Une idée d’entreprise issue de la première entreprise

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     14/05/19    
idee entreprise issue premiere entreprise

Isabelle Rabier une entrepreneure qui a le talent de créer des réseaux d’ambassadeurs.

Après ses études de commerce, sur les bancs de l’école, dans sa majeure Hec Entrepreneurs, Isabelle Rabier décide de créer une marque de dermo-cosmétique DERMANCE, pour laquelle elle développe un réseau de conseillères de beauté physique et en ligne. Elle constate qu’il existe une demande très forte des clientes pour recevoir un conseil personnalisé sur leurs produits cosmétiques mais qu’elles souhaitent parfois utiliser d’autres marques. Certaines viennent d’ailleurs lui demander d’intégrer son réseau de distribution alternatif. L’idée lui vient alors de distribuer toutes ces marques sous l’enseigne Jolimoi. 

Une réussite liée à un long travail

Si l’entreprise rencontre aujourd’hui le succès, tout ne s’est pas fait tout seul : l’entrepreneure a dû travailler pendant 1 an sur le modèle économique du projet et sur comment donner à la fois de la valeur au client final, aux ambassadeurs et aux marques. Une fois convaincue que la technologie tenait la route et que le projet était attractif pour les clients, elle décide de procéder à un premier tour de table auprès d’investisseurs privés. Elle enchaîne pendant 9 mois un travail sur « la marque et le branding » afin de trouver le nom qui correspond à l’image qu’elle souhaite donner. Elle s’associe par la suite à Jennifer Fiorentino en charge du recrutement et de l’onboarding des Stylistes Beauté, puis à une CTO, Mathilde Lemee et complète l’équipe avec d’autres talents tels qu’Aurelia Clot en charge du marketing de réseau.

Quels sont les atouts d’avoir créé cette nouvelle entreprise ?

Lancée en septembre 2017, l’entrepreneure constate des différences avec la première expérience, déjà car l’« excitation n’est pas la même » et que la « première entreprise est toujours unique ». L’association ne s’est pas réalisée de la même façon : « Autant pour la première société, l’association était sur les bancs de l’école et facile, autant la manière dont j’ai constitué l’équipe fondatrice a été faite de manière plus rationnelle. Je suis allée chercher des compétences et je savais les qualités et valeurs des personnes avec lesquelles je souhaitais m’associer ». Mais ce n’est pas tout. La fondatrice pouvait compter « sur le soutien de ses anciens actionnaires », qui ont décidé de remettre au pot pour cette entreprise. Gain de temps donc pour l’entrepreneure qui n’a pas eu besoin de rechercher le soutien financier pour lancer le produit et réaliser un test sur le marché. La connaissance de certains éléments comme le pacte d’actionnaires l’ont aidée. 

Une différence avant tout d’activité.

Pour elle la différence réside surtout sur la nature de l’activité : dans la première activité, ils sont sur un modèle intégré avec une plateforme digitale alors que la deuxième entreprise est « beaucoup plus technologique puisqu’il s’agit d’une plateforme en BtoBtoC qui permet à un ensemble de marques d’accéder à des modèles de ventes via des ambassadeurs ». Si les deux boîtes étaient technologiques, la première entreprise était tournée dans le R&D côté biologie alors que la nouvelle entreprise est une boîte de technologie IT. Son nouveau défi ? Recruter les bonnes personnes pour poursuivre la croissance.

Donnez une note à cet article