Confiance en soi et créationCréerPersonnel

La confiance des dirigeants français

Depuis les élections présidentielles,
les dirigeants semblent devenir de plus en plus confiants dans leur entreprise
et dans l’économie française et donc
dans leur avenir. Cet optimisme est renforcé grâce à la prochaine loi PACTE.
Elle permettra aux entreprises d’être soutenues grâce à différents dispositifs
pour innover et engendrer la croissance.

OpinionWay a réalisé un sondage avec la
banque Palatine pour le magazine Challenges afin de connaître les priorités et
les attentes des entrepreneurs durant les 6 prochains mois. L’étude a été constituée sur une base de 301 dirigeants d’entreprises
(PDG, DG, DAF, …) avec un chiffre d’affaires avoisinant entre 15 et 500
millions d’euros.

Quelles sont les attentes des dirigeants
?

Au cours de cette année, l’espoir des
dirigeants a eu tendance à croître. Depuis l’élection d’Emmanuel Macron,
l’économie n’est plus une préoccupation majeure et les entreprises ont bon
espoir de perdurer d’ici les prochaines années. Ainsi, les PME-ETI formulent
des souhaits en ce qui concerne leur activité et leurs salariés. Grâce au prochain projet de loi en rapport avec le plan
d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE), 61%
des dirigeants veulent faire de l’innovation une priorité. Cette notion
encadrée prochainement dans le PACTE n’est pas la seule. Les principaux enjeux
à mettre en avant pour les entreprises au sein de ce plan sont :

  • L’innovation en entreprise (61%)
  • Le partage de la valeur avec les
    salariés (48%)
  • Le développement des entreprises (45%)
  • Le financement des entreprises (43%).

L’engouement des entrepreneurs pour le
futur des entreprises et de l’économie se traduit clairement par la mise en
place de l’indice d’Investissements Palatine-OpinionWay. Il se compose des
prévisions de l’évolution de l’emploi des salariés à 6 mois, les prévisions sur
la même durée concernant l’activité, la confiance ainsi que la propension aux
investissements. La création d’un indice sur des bases socio-économiques permet
de déterminer l’avenir des entreprises, vu par les dirigeants et l’économie
du pays. En février 2018, l’indice s’élève à 129,
chiffre record atteint grâce aux espérances des dirigeants pour les 6 prochains
mois. Cela est dû essentiellement à la volonté d’embaucher
pour les entreprises. Elles ont aussi d’autant plus confiance en elles et en
leur avenir ce qui provoquera possiblement du progrès et de l’innovation ainsi
que de nouvelles créations d’entreprises.

Comment les entrepreneurs voient leur
entreprise ?

En ce qui concerne leurs entreprises,
les dirigeants sont relativement sereins pour l’avenir. Ils sont 90% à
reconnaître que leur entreprise puisse perdurer pour les 6 prochains mois. Ces
facteurs s’établissent aussi grâce à la situation économique française et mondiale. 88% des dirigeants interrogés estiment que
l’économie nationale se porte bien, quand ils sont 83% à partager la même idée à
l’échelle mondiale. Sur les trois dernières années, les taux n’ont jamais été
aussi hauts. Grâce à cela, les dirigeants continuent leur activité sans
inquiétudes et avec une certaine ambition. Ils voient leur entreprise comme un
tremplin pour l’économie du pays.

Grâce à une économie stable et des
marchés florissants à l’international, les entreprises comptent se développer
durant les prochains mois. En moyenne, la prévision de la croissance pour les
entreprises s’élève à 3,9 points contrairement à 2,7 points en février. Plus de
55% déclarent envisager une hausse pour l’année 2018, quand ils sont 34% à
prévoir une stagnation. Les entreprises n’hésitent pas à se lancer sur le
marché, les conditions étant réunies pour continuer leur lancée. Pour
certaines, il s’agira de s’étendre à l’international, quand d’autres augmenteront la
production ou multiplieront leurs points de vente.

Malgré une forte hausse des chiffres
d’affaires prévue et des envies d’innovation, les prévisions d’embauche ne
restent tout de même pas très élevées au sein des entreprises. Seulement 28%
des entreprises ont prévu d’augmenter leur nombre de salariés et 68% déclarent
envisager de garder leurs salariés actuels. Par rapport aux années précédentes,
il y a une nette amélioration puisque le solde d’emplois salariés s’élève de 24
points. Comme les dirigeants s’engagent pour l’avenir de leur entreprise, ils
n’hésitent pas à garder ou à embaucher des salariés. Cette propension à vouloir
grandir permet de créer de la croissance et d’envisager plus d’innovation et
d’investissement dans tous les secteurs.

Le développement des entreprises

Les profils interrogés concernent tous
les secteurs à des proportions à peu près égales (31% des services, 34% du
commerce et 35% de l’industrie et de la construction). Cela démontre que la
satisfaction des dirigeants s’applique sur tous les secteurs et prévoit donc une
amélioration nationale sur les prochaines années. En général, les entreprises
interrogées ont réalisé des chiffres d’affaires conséquents sur l’année 2017.
Ces PME-ETI se portant très bien donneront l’occasion aux autres entreprises de
se développer grâce à des partenariats et des investissements. Elles peuvent
aider les start-up débutantes avec leur ambition de devenir des leaders de
demain.

Pour se développer, une entreprise a
besoin de soutien. Elles sont nombreuses à envisager de construire des projets
avec d’autres acteurs pour se développer. Sur ce principe, les entreprises sont
confiantes pour l’avenir et elles préfèrent en général plébisciter la
co-construction avec les élus et les dirigeants. 88% voient ce schéma plus
encourageant que la consultation publique disponible pour tous les citoyens.
Elles sont seulement 64% à être favorables pour consulter le public.

En cette année 2018, les entreprises
disposent de meilleures ambitions. Elles sont désormais satisfaites de leurs
possibilités sur le long terme que cela soit à l’échelle nationale ou mondiale.
Même si la sérénité s’établit, il reste encore difficile de déterminer
les futures actions à mettre en place. Le projet de loi PACTE inspire les
dirigeants par ses ébauches, mais n’étant pas encore clairement délimité, les
entreprises doivent s’organiser sur le long terme.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page