Choisir le bon timing

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     03/10/17    
choisir bon timing

Peu importe son secteur d’activité, le marché demeure en perpétuelle évolution. Pas toujours facile de suivre la tendance lorsqu’il s’agit de lancer son produit ou service. Certains s’y prennent parfois trop tôt, d’autres trop tard. Ces quelques conseils devraient vous permettre de vous lancer au bon moment.

Soumettre un produit/service trop tôt ou trop tard à un marché peut entraîner une demande quasi-inexistante. D’un autre côté, des imprévus peuvent venir entacher le lancement de votre projet, voire y mettre fin. Un site internet qui ne sort pas, des bugs trop importants, des problèmes dans la chaîne de production. Autant de raisons qui peuvent conduire au déclin de votre entreprise ou à ce qu’elle se fasse tout bonnement doubler par ses concurrents. La question est de savoir comment éviter cela.

Les lancements hors saison, à proscrire

Avant de définir une date de lancement de votre produit ou service, plusieurs mesures sont à prendre. On n’y pense pas forcément mais la saisonnalité constitue un élément clé. D’autant plus avéré dans le secteur vestimentaire, il s’étend plus largement à celui de la mode et des tendances quel qu’en soit son secteur d’activité. Sortir un produit hors saison serait un peu comme proposer des gants en plein été, inutile… De même pour le lancement de lunettes de soleil en plein hiver, cela n’aura que très peu d’impact. Même pour les innovations, il faut garder un certain niveau de cohérence entre l’offre et la demande à un instant t.

Quand les technologies ne suivent pas

Si votre produit peut parfaitement répondre à un besoin de votre clientèle cible, il se peut également que vos clients ne disposent pas des technologies leur permettant de profiter pleinement de votre service / produit. C’est le cas de la marque Allo Resto qui en a fait les frais à ses débuts. Arrivée avant le développement de l’internet haut-débit, l’entreprise peine à voir son chiffre d’affaires décoller. L’implantation généralisée de l’ADSL, une écoute du client améliorée et l’invention de l’avis client aura permis à l’entreprise de s’extirper de cette phase difficile et d’être aujourd’hui LA référence en termes de livraison de repas. Une bonne leçon où la résistance du chef d’entreprise a été mise à rude épreuve.

L’étude de marché : avant, pendant et après la création 

Qu’on en soit au stade du projet, à celui de la création de l’entreprise ou à son développement, l’étude de marché constitue un outil indispensable. À condition qu’elle soit mise à jour selon les évolutions du marché, cette étude, qui repose sur des données quantitatives et qualitatives, demeure intemporelle. Ce travail de collecte et d’analyse d’informations a pour principal objectif d’évaluer les caractéristiques d’un marché donné. Dans le cadre de la création d’une entreprise, cette étude vise davantage à définir les grandes composantes de celui-ci telles que la taille du marché, sa demande, le niveau de concurrence, l’environnement,… Pour ce qui concerne le lancement d’un nouveau produit, l’idée est de mesurer les chances de réussite de ce dernier. Cette technique peut également servir à valider ou non le potentiel d’un nouveau point de vente.

Faire de la veille concurrentielle

La veille a pour but de surveiller et d’analyser de manière continue les actions marketing et publicitaires (newsletters, campagnes publicitaires, communiqués de presse…), leur pratique commerciale, leurs données publiques relatives aux performances économiques, ou encore leurs évènements pour ensuite pouvoir les exploiter. Cette collecte d’informations permanente consiste à entrevoir de nouvelles opportunités ou à se prémunir d’éventuelles menaces. De la sorte, il vous est possible de surveiller l’état du marché, d’évaluer la concurrence, d’anticiper certaines actions de vos concurrents en adaptant votre propre stratégie, et d’améliorer le fonctionnement de votre entreprise. Notez tout de même que la veille ne fait pas tout et qu’un concurrent qui arriverait avec une offre compétitive mais que vous n’auriez pas anticipée pourrait retourner la situation en sa faveur. Free, lors de son lancement, a ainsi bénéficié de l’immobilisme des autres marques de téléphonie qui n’avaient pas suffisamment anticipé les offres concurrentielles. Que ce serait-il passé si 1 mois avant son lancement sur le marché de la téléphonie, les opérateurs avaient décidé de lancer également leur offre à petit prix ?

Donnez une note à cet article