4661

CréationDu montage du dossier au test du projet

Les incubateurs : dispositifs d’aide à la création d’entreprise

Les incubateurs, depuis une décennie, jouent le rôle de tremplin pour les porteurs de projet. De nombreuses start-up à succès ont commencé à entreprendre au sein d’incubateur dont d’ailleurs Dynamique entrepreneuriale. En intégrer un se révèle très bénéfique grâce aux nombreux services auxquels vous aurez accès et à l’accompagnement qui est un atout certain.

Qu’est-ce qu’un incubateur ?

Un incubateur est une structure d’accompagnement pour la création d’une entreprise pendant un moment bien déterminé. Il a pour but de transformer une idée novatrice en une entreprise plus performante. L’incubateur doit donc suivre l’entreprise innovante dans tout ce qu’elle réalise afin de lui permettre de se développer.
L’incubateur est avant tout un terrain d’expérimentation qui a pour objectif de transformer une idée en entreprise performante. Les incubateurs mettent à disposition des porteurs de projet « innovant » (traditionnellement technologiques mais parfois non) des services ainsi qu’un hébergement qui augmente les chances de survie de l’entreprise.

Les différents types d’incubateurs

Quels sont les éléments à prendre en compte avant de choisir un incubateur ? Il existe plusieurs types d’incubateur, les plus connus sont :

– Les incubateurs de la recherche publique

Ils ont été créés dans le cadre de l’appel à projets prévu par la loi sur la recherche et l’innovation (loi Allègre) de juillet 1999. Les incubateurs publics, ou Allègre sont soutenus par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Leur objectif est de favoriser le transfert de technologies développées dans les laboratoires de recherche publique vers le monde socio-économique par la création d’entreprises innovantes.

– Les incubateurs privés

Ils peuvent être à l’initiative d’entrepreneurs, d’investisseurs, d’associations professionnelles, etc. avec le soutien ou non de partenaires publics et de grandes entreprises. Certains d’entre eux prennent la forme d’accélérateurs.

– Les incubateurs rattachés aux grandes écoles

Ils sont présents dans les grandes écoles d’ingénieurs comme Centrale, Polytechnique, Telecom Paris Tech, etc. et les grandes écoles de commerce : HEC, EM Lyon, ESCP, l’ESSEC, Polytechnique ou encore Business School, etc. Certains travaillent avec des structures spécialisées. Ce genre d’incubateur n’est accessible que par les élèves ou les anciens élèves de l’école. Dans le cas où le projet comporte déjà plusieurs personnes, au moins l’un des porteurs de projet doit avoir été inscrit dans l’école.
Les services proposés varient d’une structure à une autre.

Les incubateurs de grandes entreprises

Dans le contexte actuel, caractérisé par une forte transformation digitale de certains secteurs, les grandes entreprises ont mis en œuvre des stratégies d’open innovation, notamment en créant leur propre incubateur afin d’attirer des talents et des ressources nouvelles. Les objectifs sont multiples : améliorer l’efficacité commerciale d’un produit, créer une nouvelle offre, favoriser l’émergence d’une culture intrapreneuriale au sein des équipes, etc.

– Les Centres Européens d’Entreprise et d’Innovation

Les CEEI sont des organisations publiques qui repèrent des projets de création d’entreprises innovantes afin de les accompagner. Leur label provient de l’Union Européenne. Ils ont l’appui et le soutien de la commission européenne par le réseau EBN (European Business and Innovation Center Network).

– Les pionnières

Ce réseau est dédié aux projets novateurs conduits par des femmes. Ils ont le soutien de la mairie et la région d’implantation, et également par la caisse des dépôts et consignations, et les organismes privés.


– Les incubateurs de collectivités locales


Ils dépendent d’une région, d’une métropole, etc. pour contribuer à l’attractivité et au développement économique voire social de leur territoire.

Les apports d’un incubateur

• Il permet l’acquisition d’un savoir-faire. Les incubateurs aident à la formulation du business model, des outils comme le business plan, aux dépôts des brevets et sur tous les aspects relatifs à la propriété intellectuelle. Mais aussi il offre la possibilité d’augmenter ses compétences. Grâce à un travail sur le porteur de projet, les incubateurs permettent de développer la confiance en soi, de stimuler et de déclencher l’action.

• Il offre aussi plus de crédit et plus de rythme à l’entrepreneur. De même, il l’écarte de tout isolement. La dynamique de groupe permet au porteur de projet de sortir de l’isolement et il peut challenger le projet et avoir ainsi le recul nécessaire au bon jugement du projet.

• Il permet de donner de la crédibilité au projet et de réussir son parcours d’entrepreneur.

• Il leur fait profiter d’une mise en réseau notamment pour la recherche de financements.

Les incubateurs ont souvent des relations étroites avec les business angels, les fonds d’amorçage… Certains incubateurs proposent aux entreprises qui en font la demande une avance remboursable.

5 Bonnes Raisons d’intégrer un incubateur

• Bénéficier à moindre frais de locaux pour votre entreprise

Combien d’entrepreneurs ont débuté l’activité de leur société au sein de leur petit studio sous les toits ? Intégrer un incubateur permet de travailler dans des conditions optimales et hors de chez soi, ce qui représente un facteur de motivation important pour le porteur de projet. L’incubateur met à disposition des entrepreneurs qui le fréquentent, un bureau, un ordinateur et des équipements bureautiques tels qu’une photocopieuse ou un fax.

• Bénéficier d’un accompagnement et de conseils par des coachs et experts.

L’incubateur n’est pas seulement un lieu de travail pour l’entrepreneur, c’est aussi, et avant tout, un lieu où il peut se faire accompagner tout au long du développement de son projet. Des coachs viennent apporter un conseil personnalisé aux incubés et les suivent tout au long de la période d’incubation. Des sessions collectives sont également organisées pour sensibiliser les porteurs de projet sur des thèmes qui les concernent. Notamment, financement, gestion, RH, fiscalité… : un programme sur-mesure pour favoriser la pérennité des entreprises naissantes.

• Fréquenter d’autres porteurs de projets.

Au sein de l’incubateur évoluent de nombreux créateurs d’entreprises aux profils souvent très variés. Parler avec ces porteurs de projets aux sensibilités et expériences diverses permet d’enrichir son idée de création de manière notoire. À plusieurs on est plus fort que si l’on reste isolé ! Les incubés se soutiennent dans le développement de leur entreprise, se passent les bons tuyaux et peuvent même faire affaire ensemble.

• Se lancer un défi.

La période d’incubation n’est pas éternelle ! Durant les quelques mois où le porteur de projet fréquente l’incubateur, il s’efforce d’atteindre l’objectif de développement qu’il s’est fixé à l’entrée. C’est pourquoi, les rendez-vous réguliers avec les coachs lui permettent de faire le point sur l’avancée de son travail. Ainsi, les objectifs fixés avec le coach motivent le porteur de projet dans son travail de développement de l’entreprise.

• Éviter de s’égarer sur les fausses pistes et de faire des erreurs.

L’accompagnement régulier des experts de l’incubateur permet au porteur de projet de ne pas perdre son temps précieux dans des mauvaises voies de développement de son entreprise. En effet, il lui indique les erreurs et les pièges dans lesquels il pourrait tomber. Une solution qui évite bien des problèmes aux entrepreneurs. Avec cela, il n’y a plus d’excuse pour ne pas bien réussir un projet !

Le choix d’un incubateur

Il est important de savoir que certains incubateurs ne peuvent pas accompagner tous les projets. Par conséquent, il faut donc choisir un incubateur par rapport à son activité. Dans la réalité, il existe des incubateurs dédiés au numérique et d’autres à la culture ou à la biotechnologie. C’est pour cette raison qu’il faut bien les connaître. Ainsi, les incubateurs « allègre » sont généralement dédiés aux projets qui exposent des innovations technologiques. Le projet doit être connu par un laboratoire de recherche public. Quant aux pionnières, elles sont spécialisées dans les services innovants.

À titre d’exemple, les incubateurs les plus connus en Île-de-France sont ceux de Paris Région Lab. Ce réseau regroupe plus d’une vingtaine d’incubateurs à Paris, certains avec un accompagnement classique, d’autres qualifiés de corporate car montés en partenariat avec de grands groupes (Mobilité connectée avec Renault, Services urbains et connectés avec JCDecaux, Respirer dans la ville avec iLab d’Air Liquide…). Indépendamment de Paris Région Lab, on peut également citer Le Camping ou La Cantine qui constituent des espaces de co-workings à succès.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page