Start-Up

Business Planers : l’entrepreneuriat au cas par cas, Interview Yacine Touati

Yacine Touati est un caméléon de l’entrepreneuriat. A 23 ans et encore étudiant, le jeune homme est un autodidacte, passé maître dans l’art de la débrouille et à la tête de Business Planers.

Ce qu’il y a d’étonnant avec Yacine Touati, outre sa maturité et son bagout, c’est sa capacité à prendre du recul. A lancer à brûle pourpoint, « Oh fait ! Vous en pensez quoi du site ? », friand d’une analyse à vif et de remarques qui s’avéreraient constructives. Il est comme ça, Yacine Touati, franc et curieux, en alerte constante d’apprentissage, lui qui a créé en mai 2013 sa start-up dans le domaine du conseil. Une particularité qu’il tient peut-être de sa double casquette. Quand il n’est pas entrepreneur, Yacine Touati est étudiant en troisième année de diplôme de gestion et de comptabilité à l’Ecole Nationale de Commerce. Il ambitionne d’intégrer l’année prochaine, l’école de commerce de l’INSEEC.

Conseiller les entrepreneurs dès le début

Depuis l’âge de 17 ans, Yacine Touati goûte à l’entrepreneuriat. Il commence par créer une marque de t-shirt personnalisable dont il fait la communication via le réseau social Facebook. Il finit par revendre l’activité au bout de six mois à un fournisseur pour se concentrer sur ses études. A 21 ans, après une période de stage, il occupe un poste de manager au sein d’ISOVY développement durable. L’équipe qu’il encadre durant une courte période compte sept commerciaux. Ces expériences lui permettent de mûrir déjà des envies et des idées professionnelles

Elles prennent réellement vie lorsque Yacine Touati se lance dans une licence en alternance en cabinet d’expertise-comptable. « L’analyse d’un expert comptable est trop souvent réduite à un tableau Excel alors qu’il peut être force de proposition » estime le jeune homme. « Surtout quand je me suis aperçu que les entrepreneurs manquent d’accompagnement dans la création des business plans ».

Fort de ce constat, le jeune homme a l’idée de proposer aux entrepreneurs de se charger du processus rédactionnel de leur business plan, le document qui explicite la stratégie de l’entreprise sur plusieurs années. Il crée Business Planers qui accompagne les entrepreneurs de l’étude de marché jusqu’à la proposition du business plan aux investisseurs. Yacine Touati s’entoure de quatre consultants spécialisés dans des compétences différentes (comptabilité et audit, industrie, communication, juridique) mais au leitmotiv commun : « promouvoir l’entrepreneuriat ». 

« On travaille sur chaque projet comme si c’était le notre » affirme t-il sur le site de Business Planers. L’entrepreneur vise une prestation de qualité fondée sur une offre personnalisée. Quand commence sa deuxième vie, après les cours ou son alternance, Yacine Touati prend rendez-vous avec ses clients. Il confie avoir l’habitude de travailler le samedi et de caler certains de ses déplacements le dimanche.

La stratégie des petites économies

La principale difficulté à laquelle a été confronté Yacine Touati, outre celle de faire comprendre l’importance du Business Plan aux entrepreneurs débutants, a été le manque de moyens. Au départ, le jeune homme ne finance son entreprise que par ses fonds propres. « En étant malin et astucieux, on arrive à économiser pas mal de trésorerie ».

Et côté astuce, Yacine Touati n’est pas en reste. Les consultants de Business Planers ne sont pas une masse salariale pour son entreprise mais des intervenants indépendants payés à la mission. Pour les locaux, l’entrepreneur mise sur le partenariat. Quant au site internet, il l’obtient à moitié prix en faisant un appel d’offre à la communauté étudiante d’une école d’informatique après avoir demandé un devis auprès d’une agence web. En ce qui concerne l’aspect communication, Yacine Touati n’a rien déboursé et « cela fonctionne très bien depuis un an » assure t-il. Le bouche à oreille et les réseaux sociaux sont mis à profit.

Depuis la création de la société, 22 entreprises ont été accompagnées. Actuellement le nombre de clients est de 3 par mois. « Nous misons sur une politique d’accompagnement et une qualité de service plus que sur le développement des chiffres » atteste le chef d’entreprise. « Là est peut-être la limite de notre business model. Nous ne pouvons pas nous démultiplier ».

L’ambition du réseautage humain

Plus que le réseautage, Yacine Touati est un jeune homme de pédagogie et de communication attaché au contact avec les personnes. Il participe régulièrement en qualité de conférencier à des événements organisés par des écoles de commerce ou des associations sur le thème de entrepreneuriat ou des start-ups. Il met également en avant son entreprise lors d’événements de networking.

Dans son temps rarement libre, Yacine Touati développe une  autre start-up avec trois associés. L’application mobile « ViiZU » dont ils sont en train de créer la charte graphique, vise à faire exploser les réseaux professionnels en dehors des liens numériques tels que le conçoivent les sites de LinkedIn et Viadeo. L’application basée sur la géolocalisation permet de créer des rencontres physiques entre les utilisateurs en fonction de leurs besoins et compétences. Le lancement de la version beta privée est prévu pour la fin du mois de juin.

A 23 ans, le jeune homme ne s’ennuie pas. L’un de ses principaux projets est de poursuivre son master à l’INSEEC et de « sécuriser au maximum mon avenir et atteindre mes objectifs » glisse t-il dans un sourire. Il continuera le développement de ses deux entreprises au gré de l’activité et des clients de Business Planers et au fil de la campagne de communication de l’application « ViiZU». « Et puis peut-être que je ferai totalement autre chose par la suite» laisse entendre le jeune chef d’entreprise. Comme une promesse.

3 questions à Yacine Touati, fondateur de Business Planers

• Comment gérez-vous vos études et votre société en parallèle ?

C’est une équation simple. Je dors moins. C’est ce qui me permet de combiner les deux. Je ne cache pas non plus à mes clients que je suis encore étudiant. Ils comprennent vite qu’il n’y a pas nécessairement de corrélation entre la réussite entrepreneuriale et mon parcours scolaire.

• Quelles sont les trois qualités à avoir pour être un bon entrepreneur ?

L’optimisme, la confiance en soi et l’audace. Dans le domaine du conseil, la confiance en soi est une attitude indispensable. Si je laisse paraître des zones d’ombre ou d’incertitudes, je perds toute crédibilité.

• Est-ce un atout d’être jeune dans le monde de l’entrepreneuriat ?

Je le pense, car en étant jeune, nous apportons de l’énergie et de la fraîcheur. Il n’empêche, je prends du recul sur mon activité en regardant des vidéos d’entrepreneurs plus émérites et expérimentés sur Internet. J’essaie parfois de rentrer en contact avec certains.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page