détient généralement la carte transaction immobilière, la même dont disposent les agents immobiliers), il sera à même de vous trouver, sur le marché, l’investissement qui vous correspond le mieux, que ce soit une maison ou  un appartement avec emplacement de 1er ordre, éligible à la loi Pinel, un investissement démembrement de propriété, Malraux, monument historique…).

Quel en est le coût ?

Combien ça coûte ? Entre 500 et 3000 € selon le temps passé en moyenne, la complexité du dossier pour les phases bilan et conseil. Certains appliquent un forfait et un pourcentage des gains réalisés, comme le pratique le cabinet ORA Conseil et Gestion Privée  à Marseille, pour valoriser une approche « gagnant-gagnant » avec ses clients.

Un exemple 

Sur son dernier dossier client, Eva Piednoël, directrice générale de la structure Ora Conseil et Gestion Privée à  Marseille et consultante en fiscalité, nous confie : « un couple d’entrepreneurs vient nous consulter pour un bilan patrimonial. Ils ont trois enfants communs, 2 entreprises depuis 10 ans dans lesquelles Monsieur détient respectivement 90% et 70%, madame le reste. Ils possèdent les murs de leur entreprise et le crédit est terminé. Ils se sentent submergés par un impôt sur les revenus annuels de 13 000 € en moyenne. Je remarque qu’ils ne sont ni mariés, ni pacsés, et devront financer les études de leur fille ainée sur Paris dans 1 an.Au terme du bilan, nous avons mis en exergue le risque quant à l’absence de protection entre eux  en cas de décès, le calcul des niches fiscales leur permettant une réduction de 5000€ maximum. A la suite de la présentation de notre stratégie, ils ont opté pour un mariage civil avec contrat, une donation temporaire d’usufruit pour leur ainée à partir de 2020 et un investissement dans un véhicule PME défiscalisant reposant sur de l’immobilier en viager. Ils ont économisé déjà 15000 € sur 5 ans grâce à la donation, sans utiliser leur plafonnement, et ont investi 15 000 € pour 3750 € de réduction d’impôts. Le recours au Pinel mobilisait trop de trésorerie mensuelle face à leurs dépenses à venir, nous avons fait le choix de se revoir plus tard pour réinvestir dans l’immobilier. Bilan de l’intervention : les conjoints sont héritiers l’un envers l’autre et le contrat protège l’entreprise. -18 000 € sur 5 ans et un impôt 2020 à 8250 € au lieu de 13000€.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer