FinancementLe B.A. BA du financement

Comment financer votre entreprise ?

Si vous souhaitez créer votre entreprise, il existe de nombreux moyens qui vous permettront de mener à bien votre projet. Focus sur les moyens de trouver des financements qui pour certains ne sont adressés qu’aux des femmes et pour d’autres aux femmes comme aux hommes (dites mixtes).

Des aides financières spécifiques aux femmes

La garantie ÉGALITÉ Femmes (GEF) : ce dispositif de France Active est destiné aux femmes, créatrices ou repreneuses d’entreprises en situation de précarité afin de les aider dans l’obtention d’un prêt bancaire. Ce dernier peut être garanti jusqu’à 80 % dans la limite de 50 k €, à condition de financer les besoins en investissements et le BFR. France Active offre en outre un accompagnement sur la stratégie financière et conseille les entrepreneures dans leurs relations avec leur banque.

Le congé maternité unique : en mai 2019, le congé maternité des travailleuses indépendantes est devenu identique à celui des salariées sur décret. Une simplification du régime qui permet aux indépendantes de prendre désormais entre 8 et 16 semaines de congé maternité, alors qu’elles bénéficiaient jusqu’alors d’une allocation forfaitaire et d’indemnités jusqu’à 74 jours (sous condition d’un arrêt de travail effectif de 44 jours).

L’AGEPI (Aide à la Garde d’Enfants pour Parents Isolés) : les parents isolés reprenant un emploi (d’avenir ou non) ou débutant une formation, peuvent bénéficier d’une aide à la garde d’enfants de la part de Pôle emploi. Son montant est déterminé par le temps de travail ou formation et le nombre d’enfants à charge pour le parent (femme ou homme).

Les CLEFE (Clubs Locaux d’Epargne pour les Femmes qui Entreprennent) : peuvent octroyer un prêt avec intérêts selon une convention signée avec le club d’épargnants.


Le prix à destination des entrepreneures (2020) : Pour stimuler l’entrepreneuriat au féminin, le gouvernement a, en partenariat avec quinze réseaux féminins (Bouge ta boîte, Mampreneures, Femmes Business Angels, Gender Scan, Led by Her, Sista, PWN Paris, Fincoach, Arborus, Journée de la femme digitale, Agence pour l’entrepreneuriat féminin, Women’s Forum, Elles bougent, Jump, Les Premières ARA) un prix de 100 000 euros entièrement financé par l’État qui récompensera, dans quatre catégories, des femmes à la tête de jeunes sociétés. Avec ces prix, quatre entreprises de moins de trois ans, créées par des femmes, avec à la clé 25 000 euros. Ces entreprises bénéficieront d’un mentorat spécifique au financement porté par BNPP.

Les financements destinés aux femmes comme aux hommes

La love money : exonération et réduction d’impôts pour les donateurs : Il s’agit de fonds collectés auprès des membres de la famille, des amis et autres relations qui portent le nom de love money (« argent du cœur » ou « capital de proximité » en français). Ils permettent de bénéficier d’exonérations ou de réductions d’impôts. Si votre prêt est familial, le bénéficiaire d’un don peut en effet recevoir jusqu’à 31 865 € sans avoir à payer de droits en respectant quelques conditions. Ce don doit faire l’objet d’un acte notarié, d’un acte sous seing privé ou d’une déclaration de don. Le bénéficiaire doit en avertir son centre des Finances publiques dans un délai d’un mois.

L’auto-financement, principale source de financement ; D’après l’Observatoire BNP Paribas de l’Entrepreneuriat au Féminin, quel que soit l’étape de développement de leur entreprise, l’auto-financement demeure la principale source de financement mais tout particulièrement lors de la phase lancement (73 % et 79 % en 2018). L’ambition des entrepreneures est de (doubler, tripler ou davantage leur chiffre d’affaires) pour les années a venir reste forte (58 % et 60 % en 2018).

Les prêts d’honneur : un atout majeur : Pour créer votre entreprise, vous pouvez obtenir un prêt d’honneur. Il s’agit d’un prêt sans garantie ni caution personnelle, généralement à taux zéro, et inscrit en fonds propres. Son montant peut atteindre 90 000 € pour les projets innovants. Plusieurs réseaux d’accompagnement, comme Initiative France, Réseau Entreprendre ou encore l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) vous les proposent. Il apporte une certaine crédibilité à votre projet et facilite l’obtention de financements bancaires et a donc un effet de levier. Pour 1 euro de prêt d’honneur, les banques accordent en moyenne 7,5 euros de financement complémentaire.

Le microcrédit, un appui qui ouvre de nouveaux horizons : Il a été créé pour soutenir des personnes rencontrant des difficultés d’accès aux financements bancaires. Il a pour but de permettre aux porteurs de projet de faire naître ou de pérenniser leur propre emploi. Ce dispositif accompagne les bénéficiaires et est proposé par des acteurs associatifs : assistance dans les démarches administratives, aide à la maîtrise des coûts, développement commercial etc.
L’Adie propose un plan de financement pouvant aller jusqu’à 20 000 €, à travers le microcrédit (jusqu’à 10 000 €), associé à un prêt d’honneur ou une aide publique.

Le financement participatif, la nouvelle donne de prêt : Le financement participatif ou crowdfunding est un mécanisme de financement qui permet de récolter des fonds auprès d’un large public en vue de financer un projet créatif ou entrepreneurial, qui fonctionne le plus souvent via Internet. Ce financement peut prendre 3 formes : un prêt, la souscription de titres de capital ou de créances émis par l’entreprise soutenue, un don ou une contribution qui peut donner lieu à une contrepartie.
Il faut savoir qu’une plateforme de crowdfunding par prêt (avec ou sans intérêt) ou par souscription de titres financiers est réalisé selon un statut réglementé. 

Les business angels, des investisseurs proches des entrepreneures : sont des personnes physiques, souvent anciens cadres supérieurs ou entrepreneurs eux-mêmes, qui souhaitent investir une partie de leur patrimoine financier dans des sociétés innovantes. Grâce à leur expérience, les business angels apportent également des conseils judicieux et aussi leurs réseaux. Selon la fédération France Angels, ils peuvent financer des investissements de 50 à 700 000 €. Leur objectif est de dégager une plus-value substantielle via leurs investissements mais aussi d’obtenir une réduction d’impôts.

Les fonds d’investissement pour accompagner votre croissance : Les fonds d’investissement ont pour objectif d’investir dans des sociétés sur lesquelles ils placent leur fonds dans une logique de rentabilité. Un fonds d’investissement est une société publique ou privée qui investit du capital dans des projets d’entreprises. Les fonds d’investissement peuvent appartenir à des banques, des organismes de financement, des personnes individuelles. Ils sont en général spécialisés dans un secteur.Vous pouvez les solliciter lors de la création de l’entreprise (capital-risque), lors du développement de l’entreprise (capital-développement), dans une période de transition ou de rachat de l’entreprise (LBO, ou leverage buy-out), lors d’un plan de redressement (capital-retournement). 

Les banques
Selon l’observatoire de BNP Paribas, le recours au financement bancaire des entrepreneures connaît une hausse significative (19 % contre 10 % en 2018). Pourtant, les entrepreneures se sentent encore insuffisamment soutenues par les banques…
l Elles pensent que les hommes ont plus de facilités que les femmes à obtenir des financements de la part des banques (61 %) ;
l Seule 1 femme sur 2 identifie les banques comme le premier interlocuteur de l’entrepreneure en France (53 % des femmes versus 61 % des hommes) ;
l Seules 28 % des entrepreneures pensent que les banques leur fournissent suffisamment d’information concernant les possibilités de financement (28 % des femmes versus 40 % des hommes).

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page